Foncier : Un réseau de nouveaux arnaqueurs sévit

  • mardi, 11 juillet 2017 09:34
  • Super User
  • Photo Archives Sobika

Pour lutter contre des malveillants qui profitent de la détresse des plaignants, espérant trouver justice à leur cause, le Tribunal d’Anosy a pris des dispositions drastiques sur le mode d’accès au Palais. Malheureusement cela n’a pas suffi, depuis plus d’un an maintenant, un groupe de nouveaux arnaqueurs sévit au sein du Tribunal à Anosy et ce au vu et su de tous, notamment certains magistrats.

En effet une dame, fille d’un général à la retraite et femme d’un huissier au dit Tribunal, ont mis en place un réseau d’arnaque qui a déjà fait plusieurs victimes et dont les préjudices se comptent actuellement en milliards d’Ariary.

Ces personnes-là, avec des complicités des agents du service des domaines et certains magistrats font la pluie et le beau temps au Tribunal. Ce couple travaille sous couvert de prêtes noms pour ne jamais être inquiété.

Ils s’accaparent de biens immobiliers, bâtis et terrains, d’autrui. Le mode opératoire est la suivante : ces personnes identifient les maisons ou les terrains qui les intéressent, font une demande de prescription acquisitive au Tribunal. C’est-à-dire, ils sollicitent l’acquisition des dits biens sous prétexte qu’ils y habitent ou occupent les lieux depuis plus de 20 ans.

En conséquence, le Tribunal saisit le Service des Domaines pour faire les démarches. Ce dernier fait, soit disant ses recherches dans le cadre de procédures dites nécessaires, en réalité tout ça n’est que fictif et finalement donne son accord au Tribunal qui, à son tour, sort un jugement très rapidement en leur faveur pour qu’ils puissent transcrire la propriété à leur nom. Tout ceci se fait dans un très bref délai sans que la victime ou les victimes ne soient au courant de rien. Du jour au lendemain, votre propriété change de nom sans que vous vous rendiez compte !

Un beau matin, on se réveille avec comme surprise que votre maison où vous logez depuis plus d’un quart de siècle, héritage de vos parents, ne vous appartient plus ! Ou quelqu’un qui vous est inconnu construit sur votre terrain avec le titre de propriété à son nom dans sa poche. Bien sûr, les victimes font opposition mais c’est déjà trop tard. Tel est le genre d’arnaques à la mode au Tribunal.

Où est le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) qui revendique la transparence ? Que fait le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO)?

Loin de nos idées de prendre la défense de Claudine Razaimamonjy mais sont-ils trop occuper sur cette affaire pour constater qu’au sein même de leur groupe existent des hommes de loi véreux. Ce couple de malfrats est connu depuis un bon bout de temps pour ce genre d’arnaque au sein du Tribunal mais malgré cela on les laisse faire quand même. Pourquoi ? Pour que tout le monde puisse manger une part du gâteau !

C’est toujours le problème à Madagascar, personne ne veut vraiment prendre ses responsabilités, le peuple se complaît à dire : « que pouvons-nous faire ?» (inona no azonay atao). Les dirigeants font la sourde oreille devant les gémissements de la Nation : Antsakabary, … Les élites semblent vivre sur une autre planète en se foutant de la population qu’ils pensent être qu’une bande de paresseux. La Communauté Internationale s’en lave les mains car elle pense avoir déjà beaucoup donné de l’argent de leurs contribuables pour lutter contre la corruption en Afrique.

Si on emprunte le discours d’un chercheur britannique sur les Menalamba, les Malagasy ont été victimes de leurs propres contradictions qui ont fini à les mener tout droit dans les bras des Colonisateurs. Avec les mafias rurales, celles en col blanc, la mode de cession des terres à des compagnies étrangères, les usurpations plus ou moins officialisées des titres fonciers, insécurité sur tout le territoire, tout cela ressemble d’une manière frappante à ce que vivaient nos aïeux entre 1875-1895.

La suite, on le connaît et on le subit encore.

Anonymous

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa