CAF: Le président Ahmad dans la tourmente

  • vendredi, 19 avril 2019 19:37
  • Anonymous
  • Photo Archives illustration- Congovox

Le premier responsable de la Confédération Africaine de Football (CAF), le Malagasy Ahmad Ahmad rencontre des difficultés depuis quelques semaines. Notre compatriote a été élu au mois de mars 2017 en remplaçant Issa Hayatou le Camerounais qui a été le président pendant 29 ans.

Ancien sénateur de Madagascar et ancien secrétaire d'État aux Sports, puis ministre de la Pêche, le Majungais est donc à la tête de la CAF depuis 2 ans. Et voilà que des médias comme le journal égyptien, El Watan ou en ligne comme le site anglais Insideworldfootball rapportent des scandales de corruptions au sein de la CAF durant ce mandat d’Ahmad Ahmad, qui risque d‘ébranler le monde du football africain.

Ils citent plusieurs affaires de corruption telles les pots-de-vin, des transactions illicites (achats de voitures à des prix exorbitants). Ces médias assurent détenir des preuves. Une enquête publiée sur le site anglais du 15 mars dernier, le journaliste Paul Nicholson fait état d’accusations de «fraude contractuelle et de mauvaise gestion des fonds de la CAF».

En décembre 2017, un offre d‘équipement sportifs le Puma, montant de 312 000 dollars, a été délaissé au profit de la société française Tactical Steel, pour l’achat des mêmes équipements de marque Addidas pour la valeur de 1 195 603 dollars. Et le président de la CAF donnera injonction au secrétaire général Amr Fahmy de mettre fin à l’accord avec Puma.

Pour ces investigateurs, Tactical Steel est dirigé par Romuald Seilier, un ami proche de Loïc Gerand, l’attaché personnel d’Ahmad. Ils accusent même la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), et surtout son président, Gianni Infantino, de soutenir et de protéger le Malagasy.

Le numéro 1 de la FIFA serait le protecteur du président de la CAF qui aurait versé une subvention de 100 000 dollars à toutes les fédérations nationales dont 80 000 pour les fédérations et 20 000 pour le compte personnel de chaque président de fédération, certains auraient refusé ce bonus (celui des Seychelles) perçu comme un « paiement corrompu ».

Durant le Ramadan 2018, des «omras» (petit pèlerinage) ont été offertes à 15 présidents de fédérations musulmanes d’un montant global de 100 288 dollars.

Ces « infractions » de type corruption, selon l’article 136 du code disciplinaire de la CAF, sont passibles de sanctions allant d’une amende de 25 000 dollars à une interdiction à vie d’exercer ! Protégé par le boss de la FIFA, le président Ahmad a échappé à une punition du comité d’éthique, contrairement à ses collègues gambien et zambien interdits par la FIFA pour avoir reçu des cadeaux en argent de la part de l’ancien président de la Confédération asiatique de football, Mohammed Ben Hamman.

Le poste occupé par le Malagasy est une situation très convoitée, il n’est pas étonnant qu’il subit des tirs de toute part. La première salve a été tirée par le secrétaire général égyptien qui a été révoqué le 12 avril dernier et remplacé par le marocain Mouad Hajji, personnalité connue du football du Maghreb.

Pour Ahmad, toutes ces accusations/révélations ne sont que médisances et canulars, plus particulièrement concernant les harcèlements sexuels envers 4 employées de la CAF, un coup monté par l’ancien secrétaire général !

Malgré tout cela ses adversaires doivent pavoiser qu’ils soient à l’extérieur comme à l’intérieur. Corrompu ou pas, nous lui devons quelque part la qualification de notre équipe nationale (Bareas) à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui aura lieu du 21 juin au 19 juillet prochain en …Egypte, siège de la CAF.

Le monde du football a toujours été un milieu opaque où est véhiculé des sommes astronomiques !

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.