L'élection communale laissée à la trappe? Interview Lalatiana Rakotondrazafy

  • jeudi, 02 juillet 2015 15:47

Sobika : La date des élections de 31 juillet serait-elle maintenue étant donné la situation politique tendue.

Lalatiana Rakotondrazafy (LR): Bien évidemment, en tant que candidate, nous espérons que les échéances électorales soient respectées. Nous, au sein de l'Association Freedom, avons déjà dénoncé l'incertitude autour de la tenue de ces élections, en constatant qu'avec la situation actuelle qui prévaut dans le pays, cette question est complètement reléguée au second plan. L'Etat doit se prononcer d'urgence sur le sujet parce qu'il est absolument insensé qu'à deux semaines du début de la campagne électorale, nous vivons toujours dans une telle incertitude, ce n'est bon ni pour nous parce que la campagne exige des préparatifs et nous ne pouvons avancer dans les conditions actuelles, ni pour les électeurs qui doivent pourtant être sensibilisés au maximum afin d'accomplir leur devoir de citoyens en toute connaissance de causes, et encore moins pour le pays qui risque encore de rater son rendez-vous avec l'histoire.

Sobika : Et si le pacte de responsabilité tenterait vers un report des élections ?

LR : Effectivement, nous avons entendu des bruits sur la probabilité de ce report au cas où ce pacte de responsabilité serait conçu et mis en œuvre. S'il pouvait vraiment apporter la stabilité tant attendue dans le pays, nous ne serions pas contre, quoi que nous restons encore pessimistes quant à son issue. Mais si un report devait être inévitable, il faudrait quand même qu'il soit le plus bref possible.

Sobika : Peut-on espérer une élection crédible et transparente ?

LR : Le peuple doit s'exprimer et ce droit ne doit pas être sacrifié à chaque fois pour des questions injustifiées mais il est vrai que le climat politique est loin d'être apaisé. Par ailleurs, nous ne cachons pas que les agissements du régime actuel suscitent beaucoup de doutes, ils entament sérieusement la crédibilité du processus électoral tant les velléités de fraudes sont trop flagrantes et nous n'avons d'ailleurs eu de cesse de les dénoncer. Mais nous pensons qu'il appartient au régime en place de décider s'il veut vraiment la stabilité et l'apaisement que le Président de la République répète à tout bout de champ, ou s'il veut créer une nouvelle crise en tentant de détourner le libre choix du peuple. En tout cas, nous avons commencé à sensibiliser les citoyens afin de faire preuve de beaucoup de vigilance quant à d'éventuelles tentatives de fraudes. Nous sommes prêts à défendre les véritables choix des électeurs et ne pourrons accepter qu'on y porte préjudice.

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa