Quid du remplacement des billets de banques

  • lundi, 09 juillet 2018 08:36
  • Anonymous
  • Photo Archives Gasypatriote

Un an après le changement de coupures, Madagascar tourne toujours avec ses méthodes bancaires et bancales mais aussi bicamérales.

Le pouvoir législatif est bicaméral: Assemblée Nationale (Chambre basse) – Sénat (Chambre haute);
Le pouvoir exécutif est bicaméral: présidence et primature;
Le pouvoir judiciaire est bicaméral: ministère de la justice et Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO).

Sans oublier ce qui se passe dans certains départements ministériels, la bicaméralisme est de mise: Ministère de l’intérieur et Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Ministère de l’Environnement et Office National pour l’Environnement (ONE).

Mais cette bizarrerie bicaméraliste touche aussi le système bancaire à travers 2 cas de figure très marquants, d’abord la cohabitation de la monnaie officielle Ariary (MGA) et l’ancienne Franc Malgache (FMG) !!

Mais aussi l’utilisation des anciens biffetons et des nouveaux. Dès leurs émissions en juillet 2017, la Banque Centrale n’a pas posé de date limite pour l’usage des anciens billets, ce qui est déjà suspect. Etait-ce vraiment une priorité le remplacement des billets ?

Dans ce cas de figure, on devrait vite remplacer les anciennes coupures par les nouvelles, mais non, même les établissements financiers continuent de vous donner les anciens billets parfois…neufs !

En général la raison de remplacement des billets est l’usure, sinon l’émission de nouvelles coupures est due à l’inflation selon la détermination de masses monétaires circulantes.

A Madagascar la cause de changement de billets est surtout politique, chaque régime procède à la création de sa propre monnaie papier ou fiduciaire afin d’assurer le budget de l’Etat comme si ce dernier est leur propriété privée !!

Mais on ne détruit pas l’ancienne coupure usagée, mais on continue à l’injecter dans le circuit monétaire, alors les 2 billets : anciens à détruire et nouveaux, censés à les remplacer, continuent d’être valables, en plus du nouveau 20 000 MGA. Pourquoi ?

On est tenté de répondre que la grande majorité de nos dirigeants consultent et suivent à la lettre les conseils des chamanes et autres astrologues qui les guident et les exhortent à changer de billets de banque afin d’asseoir leur pouvoir !?

Comme jadis nos souverains changeaient de talismans à chaque début de règne. Mais à notre ère moderne la cause principale est le financement de leur campagne électorale et avant tout afin d’acheter de l’or pour les épargner ailleurs : Dubaï, Afrique du Sud,…

Il est normal si à chaque élection surgissent les anciens billets d’origine malpropre.

A chaque changement d’administration, les secrétariats généraux des ministères, dont les responsables restent le plus souvent en place avec quelque permutation inter-ministérielle, incitent les nouveaux responsables, surtout les ministres, apprentis selon l’adage "izay tsy hita ny maharatsy azy, efa fanaon'ny teo aloha" (on ne change pas les vieux usages), la méthode du changement de billets afin d’avoir une part, et pouvoir bloquer les magots acquis des dirigeants sous l’ancien régime, sous la couette en attente des élections!!

En illustrant ceci, pourquoi le DG de la Banque centrale hausse le ton sur les 8000 effractions des chèques sans provisions sans piper mot sur les billets qui circulent doublement.

Le financement des campagnes électorales arrivent, d’où viennent tout cet argent ? Ventes parallèles de nos ressources minières et extra-minières ? La double émission des billets ?

Le business de vente de l’or commençait discrètement en 2002 pour prendre de l’ampleur, ceci est dû au dévoiement du « libéralisme » prôné par les bailleurs de fonds…occidentaux sans que la Banque centrale ne puisse ni veuille mettre en stock des lingots d’or pour maintenir le niveau de notre MGA qui se déprécie de plus en plus.

Nos élites économistes, contaminés par les idées reçues de l’Occident, prétendent que détenir un stock de lingots d’or ne signifie plus rien en cette époque de mondialisation commerciale, mieux vaut déprécier le MGA car c’est bon pour le commerce avec l’extérieur comme l’a fait le Yen japonais après la 2nd Guerre Mondiale afin de relever l’économie nippone.

Mais Madagascar n’est pas l’Empire du soleil levant, nous n’avons aucune industrie valable, ni de vrais produits agro-alimentaires rentables, mais nos responsables s’en fichent royalement et préfèrent favoriser le trafic clandestin au lieu de contrôler nos richesses.

A l’image de cet ancien dictateur tunisien qui truffa d’or ses murs au point que la population a détruit sa maison et passé au tamis les poussières.

Les orpailleurs malagasy doivent se tenir sur leur garde, les Chinois arrivent avec la complicité de nos dirigeants !

Notre système est défaillant et corrompu jusqu’à la moelle, on ne cherche point à guérir mais on fait juste un rafistolage, pas même un greffe d’organe, mais juste une petite rustine pour le trou à l’estomac.

Ce que signifient les remplacements de coupures c'est cacher des manœuvres sournoises et parallèles.

Anonymous

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.