Les « turpitudes » du Président

  • vendredi, 29 décembre 2017 15:06
  • Super User
  • Photo Letemps

16 ans de cela et à quelques semaines du début de la propagande des présidentielles 2001, l’amiral Didier Ratsiraka déclara à qui veut l’entendre que « l’Amérique est victime de ses propres turpitudes » suite aux attaques terroristes d’Al Qaïda d’Oussama ben Laden contre les Etats Unis.

La principale a été l’assaut contre les Twin Towers de New York qui a fait plus de 3000 morts, ces raids des Islamistes ont été vécus par la nation américaine comme étant les plus diffamants après Pearl Harbour en 1941.

Mais une poignée d’Européens appartenant aux milieux gauchistes (socialistes, communistes, trotskistes, …) ont réinventés la théorie du complot en accusant la Central Intelligence Agency (CIA) comme étant à l’origine de ces attaques sur le sol américain.

Comme l’amiral rouge devenu à l’époque vert (écologiste et …humaniste) a beaucoup de sympathie pour ces groupuscules gauchistes, il a adhéré complètement à leurs points de vue !

La suite nous le connaissons, Ratsiraka a perdu les élections de 2001 et les Etats Unis est le premier Etat à reconnaître son successeur le 26 juin 2002 ouvrant ainsi la légalité internationale pour la nouvelle administration.

Même si les faits ne sont pas les mêmes, de nouveau l’administration malagasy s’est mis à dos celle des Etats-Unis après le vote condamnant la décision du président Donald Trump, de faire de Jérusalem la capitale d’Israël.

Madagascar fait partie des 128 pays ayant pris ce choix durant l’Assemblée Générale des Nations-Unies. Il est à rappeler que ce vote n’a aucune influence sur le déroulement des affaires car au Conseil de Sécurité (instance exécutive de l’ONU) les Etats-Unis ont mis leur veto pour faire passer leur décision.

Par la voix de son ambassadeur aux Nations Unies Nikki Haley, l’administration Trump a mis en garde les nations ayant voté contre leur décision de transférer la capitale d’Israël de Tel Aviv à Jérusalem de sanctions économiques et financières car « on ne prend pas de décisions contre les Etats-Unis tout en demandant leurs aides et assistances » et de plus Donald Trump a déclaré que cette situation permettra aux Etats-Unis de « faire des bénéfices et économies en aidant moins ou pas ces pays ».

Peu de personnes savent que Donald Trump est un chaud partisan de la cause juive pour sa récupération de l’Israël biblique dont la capitale est …Jérusalem. Il l’a montré en allant se recueillir aux Murs des Lamentations à Jérusalem coiffé d’un kipa noir en mai 2017. Premier président américain à faire ce geste fortement symbolique, il a signifié son adhésion idéologique au retour des Hébreux à leur terre ancestrale.

Certains condamnent cette idéologie appelée le « sionisme », retour des Juifs à Sion, cette colline de Jérusalem et montagne sacrée, qui considérée comme l'emplacement historique du palais du roi David et du temple de Salomon.

Comme pour l’amiral, 16 ans plutôt, l’expert-comptable s’est-il fait séduire par quelques sirènes européens connus pour leur anti-américanisme et antisémitisme déguisé? Ou l’angoisse de ne plus recevoir des financements en provenance des pays arabes du Golfe ainsi que de l’Iran ?

L’histoire a de drôle de répétitions, les élections de 2018 seront-t-elles celles de 2001 avec comme toile de fond une nouvelle tension avec l’Amérique ?

L’avenir nous le montrera car nous n’avons pas fini avec les turpitudes, même entre nous.

Anonymous

(Photo Letemps: Devant l’Assemblée générale qui a approuvé par 128 voix pour, 9 contre et 35 abstentions une résolution condamnant la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, l’ambassadrice américaine Nikki Haley l’a martelé avec force: «Nous n’accepterons plus qu’on tire profit de la générosité du peuple américain)

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.