Redorer le blason

  • mardi, 15 novembre 2016 14:02
  • Andry Baliba
  • Photo: Archives Sobika

Le président du syndicat des Magistrats de Madagascar ou SMM clame son indignation et condamne la pratique de la vindicte populaire qui devient, surtout ces derniers temps, monnaie courante dans plusieurs régions du pays.

Ce magistrat de rappeler que tous les citoyens se trouvent dans l’obligation de respecter et de faire confiance à l’appareil judiciaire ainsi qu’aux forces de l’ordre à l’exécution de leur rôle respectif au lieu de faire justice eux-même.

Le président du SMM reconnait que c’est le manque de confiance des contribuables vis-à-vis des tribunaux et des officiers de police judiciaire dans la pratique de leurs enquêtes qui favorisent la vindicte populaire. Nombreux sont les victimes qui ne voient plus l’utilité des tribunaux ni la police nationale ni la gendarmerie nationale.

A cause de la corruption, les voleurs et les assassins soufflent le chaud et le froid au niveau des administrations sécuritaires. Ils dictent leurs lois et n’ont peur de rien. Déçus par cette pratique infâme et abjecte, les plaignants choisissent le moyen facile et rapide afin d’assouvir leur goût de vengeance.

Force est de constater que la vindicte populaire n’est pas sans faille dans la mesure où elle risque de faire tâche d’huile. Pourtant, pour pouvoir regagner la confiance des contribuables, les magistrats ainsi que les éléments de la gendarmerie nationale ou ceux de la police nationale doivent procéder à un grand toilettage afin d’éradiquer tout genre de corruption qui gangrène les tribunaux et les forces de l’ordre. Ce n’est pas le fruit du hasard si l’insécurité règne en brousse aussi bien qu’en ville. C’est que les malfaiteurs font comme bon leur semble. Le cas des vols de bœufs dans la région du Melaky entre autres.

Des preuves irréfutables font aussi monter la connivence entre des forces de l’ordre et les dahalo au niveau de plusieurs régions. A Mampikony, la population en colère bleue s’est mise à attaquer les camps de la gendarmerie. Une initiative inimaginable mais qui s’est réalisée à cause de la frustration.

Pour redorer leur blason, les tribunaux et les forces de l’ordre auront fort à faire pour pouvoir rétablir l’ordre à Madagascar.

Commentaires (3)
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa