Un défi pour un vrai développement

  • jeudi, 12 avril 2018 07:45
  • Anonymous
  • Photos Net

Les Trentenaires, Quadra et autres Cinquantenaires de l’époque ayant connu les « années rouges du socialisme » (1976-1985) ont dans leur grande majorité tourné le dos aux concepts de « patriotisme/nationalisme », « économie dirigiste » de l’Etat, « culture nationale », car ils ont vécu une période de descente aux enfers due aux errements de la politique de la 2nde République.

Alors pour ces générations, la seule issue est un retour vers les Institutions de Bretton Woods (Banque Mondiale, FMI) qui sont perçues comme étant la seule issue, afin de sauver Madagascar, sans oublier un come-back dans le giron de l’ancienne puissance coloniale.
Mais 33 ans plus tard la situation est pire qu’en 1985.

Les élites malagasy n’ont jamais pu redresser la situation, certes il y a eu quelques saupoudrages entre 2002-2009, mais cela n’a pas suffi à combler notre retard, car on fait plus de marche arrière que d’aller de l’avant.

Notre problème est-il civilisationel, comme l’affirme Emmanuel Macron en parlant de l’Afrique? C’est-à-dire, en gros la nation malagasy n’a pas fait les démarches nécessaires pour intégrer la « Civilisation occidentale » pour être considéré comme "civilisé" ?

En guise de réponses, plus exactement de solutions, nous emprunterons Amadou Douno, professeur à l’Université Ahmadou-Dieng de Conakry (Guinée) :

-Les Africains n’ont pas besoin de votre civilisation de débauche. Parce qu’avec votre civilisation: un homme peut coucher avec un homme ; une femme peut coucher avec une femme ; un président célibataire peut avoir deux maîtresses à la fois ; une femme peut coucher avec son chien ; un enfant peut insulter son père et sa mère sans problème ; un enfant peut faire emprisonner ses parents;

-Avec votre civilisation, quand les parents prennent de l’âge, on les emmène à la maison de retraite, et, enfin, avec votre civilisation, un jeune homme peut vivre avec une femme qui a l’âge de sa mère ou sa grand-mère sans problème. Votre cas en est une parfaite illustration ! Les Africains n’ont aucune leçon de civilisation à recevoir de gens comme vous !

-L’Afrique est de loin le continent le plus riche au monde avec ses énormes richesses minières. Ce qui retarde ce continent, c’est le pillage à grande échelle de ses ressources par les grandes puissances, la France en tête !

-Tout le malheur de l’Afrique vient de ce pays qui réalise ses ambitions sur le dos des Africains, avec la complicité de ces traîtres qui n’hésitent pas à sacrifier des générations entières en livrant leurs pays à l’ancienne puissance colonisatrice;

-Ces derniers confient tous les secteurs clés de leurs économies à la France. En réalité, ils mènent la stratégie ou vision politique voulue par l’ancien colon. Ce qui contribue à enfoncer leurs populations dans une misère et une pauvreté extrême. Ceci est la cause des coups d’Etat, des guerres civiles, des génocides, des famines, avec des despotes à la tête de ces pays qui sont maintenus au pouvoir par la France, car cette dernière satisfait toutes leurs exigences !

-La France n’est rien sans l’Afrique ! Le jour où les pays africains tourneront le dos à la France, ce pays plongera dans le chaos ! Tant que les pays africains ne se départissent pas de cette domination de l’ancienne puissance coloniale, en prenant en charge leur propre destin, comme l’ont fait les pays asiatiques, ce sera très difficile pour eux de sortir du gouffre;

-Le défi de l’Afrique, c’est de se débarrasser de la France. Parce que cette dernière n’est pas la solution à son sous-développement, elle est au cœur du problème !

Voilà un constat accablant, mais avec la France, nous ajouterons l’Union Européenne, les Etats-Unis et ces institutions financières encore dominées par les Occidentaux.

Malheureusement, bon nombre de nos politiciens en activité « traumatisés » par les années de dèche de la Révolution socialiste vouent une dévotion sans limite à l’Occident et confondent volontairement nationalisme à socialisme et se font les suppôts irréfléchis du libéralisme à tout vent.

Ils n’ont aucun retenu à déclamer que notre pays « ne peut pas vivre isolé et qu’il a besoin de l’extérieur surtout les bailleurs de fonds ».

Il est temps que les Malagasy sachent qui choisir pour les sortir de l’ornière où ils sont tombés depuis 58 ans. Cette personne existe et il peut le faire !

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.