Ça sent le prétorianisme

  • vendredi, 13 avril 2018 09:07
  • Anonymous
  • Photo Archives Gasypatriote

La récente déclaration des officiers généraux et supérieurs, à la retraite tout corps de l’Armée confondu, a quelque peu surpris les observateurs de la vie politique nationale.

Plusieurs questions se bousculent : qui sont derrière ces galonnés ? Y-a-t-il une division au sein des forces armées Malagasy ? Est-ce une simple diversion ?

En apparence beaucoup d’entre eux ont joué des rôles importants durant les crises de 2002 et 2009, donc des officiers « politisés », alors face à la situation cacophonique actuelle, certains seront-ils tentés de revenir à la première place dans l’arène.

Mais le plus inquiétant est d’entendre la réplique du Ministre de la Défense nationale en exercice : « l’éthique militaire impose l’obligation de réserve quand on est en activité et le devoir de réserve lorsqu‘on est à la retraite ».

Il a aussi rappelé la cérémonie de vœux au Cercle mess de Soanierana au début de l’année au cours de laquelle : « la mission des forces armées est de préserver la sécurité avant, pendant et après les élections » en ajoutant qu’elles n’accepteront plus que le pays traverse une nouvelle crise et que le pays ne mérite plus d’être dirigé par un pouvoir qui n’est pas issu d’une élection ».

Malgré que ces deux dernières affirmations n’ont rien de mal en soi, la situation ne justifie aucunement la tenue de déclaration telle que « appeler la population à accepter les résultats du vote ». En d’autres termes l’Armée donne un soutien sans faille à l’administration HVM et est prêt à lui donner son soutien pour sa réussite aux prochaines élections.

Le « prétorianisme » défini comme la « participation des militaires dans la vie politique » est toujours vivace dans l’esprit de nos hommes en uniforme. Ce prétorianisme est né à partir du 18 mai 1972 (prise de fonction du Gal Ramanantsoa) et a dominé durant toute la 2nd République (1976-1992).

Une tentative de dépolitisation des Forces Armées a été amorcée durant l’après Ratsiraka entre 1992-1996 avec la parution du « Livre Blanc de la Défense » préconisant une rupture des rapports entre les militaires et le pouvoir politique. Mais la crise politique de 2009 a bien montré que nos concitoyens galonnés ont toujours gardé cet état d’esprit qui persiste jusqu’à nos jours.

Les déclarations de l’actuel Ministre de la Défense reflète bien que l’Armée derrière un légalisme de façade, reste un pivot de l’administration HVM et elle est loin d’être neutre en laissant manifester les partisans du régime et réprimant les opposants.

Nul n’ignore qu’une fois mis en disponibilité et surtout à la retraite, un militaire est délivré de sa réserve, donc ces généraux peuvent faire des déclarations selon leur bon vouloir sauf s’ils sont réintégrés de nouveau, leur « devoir de réserve » est celui de réserviste !!!

Ces proclamations de généraux et officiers supérieurs, et la réponse donnée par le premier responsable de la défense donnent l’image d’une division au sein des militaires.

En regardant les pedigrees des déclarants, on s’autorise à penser que certains d’entre eux sont poussés à l’avant par des politiciens intéressés par les prochaines échéances électorales. Mais l’éventualité d’une manœuvre de diversion n’est pas à écarter, surtout que des insinuations extérieures indiquent que la mise en place d’une transition, pourquoi pas militaire, est souhaitée afin d’éviter des troubles péri-électorales.

Divisé ou pas, Madagascar a toujours besoin de ses soldats selon le devise de ces derniers « Ho an’ny Tanindrazana » (pour la patrie).

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.