Réforme du secteur sécurité : Ce n’est pas la solution de demain

  • lundi, 21 septembre 2015 22:54
  • Photo Net

« Le renforcement de capacités, en marge des préparatifs des Réformes, du Secteur de sécurité, un atelier qui durera une semaine et initié par l’Union Africaine, en partenariat avec les experts internationaux de Dcaf ou Democratic Control of Army Forces… » n’est pas destiné afin de résoudre les problèmes d’insécurité qu’endure le pays. Madame Hawa Ahmed Youssouf, représentante spéciale de l’Union Africaines l’a bien dit cet après-midi lors de l’ouverture officielle de l’atelier au restaurant AKOA sis à Ivandry avec la participation de l’Assemblée Nationale, les sociétés civiles, les secteurs privés, les média etc…

« Nous sommes parfaitement au courant de ce qui se passe avec les dahalo mais le projet RSS n’est pas prévu pour résoudre des problèmes de l’immédiat. C’est plutôt pour éradiquer ce phénomène de la base, en revanche nous avons décidé de mettre en place ce programme qui est à long terme » a précisé madame Hawa Ahmed Youssouf.

Le projet, il n’y a pas de mal en soit mais, la recrudescence de l’insécurité dans tous les milieux devient la première préoccupation de chacun et qui est devenue une question de survie maintenant. Qui vont la prendre en charge, politique nationale en matière de sécurité ? Va-t-on se contenter des petites opérations comme « Fahalemena » sans se soucier de chercher une solution pérenne?

Le projet RSS a déjà pris en main le projet à long terme mais qu’est ce qui empêche la Primature d’accélérer toutes les enquêtes afférentes à l’insécurité et de mettre en taule tous les dahalo qu’ils soient au-dessus ou en dessous de la table.

A travers le discours du général de corps d’armée Dominique Rakotozafy , ministre de la Défense nationale , la lutte contre l’insécurité concerne tous les secteurs mais à chaque fois qu’on leur offre sur le plateau d‘argent des preuves qui pourraient compromettre un allié politique ou un membre des forces l’ordre amis, on étoffe leurs dossiers.

Les contribuables qui ont déjà leur coupe pleine ne veulent plus entendre des discours infructueux. Ils attendent de l’action.


Madame Hawa Ahmed Youssouf
Représentante spéciale de l'Union Africaine à MADAGASCAR

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.