Antananarivo dans la débâcle

  • jeudi, 14 janvier 2016 11:37
  • Photo: Njaka

Durant l’émission matinale de « Toroy lalàna » de la radio Plus, une onde privée de la capitale, une mère de famille incite la commune urbaine d’Antananarivo Renivohitra à prendre ses responsabilités pour prévenir la montée des eaux dans les bas quartiers. « En 2008, tous les quartiers d’Andranomanalina n’ont plus connu des problèmes de rétention d’eaux usées même si la pluie tombe pendant plusieurs jours parce qu’à cette époque, les entretiens des canaux d’irrigation ont été faits à temps et bien organisés » a-t-elle rappelé tout en suggérant également au premier magistrat de la ville de collaborer étroitement avec les chefs fonkotany.

Inutile de rappeler qui était le Maire de la commune urbaine d’Antananarivo en 2008 au risque d’en déplaire, mais frustrés et contrariés par ce qu’ils endurent, des Tananariviens rappellent facilement, bien sûr, ceux qui n’ont pas la mémoire courte ni obnubilés par le fanatisme, ce qu’ils ont vécu auparavant.

Pour convaincre l’électorat, les politiciens promettent monts et merveilles sans pour autant savoir par quel moyen ils vont réaliser ce qu’ils disent.

Le programme de démolition des constructions illicites logeant les canaux d’Andriantany en partant d’Anosipatrana jusqu’à Andranomena, en passant par Ampefiloha Ambodirano a été annoncé mais en réalité rien n’a été fait. En effectuant son projet « mahasahia manao dingana lehibe » Marc Ravalomanana, à l’époque où il était Maire de la capitale a fait construire le boulevard d’Ampasika reliant les quartiers des 67 ha au rond- point du restaurant Etoile rouge d’Ampasika. Des problèmes ont été bel et bien résolus, mais le côté négatif du projet, des canaux d’irrigation en-dessous des chaussées sont tous volontairement bouchés d’où la raison de la montée des eaux à Ilanivato, Andavamamba, Ampefiloha Ambodirano,Ampasika , 67 ha et tous les quartiers environnants. Des faits vérifiés sur les lieux par les techniciens de la Cua en 2015.

Plus d’un savent qui a fait quoi dans cette ville d’Antananarivo et au lieu de se renvoyer la balle, tous et chacun devront prendre leurs responsabilités tant qu’il est encore temps. La gestion de la montée des eaux, le ramassage des ordures, ainsi que la régularisation de la situation des marchés ambulants illicites. Chaque instance a son rôle à jouer et ça urge.

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.