Déchets non traités en augmentation

  • mardi, 06 février 2018 10:23
  • Anonymous
  • Photo Gasypatriote

L'indice de richesse ou de pauvreté se trouve aussi bien dans son assiette que dans les déchets, c'est selon qu’on voit les choses en amont ou en aval.

Il y a plusieurs sortes de déchets : ménagers, industriels, naturels surtout humains (les matières fécales).

Rappelons qu’une personne saine, rejette par jour entre 150 et 200g de fèces, selon les observations médicales, par simple arithmétique un homme évacue en moyenne 75kg/an et aux alentours de 5 tonnes de matières fécales durant sa vie c’est-à-dire pour une durée de 75 ans.

Pour une population plus de 2 millions d’habitants, l’agglomération d’Antananarivo « produit » 150 000 tonnes par an de déchets fécaux soit 75 000 rotations de camions benne d’une capacité de 20 t si c’était le mode de transport choisi.

Dans sa « vision 2030 » l’actuelle administration HVM reprend la vieille politique de la 1ère République (1958-1972) celle du ventre et à partir de cette éventualité n’oublions pas que 25 % de la production agroalimentaire deviendront des déchets fécaux.

D’ici à 2030 nous produirons plus de 3 millions de tonnes de matières fécales, a-t-on pensé à leur traitement ? Allons-nous continuer à faire la politique de l’autruche, c’est-à-dire on refuse de voir le danger là où il est.

On espère que la production alimentaire ira en augmentant mais aucun ne pense aux déchets rejetés, conséquence d’un éventuel boum de la consommation. Que ferait-on des millions de tonnes d’ordures humaines.

Nous sommes tous froissés et fâchés de l’expression du président américain actuel qualifiant les Etats africains de « pays de merde » car nous risquons d’en devenir dans l’hypothèse d’être submergés par nos propres matières fécales mais aucun de nos responsables ne semblent s’en intéresser.

Les Chinois avec ses 1,4 milliards d’habitants mangeant plus de 4 fois par jour seront noyés sous des milliards de tonnes de fèces depuis plus de 200 ans ! Mais voilà que depuis des siècles les paysans de l’Empire du milieu utilisèrent leurs déchets solides et liquides comme …engrais !

Permettant d’améliorer leur quantité produite en matière de fruits et légumes et répondre à la demande du marché intérieur.

A cause de notre culture influencée par certaine religion, la transformation de nos matières fécales en engrais demeure quelque chose d’impossible et tabou, même les recyclages sont encore loin de nos préoccupations.

Dans certaines régions, les latrines sont encore frappées d’interdit soi-disant ancestral car seuls les morts peuvent être enterrés mais non les matières fécales ! Celles-ci sont éjectées dans la nature comme maintenant c’est le cas dans les rues de la capitale où partout tout le monde se soulage.

Les odeurs pestilentielles embaument nos villes du fait de l’absence de culture sur nos manières de se soulager et plus exactement du devenir de nos déchets car ils sont considérés comme sales et bons à jeter seulement.

Nos eaux, soit les fleuves, soit les nappes phréatiques sont contaminées.

Le traitement des déchets n’est qu’une illustration du tracé de notre histoire récente car nos responsables continuent à penser que nous sommes encore dans la dernière décennie du 20ème siècle alors que nous sommes à 2 ans de la fin du 2nde décennie du 21ème siècle, sans plan de traitement ne risquerons-nous pas à manger…nos propres déchets ? que Dieu nous en garde.

Anonymous

(Photo Gasypatriote, WC installé sur la voie publique et rejette directement dans les caniveaux)

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.