100 jours de congé payé annuel

  • mercredi, 27 décembre 2017 14:51
  • Super User
  • Photo Archives Addis-Abeba

Comme nous sommes dans un Etat de droit, un décret n°2004-812 du 24 août 2004 existe et fixe le régime des congés, des permissions et des autorisations d’absence des fonctionnaires.

A son Titre I à l’article 3, nature des congés : Les différentes sortes de congé auxquels les fonctionnaires peuvent prétendre sont : le congé annuel, le congé annuel cumulé, le congé pour formation, le congé pour éducation dans les domaines social, civique et syndical, le congé de maladie, le congé de maternité, le congé de paternité. Les fonctionnaires qui accomplissent une période d’instruction au titre du service national sont également placés en position de congé pendant la durée de cette période, conformément à la législation en vigueur.

Toujours au titre I, chapitre1, du congé annuel, article 4 alinéa 2 : Tout fonctionnaire en position d’activité a droit à un congé de deux jours et demi par mois de service effectif, soit 30 (trente) jours pour une année de service accompli.

Au chapitre 2 des congés annuels cumulés, article 8 : Les fonctionnaires peuvent obtenir le report pendant cinq années consécutives de la deuxième fraction de congé de quinze (15) jours de leurs droits aux congés annuels prévus au Chapitre I précédent, afin de bénéficier, après six années de service de : 1/ 2 (Deux) mois de congé annuel cumulé, s’ils ont bénéficié pendant les six années, de permission d’absence n’excédant pas 20 (vingt) jours ; 2/ 2 (Deux) mois et 20 (vingt) jours de congé annuel cumulé, s’ils n’ont bénéficié d’aucune permission d’absence pendant les six années de service.

Le Chapitre 5 portant sur les congés de maladie à sa section 2 sur les congés de longue durée à son article 25 spécifie bien «Le fonctionnaire atteint de tuberculose, de maladie mentale, d’affection cancéreuse, de poliomyélite ou de lèpre est de droit, mis en congé de longue durée sur avis du Conseil de Santé dans les conditions fixées par la présente section.

Et à l’article 26, il est bien précisé le Lieu de jouissance des congés de longue durée : Les congés de longue durée sont accordés pour en jouir au lieu où le bénéficiaire établit sa résidence.

Ce long rappel sur le régime des congés, des permissions et des autorisations d’absence des fonctionnaires est fait car le « fonctionnaire en Chef » est le Président de la République et il est très souvent absent surtout cette année 2017 !

En comptant bien, il s’est absenté 16 fois à l’extérieur : missions ? Permissions ? Congés ? Formations ? Son entourage pour ne pas dire sa cour l’excuse en déclarant que le fait qu’il soit le président en exercice de la Francophonie l’oblige à se déplacer souvent afin d’honorer certaines assemblées, en plus de ses obligations en tant que dirigeant de la COMESA.

Effectivement la Francophonie ainsi que la COMESA ont tenu leur grande réunion à Antananarivo vers la fin 2016. Sans oublier que le Président a fait des visites d’Etat en Allemagne, Chine, Italie, Japon,…Sans oublier au Royaume Uni pour le bicentenaire de nos relations.

Il existe aussi des voyages privés pour ne pas dire « secrets » dont aucun communiqué n’est fourni afin d’expliquer le but de ces absences.

Ces périples se font en moyenne 4 fois tous les 3 mois, c’est-à-dire plus d’une fois par mois. Chacun d’eux dure autour de 7 jours.

Notre président est un randonneur et à chaque fois il est suivi par des personnes dont le nombre au total s’élève à plus d’une centaine.

Qui paye la facture qui s’élève à des milliards de MGA? Le peuple malagasy évidemment !

Alors que le MGA (Ariary) dégringole, le prix des hydrocarbures ne cessent de grimper, le coût du riz n’est plus à la portée des Malagasy. La peste a pris des proportions grave, et tout ce temps, le chef de l’Etat est fier de ses virées ici et là dont la durée avoisine les 100 jours en un an. On se demande si finalement il habite à l’extérieur et qu’il est simplement en vacances à …Iavoloha.

Avec une centaine de jours d’absence, notre fonctionnaire en Chef a largement dépassé les quotas signifiés dans les différents articles se rapportant au régime de congé des fonctionnaires malagasy.

On ne peut pas dire aussi qu’il est en « congé longue maladie » car il a une santé sautillante. Non il est en train peut-être de nous prendre…congé.

Anonymous

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.