Colonisé dans l’âme !

  • dimanche, 05 mars 2017 13:42
  • Super User
  • Photo Archives

On se demande où sont passés les « sages » de cette nation. Sont-ils devenus muets….sourds et aveugles ? A l’exception de quelques-uns, la pensée patriotique voire nationaliste semble ne plus faire recette.

Qu’est-ce qui explique cette léthargie touchant la majeure partie de la population …tananarivienne ? Insécurité, inflation, vols des richesses minières, anarchie dans tous les secteurs de la vie socio-économique, rien ne semble ébranler cette prostration qui trahit un état de marasme global et permanent. Quand on demande à nos concitoyens le pourquoi et le comment, la réponse qui revient le plus souvent est : « personne nous guide (tsy misy mpitarika !), on nous a toujours berné ».

Mais les Malagasy ont-ils toujours su choisir leur leader ? C’est près d’un siècle qu’on attend notre hypothétique …messie ou Moïse (Mosesy) qui nous sortira de la vallée de la mort ! Depuis le « Ramorabe » [ Beaucoup sauront de qui on parle, on ne s’attaque pas directement à une icône] (mister cool) de 1946-1948, le Dadabe de 1958-72, le Deba de 1975-1991, Ra-prof de 1993-95, Ramose/Dada 2002-2009,….Tous ont fini en queue de poisson.

Alors ? Et si la réponse est que… nous sommes tous des colonisés dans l’âme. Nous nous représentons le monde avec des logiciels (à défaut de lunettes) d’Occidentaux. Nous partageons les mêmes visions qu’eux alors qu’aucune d’entre elles ne répond à nos aspirations. En d’autres termes nous faisons que rêver depuis plus de cinquante ans.

Nous n’avons pas de solution sauf celles qui nous sont suggérées par nos bailleurs de fond. Cette communauté internationale si chère à nos dirigeants depuis la fin des années 80. Cette protection tant recherchée par les responsables rend compte de notre mentalité de colonisé dans l’âme.

On est si fier des trois milliards de dollars reçus en 2003 ou du 8 milliards de dollars en 2016. Ces personnes qui s’arrogent de titre de magistrat suprême oublient que leur mendicité engendre le mépris. Tout le monde dit « international » se permet de donner leur avis sur la conduite de nos affaires intérieures.

En réalité les Malagasy sont loin d’être indépendants, ils sont et restent colonisés dans l’âme. Pour s’en sortir il est temps de formater nos pensées, de booter ceux qui nous ont rendu dépendants à cette manière de voir incompatible à notre situation.

Comment ? En mettant fin à ces régimes qui n’ont apporté que misère et désespoir.

Anonymus

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa