Jean Nicolas Randrianasolo dans une position inconfortable ?

  • mercredi, 23 septembre 2015 14:08
  • Photo: net
La situation risque de tourner au vinaigre à Betroka. Frustré par le fiasco de la médiation qu’il a failli diligenter à Ianakafy à Betroka, et contrarié par l’initiative de l’adjudant Tsiliva, un élément de la compagnie de la gendarmerie de Betroka, qui a décidé de sortir de son silence; le député de Madagascar élu à Betroka, Jean Nicolas Randrianasolo aurait proféré des menaces d’une affectation disciplinaire à l’endroit de l’adjudant Tsiliva. Son tord c’est de ne pas savoir se taire face à une situation qui pourrait ternir l’image des bérets à Betroka.
Parmi la grande famille de la gendarmerie et ayant tout fait pour se trouver toujours non loin des tenants du pouvoir, Jean Nicolas Randrianasolo, réputé d’être très respecté et écouté au niveau du commandement de la gendarmerie, fait peur aux fonctionnaires travaillant à Betroka.
Mais coup de théâtre, bon nombre des natifs de Betroka déjà en âge de voter souhaitent qu’on lui enlève son immunité parlementaire pour qu’il puisse comparaitre devant les enquêteurs. L’Etat-major général de l’armée malagasy a promis d’ouvrir une enquête sur la mort du chef d’Escadron Falihery Andriantiana et la population de Betroka pense même que c’est urgent afin d’en finir une bonne fois pour toute.
Ce matin même, une caisse bourrée d’armes et de munitions aurait été trimbalée par ci et par là avant d’être transportée à Ihosy. Une source au courant de l’affaire a révélé que de peur d’une fouille inopinée on a essayé de déplacer ces armes mais personne n’a eu le courage de les garder malgré la suppléance du propriétaire.
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.