Madagascar : Le péché d’être riche

  • mercredi, 17 mai 2017 13:06
  • Super User
  • Photo Sobika Centre commercial Antananarivo

Notre grande île est renommée pour ses richesses, un ancien colon, depuis rentré en métropole, nous racontait qu’il suffisait de se pencher pour récolter des saphirs et autres pierres précieuses.

Malheureusement la population demeure pauvre et ce depuis des…siècles !

Cette paupérisation s’est encore multipliée par vingt avec le retour de l’indépendance. Sur dix entrepreneurs locaux, six sont des indo-pakistanais, deux des sino-malagasy et deux seulement des locaux.

Nous parlons ici des personnes ayant des entreprises pignon sur rue. Si les Indo-pakistanais (Karana) atteignent un haut niveau d’opulence, c'est qu’ils ont bossé dur, ils sont très solidaires entre eux dans chacune de leurs communautés religieuses.

Les deux premières générations ont été modestes et austères, un des leurs nous a raconté qu’il ne mangeait que du khimo (viande hachée un peu épicé) avec du riz et ce, quasiment tous les jours de la semaine et du biriani seulement les jours de fête (Aïd al fitr, mariages,…). Rien d’étonnant donc s’ils ont réussi leurs vies professionnelles.

Par contre certains de nos hommes d’affaires ont souvent contacté la grosse tête en cas de succès: grosses cylindrées, multiples foyers, obésités sans mesure…conséquence, la génération d’après retourne à la case départ.

Certes il y a eu des exceptions, mais leurs interventions dans le domaine politique les ont quelque peu handicapés.

Depuis longtemps les Karana tracent tranquillement leur chemin vers la victoire économique à Madagascar, pendant ce temps-là les Malagasy se perdent en conjonctures et conjectures à deviser sur la politique politicienne sans se soucier du devenir économique de leur terre qu’ils prétendent aimer tant.

Ils oublient même qu’ils laissent derrière eux une descendance dont ils se foutent royalement de leur avenir en s’endettant à mort auprès des bailleurs occidentaux et ce en mettant le pays sous gage. Comme si on sort, avec une miette, chez un usurier, en déposant son bague de mariage comme garantie et on criait sur le toit du fokontany du coin, qu'on a réussi à avoir du crédit.

Quel pays aussi respectable que l’Inde, la Chine et autres se vanteraient d’avoir obtenu des emprunts de plusieurs milliards de dollars sans savoir sous quel type de garantie.

Quel chef d’Etat sain d’esprit oserait dire que son pays est pauvre et qu’il a besoin de la magnanimité des Etats riches comme ces mendiants (androrosy) dans les rues d’Antananarivo?

Mais certains ont trouvé un bouc émissaire: les Karana. Leur seul péché est d’avoir réussi, c’est-à-dire être riche et même si certains kidnappings se font entre eux, certainement dus à des rivalités inter-communautaires ou personnelles et beaucoup en profitent également pour créer un réseau de business avec la complicité de certains dirigeants, cela n’est pas une raison de rester indifférent et surtout de croire qu’être riche est une faute.

Il est grand temps que nos chefs religieux révisent leur catéchisme pour enseigner à leurs ouailles que se complaire dans la misère et attendre des miracles (mendier chez les étrangers) est le pire des ….péchés.

Anonymous

 

Commentaires (3)
  • Healthy Men Viagra [url=http://cheaplevi.com]pharmacy prices for levitra[/url] One Day Delivery Viagra
    samedi, 21 octobre 2017 02:37
  • Olivier Ameisen [url=http://buyvarden.com]levitra plus[/url] Pastillas Cialis 20 Mg
    mercredi, 04 octobre 2017 10:12
  • Priligy Y Viagra A La Vez [url=http://cialtobuy.com ]viagra cialis[/url] Compare Generic Viagra In Canada
    order generic worldwide isotretinoin 10mg tablet usa Prix Du Cialis Au Canada Effexor Online Without Prescription
    How To Last Longer Men cialis Amoxicillin With Or Without Food
    vendredi, 15 septembre 2017 09:06
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa