Géopolitique : La nouvelle Route de la soie

  • dimanche, 21 mai 2017 16:08
  • Super User
  • Photo Chinanews

La « nouvelle route de la soie » est l’une des priorités de la diplomatie chinoise, sous la présidence de Xi Jinping. Ce projet englobera 68 pays représentant 4,4 milliards d’habitants et 62 % du PIB mondial selon certains analystes. Dénommée aussi la « Ceinture et la Route » (en anglais One Belt, One Road ou OBOR) est une liaison ferroviaire entre la Chine et l'Europe passant par le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie, la Pologne, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni.

La Chine projette d'injecter 1000 milliards de dollar dans le projet, d'autoroute, port, aéroport, industrie, finance, service.

Il s'agit d'une stratégie de développement pour promouvoir la coopération entre les pays sur une vaste bande s'étendant à travers l'Eurasie et pour renforcer la position de la Chine sur le plan mondial.

Cette dernière veut préserver ses connexions avec le reste du monde en cas de tensions militaires sur ses zones côtières. En tant que premier producteur mondial l'économie chinoise est fortement reliée à d'autres économies.

A titre d’exemple, au milieu des années 2010, les routes maritimes sont utilisées pour les 43 %, de ravitaillement en pétrole et 38 %, du gaz naturel liquéfié en provenance de la péninsule arabique. Ces routes maritimes sont sujettes à diverses difficultés comme la piraterie (détroit d’Ormuz, golfe d'Aden, détroit de Malacca ), mais aussi aux menaces que fait peser la marine américaine sur les intérêts chinois dans l’Océan indien et en mer de…Chine !

Afin d’éviter les mêmes problèmes qu’a eu le Japon dans les années 1940 avec les Américains et qui ont déclenché la IIème guerre mondiale dans le Pacifique, la Chine préfère une géopolitique préventive qui n'affecte pas son approvisionnement. La Chine a aussi, depuis les années 2000, intensifié ses importations en provenance de la Russie. Ainsi, 9 % du pétrole en 2013 et 3 % du gaz naturel liquéfié en 2012 proviennent de la Russie et ces chiffres vont en augmentant.

Remise en selle, la route de la soie s'inscrit dans un besoin de sécuriser les approvisionnements chinois en matières premières. Même légèrement décalée du point de vue géographique de cette route de la soie version 21ème siècle, l’Afrique attire la Chine pour ses richesses minières, 75 % des exportations congolaises de cuivre et de près de 70 % des exportations sud-africaines de fer sont pour l’industrie chinoise, sans oublier les hydrocarbures (Angola, Guinée Equatoriale, Tchad…). Madagascar entre dans ce cadre.

Selon les points de vue, on peut parler d’appétit chinois, les Chinois sont aussi à la recherche de points de ravitaillements essentiellement en céréales (riz, blé et maïs) donc des terrains de cultures. Ce qu’ils font déjà en achetant des milliers d’hectares en Afrique austral et en y installant. Sur ce domaine l’Inde est un de leur adversaire, ce dernier, par entrepreneurs interposés, possède un grand nombre d’hectares pour faire de l’agriculture industrielle en Ethiopie. D’autant plus que la Chine joue sur une préférence certaine pour le Pakistan, le rival de l’Inde dans sa géopolitique régionale.

Cette géopolitique chinoise peut être une opportunité pour les Malagasy, car en se référant à l’histoire, c’est dans le cadre de l’ancienne route de la soie reliant la Chine au Moyen-Orient qu’est née la Nation Malagasy. Et comment ? Cette route historique permettait à la Chine d’exporter ses soies et d’importer le fer et bien d’autres dont elle avait besoin, mais cette route est sujette à des coupures dues aux guerres et autres pillages.

Les Chinois avaient cherché d’autres débouchées, parmi celles-ci, Sofala situé au Mozambique (surtout pour le fer et l’alun), et ils ont demandé aux marins indonésiens de faire le voyage d’où le peuplement de Madagascar, essentiellement faits par des personnes apportées par ces navigateurs.

Avec les approvisionnements en Afrique, la Chine peut dynamiser notre économie à une condition que nous ayons des dirigeants honnêtes et fermes mais non des nuls que certains mafieux chinois profitent comme c’est le cas actuellement.

Anonymous

 

Commentaires (2)
  • Jambua Kimel
    N'oublions pas que la chine ne fait rien pour le bien du monde ! elle le fait pour son propre intérêt ! la chine joue les cartes de colonization des pays faibles car elle a trop de population et veut radicaliser les chinks un peut partout dans le monde... les chinks ne sont pas de confiance, ils te tuent par derrière ... ils appuient les terroristes et n'ont jamais eu de bon voisinage...d'ailleurs vous pouvez imaginer la mentalité de ceux qui bouffent des chiens, des cafards .... bref, tout ce qui bouge quoi....
    lundi, 22 mai 2017 14:09
  • Jambua Kimel
    N'oublions pas que la chine ne fait rien pour le bien du monde ! elle le fait pour son propre intérêt ! la chine joue les cartes de colonization des pays faibles car elle a trop de population et veut radicaliser les chinks un peut partout dans le monde... les chinks ne sont pas de confiance, ils te tuent par derrière ... ils appuient les terroristes et n'ont jamais eu de bon voisinage...d'ailleurs vous pouvez imaginer la mentalité de ceux qui bouffent des chiens, des cafards .... bref, tout ce qui bouge quoi....
    lundi, 22 mai 2017 14:09
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa