Vers une confrontation planétaire ?

  • lundi, 02 avril 2018 12:46
  • Anonymous
  • Photo ARTE

Il est loin la chute du mur de Berlin, cela fait presque 30 ans, que le monde communiste s’écroule avec la disparition de l’Union des Républiques Soviétiques (URSS) et ses satellites du Pacte de Varsovie.

Beaucoup en Occident se délecte sur la « fin de l’Histoire », comme si l’Ouest allait dominer le monde.

Commence alors la politique de « libéralisation » et la déclaration que la seule panachée universelle est la Démocratie avec l’Etat de droit.

L’Amérique et l’Union Européenne, à la fin du 20ème siècle, se réjouient de dominer la planète.

L’Afrique se met à l’heure des Etats respectant la décision des urnes en disant adieu aux leaders progressistes pro-soviétiques. Certains pays ont même sombré dans les guerres civiles comme le Congo, Sierra Leone, Liberia et surtout le Rwanda car dans ces nations « démocratie égale débats, voire combats ».

les crises post-électorales ont remplacé, dans la forme, les luttes ethniques.

Les anciennes puissances coloniales trouvent une aubaine afin d’intervenir comme le fait le Royaume Uni au Sierra Leone mais surtout la France en Côte d’Ivoire et bien d’autres.

Mais durant ces 30 dernières années, la Chine communiste a tenu le coup et surtout grâce à sa double politique du « socialisme avec l’économie du marché » de Deng Xiao Ping, la plus grande nation du monde s’est hissée au 1er rang de l’économie mondiale.

Et comme le hasard a bien fait les choses, la Russie ou plus exactement la Fédération de Russie a retrouvé sa place de puissance mondiale grâce à Vladimir Poutine, un officier du FSB ex-KGB, un homme déterminé à restaurer l’empire qui a fait jadis la renommée de sa rodina (patrie).

En effet, l’Occident plus particulièrement l’Europe, préfère une Russie à sa solde, gouvernée par des apparatchiks aux effluves alcooliques, comme Boris Eltsine ou de jeunes roublards sans grande envergure plus attirés par la vie nocturne sur la riviera méditerranéenne.

De cette façon, l’Europe pourrait siphonner à gogo les richesses russes en les faisant miroiter quelques miettes de leurs surplus financiers.

Comme l’Amérique le font dans les pays producteurs de pétrole du golfe : « les monarchies des pétrodollars », commencent à faire double-jeu avec leurs tapis et matelas de dollars en faisant la promotion d’un Islam rigoureux.

La Chine devenue la première puissance productrice mondiale gêne les représentations blanches et chrétiennes qui ont toujours vécu dans la croyance d’un « péril jaune », alors si La Russie ne veut pas être le « laquais des Européens » pourquoi ne pas la détruire, c’est le rêve des Anglais et d’une poignée de WASP (White AngloSaxon and Protestant) américains. Donald Trump fait partie de ces derniers dont le rêve est d’en découdre avec la Russie, quel clown !

La Russie et la Chine fourbissent leurs armes, au propre comme au figuré, si Poutine commence à émerger au Moyen Orient dans la crise syrienne. La Chine profite de toutes ces sanctions proférées par l’Occident à travers des soi-disant résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies contre les pays comme le Venezuela, Iran et même Russie, pour proposer de « briser » le monopole du dollar dans les transactions pétrolières.

Pour se faire, l’empire du milieu avance l’idée du « Yuan-pétrole » en lieu et place du dollar-pétrole, étant donné que la Chine est le premier consommateur d’hydrocarbures dans le monde. Une façon de mettre fin à la domination du dollar.

Si l’idée était jadis celle de feu Kadhafi le « dinar-or », elle a eu peu de chance d’aboutir sans la solidarité des pays arabes producteurs. Mais avec la Chine, superpuissance monopolistique ayant l’arme nucléaire, une possibilité d’yuan-pétrole n’est pas à écarter.

Quoiqu’il en soit, ce n’est point la « fin de l’histoire » car elle continue avec l’affirmation de la Chine à l’échelle planétaire avec sa « nouvelle route de la soie », le retour de la Russie sur la scène internationale avec comme axe Pekin-Moscou ayant comme allié la République Chiite d’Iran, l’équilibre mondial change mais avec des risques de confrontations et ce n’est pas sûr que les Occidentaux en sortiront vainqueurs, car les dirigeants chinois et russes ne sont pas des fantasques comme les Hitler ou Japonais d’avant la 2ème guerre mondiale.

Anonymous

(Photo ARTE, Vers une nouvelle Route de la Soie - Documentaire ARTE)

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.