Sécheresse dans le Sud : Des appels à l’aide d’urgence

  • lundi, 18 janvier 2021 12:31
  • Christophe Bélier
  • Photos Net

Le Système des Nations Unies envisage de lancer un appel à l’aide d’urgence à l’endroit des partenaires et organisations philanthropiques en faveur du Grand Sud de Madagascar.

La cérémonie prévue à cette fin se déroulera lundi à partir de 10 heures au Carlton Anosy, Antananarivo.

Selon le Programme Alimentaire Mondial (PAM), un financement de 35 millions de dollars est requis de façon urgente pour faire éviter à Madagascar une crise humanitaire affectant 1,35 million d’habitants du Sud.

La situation dans les zones arides exposées à une sécheresse prolongée dans les régions Anôsy, Androy et Atsimo Andrefana en particulier est plus qu’alarmante.
Une grande disette s’annonce à l’horizon.

La dernière récolte a eu lieu en juin alors que la résurgence dévastateurs tiomena depuis octobre a empêché les habitants de cultiver leurs champs.

Ce phénomène naturel, renforcé par le réchauffement climatique, oblige même des villageois entiers à quitter leurs maisons qui se trouvent enfouies sous d’épais de sable et poussière déplacés par des vents forts.

Appelé aussi chasse-sable et chasse-poussière, le tiomena accélère la fanaison des pieds de raketa qui suffoquent sous des bancs de sable sec, détruit les forêts, déplace les dunes…

Beaucoup d’autres graves impacts socio-économiques dont ces vagues migratoires venant du Sud, sanitaires et environnementaux sont aussi rapportés.

Ce dimanche, l’église FJKM, au cours du culte de demande de bénédiction au coliseum d’Antsonjombe, a également lancé un appel à l’aide d’urgence en faveur des habitants du Sud de l’île.

La Banque mondiale prévoit d’investir plus de 5 milliards de dollars dans les zones arides d’Afrique au cours des cinq prochaines années.

Cette enveloppe viendra soutenir l’agriculture, la biodiversité, le développement communautaire, la sécurité alimentaire, la restauration des paysages, la création d’emplois, la construction d’infrastructures résilientes, la mobilité rurale et l’accès aux énergies renouvelables.

Mais l’initiative concerne uniquement onze pays du Sahel, de la région du lac Tchad et de la Corne de l’Afrique.

Christophe Bélier

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.