Trois mousquetaires ou trois renégats

  • mercredi, 11 juillet 2018 09:29
  • Anonymous
  • Photo net

Comme le dit l’expression consacrée « à l’heure où nous mettions sous presse » les futures élections présidentielles du 7 novembre prochain, selon des analystes, se joueront entre Andry Nirina Rajoelina, ex-président de la Haute Autorité de la Transition (PHAT), fondateur du MAPAR, Marc Ravalomanana ex-président de la République renversé par le premier en 2009 et fondateur du groupe Tiko et du TIM et Hery Martial Rajaonarimampianina chef de l’Etat en exercice depuis 2014 inventeur du parti HVM, candidat soutenu par l'ex PHAT.

Sous d’autres cieux les trois seront appelés les « trois mousquetaires de Madagascar » car ils occupent le haut du pavé. Mais en scrutant leurs comportements, on se pose la question si ces trois individus n’ont, plus d’une fois, renié leurs opinions ou trahir leur patrie, cette attitude a un nom : renégat, en Arabe on dit « murtad » ou « mounafik », quelqu’un qui a trahit sa foi et sa communauté.

Qui des trois n’ont pas traîné des casseroles derrière eux ?

Le PHAT est appelé à répondre sur sa responsabilité vis-à-vis des émeutes qui ont vu des biens volés en fumée, des personnes mortes amenées à Ambohitsirohitra en 2009, et ensuite ces histoires de bois de rose envoyés clandestinement en Chine, les affaires Wisco de Soalala avec les constructions des infrastructures, la vente de la force One.

L’ancien président entre 2002-2009 a aussi ses linges sales qu'il devrait blanchir, à titre d’exemple l’acquisition des anciennes installations de la SOMALAC à Vodihala. Ses coups de "1er tour dé vita" (élection arrachée dès le 1er tour), avec les zanadambo qui ont fini par des carnages de plusieurs centaines de morts. Sans parlé du carnage d'Ambohitsirohitra en 2009, vente des terres. Son mélange du genre entre ses avoirs et les biens de l'Etat, ses business et la force One.

Enfin l’actuel chef de l’Etat accumule les records depuis le retour de l’indépendance 68 ans déjà, il devrait s'expliquer sur plusieurs sujets: Corruption, insécurité, kidnapping, paupérisation de la nation, trafic d'or de Betsiaka, bois de rose de Singapour, affaire de son fils et sa famille, kraoma, affaire dame Claudine, rôle exagéré de sa femme dans les affaires de l’Etat, les fausses déclaration en douane, Soamahamanina, gestion du port par ses conseillers, affaire Houcine Arfa.

Si dans d’autres pays, l’Etat providence existe encore comme dans les pays pétroliers du Golfe, à Madagascar, on se demande si ce n’est pas plutôt un Etat voyou qui prévaut avec ces séries de kidnapping touchant les riches hommes d’affaires Karana.

Face à la pauvreté ambiante, les Malagasy sont saisis d’un certain endormissement ces quatre dernières années, d’autant plus que les troubles de 2009 les ont laissés sur leur faim au propre comme au figuré.

Face au laisser faire de nos compatriotes qui se complaisent dans l’anarchie, les hommes politiques, aux ambitions démesurées, guettaient le moment voulu afin d’intervenir pour avoir leur part de gâteau.

L’occasion s’est présentée avec les lois électorales scélérates ayant provoquées les émeutes du 21 avril dernier qui ont fait des morts.

Les deux, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana en ont profité pour peser de tout leur poids afin de forcer le malicieux expert-comptable à la barre depuis 2014 à accepter d’être ses challengers au prochain scrutin, malgré leurs lourds boulets au pied et au cou.

Et ce grâce à une décision de la HCC qui força le président en exercice à « cohabiter » avec ses opposants au sein d’un gouvernement de consensus sorti du chapeau de la Communauté internationale dont son chef est officiellement présenté par le chef du MAPAR.

A la suite de la mise en place du gouvernement de consensus, une autre entente a été rompue, celui entre les deux ex-ennemis MAPAR et TIM réunis pour un temps au sein du collectif des « 73 députés pour le changement ».

Un jeu de théâtre, pour ne pas dire cinéma, a lieu, l’ex-PHAT fait son show-tour de Madagascar, Ravalomanana qui apparaît en public à l’occasion des évènements organisé par la FJKM et Rajaonarimampianina continue de faire quelques petites inaugurations.

Quoiqu’ils disent il y a un accord tacite entre eux, c’est la raison expliquant ce qui se passe actuellement : remballage du Mapar de ses partisans et ses matériels et arrêt par le TIM des attroupements au 13 mai, les débuts de répression des revendications syndicales, et ce après que chacun des trois, ont renié les opinions de leurs partisans.

Où est passé le changement ? Les trois sont pressés à faire les élections, d’autant plus qu’elles seront inclusives comme le recommandent les Occidentaux. Avec des magots dont personne ne sait d'où-t-ils viennent, sauf les Panaméens ou les Caribéens.

Quand les trois renégats se mettent d'accord au nom, ce qu’ils appellent, de la loi, tout baigne et la paix revient, et ils sont unis selon la devise des trois mousquetaires "Tous pour un ! Un pour tous !" Et se sont promis de se repêcher les uns les autres en cas de défaite.

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.