De bovicide en génocide

  • vendredi, 09 mars 2018 08:08
  • Anonymous
  • Photo Gasypatriote

Bovicide est un terme qui existe en Anglais et il signifie : « the killing of a cow » (le meurtre d’une vache) ou « One who kills cows » (celui qui tue les vaches). Les Anglo-saxons sont très sensibles à la condition animale, c’est dans les îles britanniques que sont nés les mouvements de protection des animaux sauvages comme domestiques, et petit à petit cela a gagné tout simplement l’environnement avec les espèces protégées, autant la faune comme la flore.

Il y a plusieurs années de cela, un capitaine d’industrie agro-alimentaire a importé des vaches de la race Holstein connues pour leurs aptitudes laitières. La production moyenne annuelle tourne autour des 10 000 kg, avec ponctuellement, des individus dépassant les 17 000 kg.

Cette race est originaire de la Frise, une région qui s'étend du nord des Pays-Bas et le nord-ouest de l'Allemagne (Basse-Saxe et Schleswig-Holstein).

Spécialisé dans la transformation des produits laitiers, il est tout à fait normal que cet industriel a recherché les moyens d’améliorer ses accès aux matières premières.

Là où vivent des éleveurs, quel que soit les continents, tuer les vaches est un crime, car comme elle produit, à la fois le lait nourriture de base pour beaucoup, mais elle assure également la descendance de la race.
Ce n’est pas une légende que les Mongols ont transformé le lait en yaourt.

Et même avant l’arrivée des Blancs à Madagascar, les autochtones savaient déjà faire du habobo, une sorte de lait caillé pour ne pas dire une variété de yaourt. Il est fort possible que Ramboasalamarazaka appelé plus tard Andrianampoinimerina, un éleveur de bovins connu de son époque, était passionné par les vaches laitières selon l’historien Rainitovo (1905), pour preuve les noms d’Ampahibe et Amparibe où il gardait ses troupeaux et venait traire régulièrement ses vaches et probablement connaissait-il la transformation du lait en habobo !

Notons en passant que ce monarque est aussi un passionné d’agriculture surtout par l’utilisation d’engrais qu’il faisait parfois venir à prix d’or de régions comme le Vakinankaratra.

Les vaches laitières ont besoin de nourriture appropriée, mais non pas simplement de l’herbe trouvé ici et là. Afin d’atteindre le maximum de rendement, il leur faut chaque jour une alimentation composée de fourrage à 92% (herbes et maïs fourragés) avec de l’ensilage, des plantes hachées, et mises à l’abri pour une bonne conservation. Le reste est composé de concentré, 7%, fait de plantes protéo-oléagineuses : colza, soja, … compressés pour leur conservation et le 1% de sels minéraux.

En moyenne cela représente 56 kg par vache, alors ce n’est pas les quelques ares d’herbes vertes qui satisferont le besoin de ces vaches.

Les empêcher de se nourrir en mettant des scellés ressemble bel et bien à un bovicide selon la définition, et tuer intentionnellement une vache est interdit par la loi à Madagascar.

Rappelons qu’en 2002, des vaches appartenant à ce même industriel ont été abattus à coup de fusil dans la région de Diana.

L’attitude de l’actuelle administration inquiète de plus en plus les honnêtes citoyens sur leur capacité à encore diriger ce pays, tuer des vaches est un crime dans nos traditions, alors est-ce un coup d’essai avant l’autre plus « vache », le génocide ?

Anonymous

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.