Armée malagasy : Sauvons Madagascar !

  • vendredi, 24 mars 2017 12:29
  • Andry Baliba

Les partisans de l’ancien président de la République Marc Ravalomanana se réunissent à nouveau, ce samedi, sur la place du Magro à Antanimena.

C’est sans aucun doute une réunion politique provoquée afin de démontrer la force du parti Tiako i Madagasikara et pour marquer aussi sa présence dans le paysage politique malagasy. Plus d’un savent que Marc Ravalomanana, contre vents et marées, sera au starting-block de la prochaine élection présidentielle. D’ailleurs il l’a déjà annoncé avec ferveur.

De l’autre côté, il n’est imaginable qu’Andry Nirina Rajoelina, l’ex- homme fort de la Transition ne prenne le départ, après l’appel lancé par ses proches de se porter candidat.

En tout cas, des députés Mapar à chaque occasion s’efforcent de faire comprendre à l’opinion, à l’instar des pro-Ravalomanana de rafler la victoire dès le premier tour. Toutefois de multiples questions tournent dans la tête des contribuables. Comment cela va-t-il se réaliser ? D’autant plus que l’actuel président de la République, qui est au pouvoir n’a pas encore dit son dernier mots ? Hery Rajaonarimampianina n’a pas encore annoncé officiellement qu’il sera candidat de sa propre succession. Tout laisse, en revanche, à croire que le principal poulain du Parti politique du Hery Vaovaon’i Madagasikara, ne raterait pas une pareille occasion pour s’accrocher au pouvoir.

Mais ce n’est pas tout, d’autres voix se font petit à petit entendre en dehors de ces trois forces politiques citées précédemment.
A travers ces différentes sociétés de médias, Edgar Razafindravahy, président nationale du Parti Fédéral ADN veut faire passer un message s’agissant de l’importance d’une mise en place d’un nouveau pouvoir transitoire consciencieux et inclusif dans le but d’avoir une refondation totale au lieu de s’entêter à faire une élection présidentielle dont on connaît déjà l’issue. Une élection qui ne sera pas transparente et garante de la stabilité étant donné qu’elle sera taillée sur mesure et dirigée par des mains noires des puissances étrangères.

Tout porte à croire actuellement que Madagascar se trouve à bord d’une terrible crise sociale. Le danger est là. Les Malagasy, s’ils ne sont pas prévoyants, sont sur le point de rééditer la triste histoire de « Rwanda 1994 ». Un cauchemar qui n’apporterait pas de bons fruits que pour les pays colonialistes qui veulent s’emparer en une bouchée de la Grande île.

De ce fait, il est grand temps que l’armée, dernier rempart de la stabilité du pays réagisse. Il n’y a qu’eux qui pourraient présentement redresser la barre. Vous allez peut-être me dire qu’au sein de l’armée, la corruption a fait aussi ravage. Oui mais au moins les forces de l’ordre ont une structure et ce ne sera pas impossible de laver les linges sales à l’intérieur et de redorer les blasons dans un temps limité au niveau des groupes. Ce ne sont pas des officiers bien trempés ou éléments dans les rangs efficaces qui nous manquent. Il suffit seulement de séparer les bons grains et l’ivraie et le train remarchera.

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.