Cancer au stade final

  • dimanche, 12 mars 2017 15:53
  • Super User
  • Photo Sobika

Le peuple Malagasy ressemble à une personne atteinte de cancer qui est au « stade final ». Aucune thérapie ne réussit et il ne reste plus qu’à se tourner vers Dieu afin de préparer une place dans l’Au-delà.

Le passage du cyclone Enawo pour les Malagasy est comparable à une surinfection fatale sur un corps déjà affaibli par la prolifération cellulaire (tumeur) anormalement importante. On n’attend plus que l’issue finale ? Ce n’est pas les va-et-vient d’une poignée de soi-disant « autorités » qui soulageront la misère populaire face aux caprices de la nature.

Certes, tout le monde a enduré les affres de la sécheresse qui ont fait sortir quelques faux prophètes de leur silence invoquant une malédiction divine, sortilèges,…identiques à ces personnes racontant que les cancers sont guéris par des actes plus proches de la magie que de la médecine moléculaire et rationnelle. Effectivement au stade final d’une « longue maladie » (selon la formule consacrée), les esprits divaguent et on est à la merci du premier charlatan.

Malheureusement l’intervention de ce genre d’individu dans le traitement d’une maladie aussi grave ne fait que dégénérer la situation. Souvent ces personnes s’attribuent la qualité d’ « expert » en ceci ou cela alors que derrière cette façade se profile une imposture dont une minorité d’entre nous sont des spécialistes.

Les histoires d’Ikotofetsy et Imahaka (le malin et le hâbleur) ont forgé certains esprits. Car pour bluffer, certains sont de vrais « experts », tout en tressautant ils essaient de faire avaler des couleuvres à leurs concitoyens.

On ne promet pas la lumière quand le délestage se fait de plus en plus lourd. Déjà sans cyclone les coupures d’électricité duraient une demi-journée voire toute une nuit, alors les dégâts provoqués par la tempête tropicale est une bonne excuse !

Quand on est « expert » en chiffres, il est sûr que l’on sait compter jusqu’au nano…millième. Donc les caisses de la communauté nationale devraient être toujours pleines et on ne doit attendre aucune aide extérieure car la terre des ancêtres des Malagasy est aussi riche, pour ne pas dire plus que l’Australie. Alors pourquoi restons-nous pauvres ?

Parce que nos « experts » qui se sont succédés au pouvoir ne sont que des charlatans ! Le cancer du peuple Malagasy ou Homamiadan’ny Vahoaka Malagasy pourra-t-il guérir un jour ? Ou c’est déjà le stade final avec la mort au bout.

Anonymous

 

Commentaire (1)
  • Ranandrason
    Le Malgache est expert dans la parole, et la critique,, mais fait-il leur propre critique????.... les experts ne sont pas des experts, mais ceux qui trouvent qu'ils ne sont pas experts, n'ont aussi rien à proposer, ou ne font rien.. Dès qu'on les invite à participer à une action pour venir en aide à ceux qui en ont besoin..., plus personne..., Ah si... sauf si cela est bien médiatisé et qu 'il soit bien mis en valeur,..pour être bien vu.. De l'autre côté, les soit-disant experts ne peuvent rien faire que ce qu'ils prétendent savoir, et s'il vous plaît, n'allez surtout pas leur dire, voici comment il faudrait faire!!...Il faut payer pour pouvoir aider... Les malgaches sont ainsi, c'est à dire " foutus" à l'avance, par leur complexes et leurs susceptibilités... Mais nous, malgré tout, on laisse les chiens aboyer, notre caravane continue à passer, car des gens innocents, naïfs et non instruits (par la faute des experts peut-être) meurent en silence.on en sauvera peut-être 1 ou 2 pour qu'ils puissent faire boule de neige auprès des autres, c'est déjà çà.
    lundi, 13 mars 2017 11:44
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa