Claudine Razaimamonjy lachée par les siens

  • lundi, 19 février 2018 08:28
  • Anonymous
  • Photo Gasypatriote

Le samedi 03 février dernier, l’association Zanak’i Fianarantsoa (natifs de la province de Fianarantsoa) a tenu leur rencontre afin de se présenter les vœux pour l’année 2018. Les 5 régions Amoron’i Mania, Vatovavy Fitovinany, Matsiatra Ambony, Atsimo Atsinanana, Ihorombe ont été représentées par 150 délégués dont, selon certains communiqués, des « élus et des responsables ».

Cette cérémonie toujours selon ceux-ci a été marquée par « la volonté des Natifs de Fianarantsoa de faire triompher la vision présidentielle Fisandratana 2030, déclarée le 25 janvier dernier».

Cette rencontre, que l’on voulait être solennelle, s’est déroulée à l’hôtel A&C Ivato dont le propriétaire n’est autre que … Claudine Razaimamonjy.

Mais aucun des ministres en fonction originaires de ces 5 régions n’ont été aperçus: Ralava Beboarimisa, Monique Rasoazananera, Toto Lydia, Anicet Andriamosarisoa, Tazafy Armand, Rakotomamonjy Nepatraiky.

D’après les explications données ils étaient en mission dans différents lieux de la grande île !? En fait ce sont des explications assez « diplomatiques » pour certains observateurs afin de justifier leur absence.

A l’image d’Anicet Andriamosarisoa présent à Mahajanga à côté de Rivo Rakotovao, président du Sénat et surtout président du parti au pouvoir le HVM alors que tous les deux ont bel et bien reçu leur invitation.

Les Natifs de Fianarantsoa ont rappelé que l’actuel président Rajaonarimampianina a obtenu 67% et 62 % des suffrages exprimés au 2ème tour des élections présidentielles de 2013, respectivement dans les régions de Vatovavy Fitovinany et Matsiatra Ambony.

Certainement ces résultats ont été obtenus grâce à un soutien et réseau de poids de Claudine Razaimamonjy, une des proches du couple Rajaonarimampianina.

Alors pourquoi les ministres en exercice natifs de Fianarantsoa ne se sont-ils pas rendus à ce « sommet hautement symbolique » tenu à l’A&C Ivato appartenant à cette dame ?

Il est à peu près sûr qu’ils ont reçus des « instructions provenant de haut lieu » pour ne pas assister à cette rencontre car la fréquentation de Claudine Razaimamonjy est devenue non recommandable.

En effet, après son arrestation, à la demande du Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) la première semaine d’avril 2017, la Conseillère spéciale auprès de la Présidence de la République était au centre d’un imbroglio judiciaire sans précédent et elle est détenue à Manjakandriana (45 km de la capitale), sa détention alimente encore des rumeurs.

Après l’absence très remarquée des 6 ministres natifs de Fianarantsoa et du président du parti HVM, le sort de Claudine Razaimamonjy est en apparence scellé, elle est devenue persona non grata au sein de la famille HVM.

Cette dernière se sent-elle assez forte pour se débarrasser d’un de ses piliers ou tout simplement ont met Razaimamonjy à l’ombre pour quelques mois encore dans la perspective d’un report des élections.

Anonymous

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.