Phytothérapie ou fikothérapie ?

  • mardi, 06 juin 2017 21:37
  • Super User
  • Photo Sobika

Un diagnostic s’impose, la Nation malagasy est malade, elle est atteinte d’un néo ou cancer au stade final. La seule thérapie valable est une intervention chirurgicale, une ablation ou amputation, sinon c’est la mort certaine.

La chimiothérapie et surtout pas la phytothérapie n’ont plus la côte à ce degré d’affection. Ainsi notre pays est au fond du gouffre et ce n’est point quelques déclarations et distributions de dons qui y changeraient les choses.

Comme une personne souffrant d’une longue maladie, beaucoup en ce moment se tournent vers des formes déguisées de charlatanisme que nous appelons "fikothérapie", le traitement par la tromperie. “Fika” en malagasy signifie mensonge, et beaucoup de nos politiciens en sont friands comme le dit l’adage : « au pays des aveugles les bornes sont roi ».

Quitte à se demander si les Malagasy se complaisent dans la misère comme le sont les masochistes. Les médias sont remplis de ces personnages se vantant de leur réussite par « miracles » interposés, comme si ces rebouteux ou guérisseurs de foire détiennent la clé de notre sortie de l’enfer.

Un autre aspect de la fikothérapie, des campagnes d’intox circulent sous le manteau pour répandre des rumeurs comme quoi celui qui a démissionné et qui s'est enfui en 2009, sera réélu haut la main, si le scrutin se tient en ce moment. Tout cela n’est que divagation de gens à qui l’histoire a donné sa chance mais qui n’ont jamais su la tenir.

Un officier général, homme politique et poète à ses heures a bien dit, il y a quelques années, qu’il ne connaît pas de pays ou nations que la Banque Mondiale ou le FMI aient pu sortir des crises économiques.

Cela ressemble à une tautologie mathématique: une proposition toujours vraie. Pourquoi s’obstiner à faire des discours que travailler avec ces bailleurs traditionnels (BM, FMI) est le seul chemin pour le développement à l’horizon, c’est de la fikothérapie. Et se vanter que 92% du budget de l'Etat provienne de ces dits bailleurs, et que l'objectif des dirigeants est d'obtenir ces financements?

Nous ajouterons qu’à l’exception des Etats-Unis, le Royaume Uni et Israël, aucun pays ou État au monde ne s’est développé sous un régime démocratique à l’occidentale, et même au 21ème siècle il n’y aura point de dérogation.

Face à la misère gangrenant des Malagasy, la démocratie prend le visage de la phytothérapie, une goutte de médicament dans l’océan de pauvreté, car la démocratie, en son état actuel, ne répond pas aux attentes de ce pays, à l’image de cela le peu d’intérêt que les personnes portent aux nouvelles et la rapidité des justices populaires !

Les quelques démonstrations de gonflette (montrer ses muscles hi..hi. ….) faites par le régime n’impressionnent guère les Malagasy, ils se ruent pour manger et c’est tout.

En politique la phytothérapie (tambavy e !) est l’art de la rustine, une vieille recette qui date aussi longtemps que la prostitution !

En fait le pouvoir reviendra à celui qui sait agir en silence ou par…silence, pas aux vieux loups de fikothérapie.

Anonymous

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa