13 mai ou véritable combat

  • lundi, 09 juillet 2018 10:43
  • Anonymous
  • Photo Fb

Samedi 7 juillet marqua la fin du mouvement du 21 avril qui a vu l’émergence des « députés de changement » qui était au nombre de 73 ou 53 selon la Haute Cour Constitutionnelle (HCC).

Malgré les nombres de morts (2 ou 6 !!), le mouvement s’est terminé en queue de poisson comme le dit l’adage malagasy « rava maina toa ny hiragasin’Ambanitsena » (finir comme les prestations de Hira gasy à Ambanitsena sans au revoir ni adieu). Même les députés TIM n'ont pas arboré leur écharpe.

Le mouvement s’essouffla après le départ des députés MAPAR, une fois que le gouvernement dit de consensus a été constitué par Ntsay Christian, candidat présenté par Andry Rajoelina (ou le MAPAR ?!!).

Le TIM de Marc Ravalomanana participe au sein de ce gouvernement avec quatre ministres. Alors la question se pose: pourquoi le TIM dirigé par Me Hanitra Razafimanantsoa s’entête-il à continuer le mouvement ?
Pour que la HCC applique à la lettre ses décisions, surtout la décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018, appui aux revendications syndicales surtout celles des enseignants ?

Une chose est sûre, les deux patrons du TIM et du MAPAR n’en ont cure des gens du 13 mai. Les présentations de condoléances aux victimes étaient suffisantes pour eux. Le non présence des parlementaires MAPAR ordonnée certainement par Andry Rajoelina et l’arrêt de samedi dernier est sûrement un ordre de Marc Ravalomanana. Tous les deux se préparent à l’affrontement ultime: les élections présidentielles du 7 novembre 2018.

Pour Andry Rajoelina, comme dans ses habitudes, jouer sur la ligne de crête entre la légalité et l'illégalité, le tour de la Grande île a déjà commencé, suivi de près par le président en exercice Rajaonarimampianina qui inaugure à tour de bras quelques réalisations.

Alors que le TIM s’englue à réclamer ceci ou cela et que son président continue de croire naïvement au soi-disant décision de justice, sans oublier qu’il n’a jamais changer de stratégie en s’appuyant sur les évènements de la FJKM dont il est le président du Comité pour la Cinquantenaire de cette église réformée.

Mais ce n’est un secret pour personne que le Comité Central (Komity Foibe) de la FJKM est loin de lui être acquis ! Les évènements de 2009 sont encore dans la tête de certains: poursuites, fuites, … ayant frappé des membres de cette église et au fond ce sentiment d’abandon après le départ précipité de Marc Ravalomanana vers l’Afrique du Sud.

Ravalomanana s'est fait discret ces derniers temps, ou bien il est arrivé à son objectif: la réouverture de ses entreprises Tiko, Magro, MBS,…

Le grand perdant est la Nation, en allant à la place du 13 mai, elle se fait toujours manipuler par des politiciens véreux. Il est grand temps d’abandonner cet endroit qui n’a apporté que déconfitures aux pays depuis 1972.

Trouvons une autre méthode de combat. Pourquoi le Rwanda nous dépasse de loin ?

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.