Un adieu amer

  • mercredi, 12 septembre 2018 10:03
  • Britto
  • Photo présidence

Finalement le jeudi 8 septembre, le président de la République, candidat à sa propre succession, posa sa démission en vertu de l’article 46 alinéa 2 de la Constitution de 2010 instituant la 4ème République.

Et par sa Décision n°30-HCC/D3 du 7 septembre 2018 « portant constatation de la vacance de la présidence de la République et désignant le président du Sénat en tant que président de la République par intérim » que la Haute Cour Constitutionnelle porta en public la lettre de démission du président de la République et la nomination temporaire de Rivo Rakotovao au poste de Chef d’Etat jusqu’à l’élection du nouveau président à l’issue des élections du 7 novembre (1er tour) et 19 décembre (2nd tour) et en suivant à la lettre toujours cet article 46 alinéa 2 de la Constitution, « dans ce cas, le Président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau Président ».

Voilà les choses rapportées sur le papier ? Mais reflètent-elles la réalité ? Il est sûr que cette disposition constitutionnelle est loin d’être acceptée par tous les acteurs politiques de ce pays habitués à l’anarchie et autres gabegies.

Si le juge a voulu nettoyer l’atmosphère électorale génératrice de corruption, ceux à qui est destinée cette disposition semblent être totalement gênés.

Pour ceux qui sont au pouvoir, c’est toute une habitude qu’il faut changer, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent plus disposer des moyens « immenses » de l’administration dont ils seront privés.

Rien d’étonnant que le chef de l’Etat démissionnaire tire cette tête d’enterrement car il sera au même niveau que ses adversaires, avec comme handicap : « il doit fournir des moyens financiers qu’il puisera dans ses cagnottes personnelles amassées durant 4 et quelques mois de pouvoir », donc une partie de sa richesse fondera comme glace au soleil.

Sans compter, avec la mentalité ambiante, il risquera de se faire arnaquer à grande échelle car à force d’habituer son parti le Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) à tant de laisser faire, beaucoup d’entre eux, certainement, profitera de cet intérim pour mettre dans les mallettes et prendre le large !!!

Que l’on veuille ou non l’intérim de Rivo Rakotovao est une « nouvelle transition » définie par la Constitution et sous contrôle de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), et les évènements récents, avalisés par la décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 qui déclare que c’est le premier ministre de consensus qui assure la neutralité de l’administration, donc cette transition a 2 têtes : le président du Sénat et le Premier ministre de consensus Ntsay Christian, et selon la décision de la HCC du 25 mai, c’est ce dernier qui a les pleins pouvoirs et personne n’oublie que c’est le parti d’Andry Rajoelina (MAPAR) qui l’a présenté. Alors sera-t-il si neutre que l’on croit ? Beaucoup en doute car le ministre de l’Intérieur est aussi un MAPAR. Tout comme plusieurs membre de la CENI, des proches de Andry Rajoelina.

Le HVM de Hery Rajaonarimampianina aura du mal à croire à la « bienveillance et la complicité » de l’administration Ntsay Christian dont l’ordre de mettre sous plaque rouge les voitures administratives (même de fonction) est déjà un premier pas vers l’identification de fonctionnaires et des services soutenant tel ou tel candidat, sans oublier l’interdiction aux ministres d’assister aux meetings et autres propagandes faits par leur chef respectif.

Hery Martial Rajaonarimampianina a fait un adieu amer presque les larmes aux yeux, pendant que ses deux rivaux, Didier Ratsiraka et Andry Rajoelina, commencent à se disputer le leadership de cette transition qui ne dit pas son nom, et que la HCC risque d’embrouiller encore plus les enjeux. Sans oublier que Marc Ravalomanana a quelque souci, comme à son habitude de jouer au chef d’orchestre entre un TIM qui veut sa revanche et des comités de soutiens dont le KMMR qui n’ont pas l’ambition de jouer les 2nd rôles.

Une chose est sûre, nous entrons dans une zone de turbulences.

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.