Pâques de la misère

  • lundi, 17 avril 2017 18:53
  • Britto
  • Photo Sobika

Même si la célébration pascale n’atteint pas une intensité égale à celles des fins d’années, on peut dire que cette année ,Pâques est celle de la misère.

Chaque année les homélies du dimanche pascal des Églises vantent des « Pâques de la victoire » en référence à la célébration de la Résurrection christique. Mais si Jésus a vaincu la mort selon la foi chrétienne, une chose est sûre les Malagasy nagent encore en plein misère.

Depuis des lustres ils attendent la fin de leurs souffrances, on parle que d’un passé meilleur que le présent ! Depuis plus de deux décennies que les temples font deux offices par dimanche, que certains olibrius se déclarent « prophètes », « grands prêtres » au minimum « pasteurs », sans oublier la multiplicité des sectes, mais la nation nage dans la pauvreté.

Pourtant notre île est parmi les plus riches de la planète. Des débats d’idées sont organisés ici et là pour comprendre le pourquoi de cette misère et quelles sont les solutions. En y regardant de près on constate que nos élites parlent dans le vide et leurs manières d’aborder les problèmes ressemblent plus aux sermons dominicaux qu’une approche pragmatique des réalités.

Comment en est-on arrivé là ? En faisant du copié collé de l’Occident plus précisément l’Europe pour ne pas dire la France. Les Malagasy sont parmi ceux qui acceptent le mieux l’infantilisation faites aux Africains par les Européens à travers ses slogans serinés depuis 2001 jusqu’à nos jours : « on ne se suffit pas à nous-mêmes ». de ce fait on brade tous aux étrangers : terres, mines, océan,…femmes.

Une fois pris dans ce piège on sait plus faire l’amalgame entre vrais et mauvais investisseurs et bons ou mauvais contrats.

Les Andrianampoinimerina et les monarques avant lui savaient mieux négocier avec les étrangers que nos élites diplômés des universités locales ou de l’extérieur.

Pour ressusciter, les Malagasy ont besoin d’hommes et de femmes de conviction qui n’ont d’autre but que l’intérêt national.

Anonymous

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.