Editorial

    • mardi, 15 septembre 2015 09:46
    • Photo: Net http://medias.lepost.fr/

    Migration: Le boomerang de la politique d'esclavage et de la guerre

    Il y a 200 ans, l'Europe a voulu envahir l'Amérique, avec un besoin de mains d'oeuvre pour défricher la grande terre du nouveau continent. Les Européens sont partis en Afrique pour trouver des hommes et des femmes réduits en esclave, amenés vers les Antilles et en Amérique. Les matières premières transformées industriellement sont ramenées en Europe et le reste revendu ou troqué en Afrique pour avoir plus d'esclaves. Actuellement, la démocratie et le droit de l'homme obligent tout le monde à donner un nouveau visage des pratiques jugées révolues.Mais sans tenir compte des besoins bestiaux de la politique géostratégique. Les esclaves commencent à demander leur liberté, delà à demander leur droit, et dédommagement. Au nom de la démocratie et de l'indépendance, les Africains commencent à se demander s'ils peuvent gérer leurs richesses. La solution de la géopolitique est de fixer chez eux les esclaves, mais donner un joli nom de travailleur des zones franches, les milliards de Chinois ne deviendront-ils pas les ouvriers du monde, avec leur salaire misérable. Seulement, les fouets du temps de l’esclavage sont rangés dans le paysage, mais tous les moyens de répression sont bons pour augmenter les rendements.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 09 septembre 2015 14:38

    Cercle vicieux

    Tout compte fait, cette histoire de mémorandum n’est qu’un comte de rêve pour faire dormir débout les naïfs. De retour de son périple aux Etats –Unis, Jean Max Rakotomamonjy, capitaine de l’Assemblée Nationale qui a emmené depuis fort longtemps les députés, en bateau, entre autres la motion de censure et tentative de déchéance , a fait tomber l’une de ses masques en avouant que ce fameux mémorandum, dont la teneur reste encore une totale obscure , devrait faire l’objet d’une discussion avec le Président de la République. A dire vrai, ce document, malgré le tapage sur l’existence fictive de 90 députés l’ayant signé, n’existe même pas en rêve.  On se moque de qui là ? Ce mardi, « l’aboyeur » d’Iavoloha, le député Jean Nicolas Randrianasolo, qui fait office de l’huissier annonceur des invités et du programme présidentiel, a encore fait avoir, à moins qu’il ne parle à travers son chapeau comme d’habitude, que le pacte de responsabilité n’est qu’une prise de responsabilité ordonnée par la Haute Cour Constitutionnelle.
    Lire la suite ...
    • lundi, 07 septembre 2015 12:00
    • Photo: Sobika

    Insécurité arrangée ?

    Dans son rapport d’enquête en date du mois d’août 2015, la Banque Mondiale, outre la gabegie administrative au niveau des tribunaux, n’a pas également laissé sous silence l’insécurité galopante, ainsi que la recrudescence de la criminalité sous forme de kidnapping à l’endroit des ressortissants indo-pakistanais, naturalisés français, résidant à Madagascar. La Police de la brigade criminelle d’Anosy, lors d’une rencontre avec la presse a avoué l’implication d’un officier supérieur dans cette louche affaire de kidnapping sans avoir donné des détails, mais des enquêtes d’investigations ont permis de savoir qu’il s’agit d’un commissaire principal de Police, qui n’est pas hélas à sa première opération. Le nom d’un Général de brigade de la gendarmerie national malagasy et son fils figurent également dans la liste des principaux suspects. Ce n’est pas étonnant si les enquêtes se terminent toujours en queue de poisson sans pouvoir mettre dans la maille du filet les gros bonnets. « Kopi kolé » de l’affaire bois de rose. On n’arrête que des petits lieutenants. Les gros calibres sont intouchables. A Tsaralalana, les trafiquants d’héroïne et cocaïne collaborent aussi avec des forces de l’ordre pour faire passer les produits.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 02 septembre 2015 15:17
    • Photo: Sobika

    Armée de Bourguiba

    Dernier rempart de la protection de la souveraineté nationale, défendre tous les citoyens ainsi que leurs biens, gardien de la paix ainsi que les institutions. Ce sont en quelques sortes, les devoirs et obligations des forces de l’ordre. Dès leur enfance, nombreux sont les petits bout de choux qui rêvent de devenir policier, gendarme, détenir les armes et combattre le mal. Mais actuellement, ce rêve est défendu par les parents, c’est un sujet tabou à moins pour ceux qui n’ont pas beaucoup de choix sur leur avenir professionnel. Devenir un membre des forces de l’ordre est un honneur et privilège pour un jeune garçon issu du milieu modeste. On ne l’a pas vu venir, ce changement de perception des malagasy vis-à-vis des hommes en treillis. Dans de lointains districts, certains préfèrent croiser un menteur ou un voleur de poulet plutôt que de se trouver nez à nez avec des « mpanao fanjakana » ou « vazaha » en traduction libre une autorité de l’Etat; c’est-à-dire les hommes en treillis. Tu ne pourrais pas passer sans payer au moins cinq bouteilles de bière. En brousse, les armées sont des maux nécessaires, ils peuvent vous venir en aide si vous avez les moyens mais en un rien de temps ils peuvent aussi vous dépouiller d’une « manière légale ».
    Lire la suite ...
    • samedi, 29 août 2015 16:28

    Arrêtez de parler, agissez et vite

    Au risque d’en déplaire le premier ministre, chef du gouvernement mais on n’aura pas de cesse, jusqu’à ceux qu’ils (les dirigeants du pays) décident de traduire leurs intentions en action, que les contribuables veulent du concret. Le numéro un de Mahazoarivo s’est rendu à Ankazoabo est a promis que le razzia perpétré par des bandits de grand chemin ne restera pas sans que personne ne soit punis. Désolé monsieur le premier ministre mais à Betroka, un officier adjoint du commandant de la compagnie de la gendarmerie est tombé par les balles de dahalo, oui il parait que les auteurs du meurtre auraient déjà payé de leur méfait mais qu’en est il des trafiquants des centaines des armes qui, malgré leur retentissent procès, circulent toujours librement après quelques jours de passage au cachot.
    Lire la suite ...
    • lundi, 24 août 2015 12:54

    Disque troué

    Difficile accouchement d’une nouvelle majorité parlementaire dans un faux climat d’apaisement pourtant garant d’une stabilité politique. Condition « sine qua non » de la vraie relance économique de la Grande île. Presque à mi-mandat, Hery Rajaonarimampianina, intronisé au commandement suprême du pays par les hommes du Mapar qu’il classifie actuellement comme un paria, le Président de la République, malgré les efforts de ses lieutenants, n’arrive pas à asseoir cette majorité parlementaire. Les chefs des églises se sont déjà pliés en quatre pour recoller les morceaux au nom du Fihavanana mais le « démon » de la division tient tête à l’exorcisme. La politique de mallette a déjà été mise en œuvre, mais ces députés indociles veulent toujours plus. La préoccupation de leur sujet n’est que le cadet de leur souci.
    Lire la suite ...
    • mardi, 18 août 2015 16:15

    Pseudo-victoire

    Officieusement, le parti présidentiel Hery Vaovaon’i Madagasikara a raflé plus de 50% des postes de maires à pourvoir dans tout Madagascar. Le défi de remporter les 1000 communes est donc largement atteint. Même si ces élections sont un peu mitigées, une victoire c’est une victoire. Les bouteilles de champagne et les bois carrés peuvent sortir du placard. A charge des ministres ou députés coach d’inventer les raisons de la réticence des électeurs avec un taux record jamais battu de 75% d’abstention. Jean Nicolas Randrianasolo, le député de Madagascar aux multiples couleurs politiques pour maquiller la déconvenue du Hvm dans sa circonscription à Betroka avance une histoire à dormir débout comme quoi, des dahalo ont saccagé des bureaux de vote. Il aurait pu se taire comme la députée Cathy de Mananjary battue à plate couture par la bande à Dadafara, président fondateur du parti Refondation totale de Madagascar, au cœur de son fief. Mais après cette « pseudo- victoire » que va-t-il se passer ?
    Lire la suite ...
    • jeudi, 13 août 2015 16:49

    Laver l'affront

    Des questions se posent dans les milieux politiques. Où Ratsiraka veut-il en venir en faisant cette apparition télévisuelle toujours spectaculaire outre la présentation de sa biographie. Si les uns pensent que l’Amiral fait ce show pour ne pas se faire oublier sur l’échiquier politique malgré la force de l’âge qui pousse les troisièmes générations à une étalage d’idée et de connaissance, les autres estiment que l’ancien Président de la République veut encore faire un dernier coup d’éclat politique en faisant un clin d’œil à l’actuel chef d’Etat Hery Rajaonarimampianina. Didier Ratsiraka après ses mandats en dents de scie veut sortir par la grande porte ? Ceci explique-t-il cela pour justifier la présence de Rivo Rakotovao président national du parti présidentiel Hery Vaovaon’i Madagasikara ? Mais de toutes les manières, l’homme fort de l’Arema, bien qu’il a déjà fait preuve d’humilité à chaque occasion, lors du processus de la réconciliation nationale diligenté par le FFKM entre autres, a profité du moment d’hier devant les téléspectateurs pour laver l’affront en mettant au dos du feu du Général Andriamahazo, paix à son âme, comme commanditaire de l’assassinat du général Richard Ratsimandrava au grand dam de la grande famille de l’armée malagasy même si cette vibrante déclaration n’aura peut-être pas beaucoup d’impact inattendu que de la part de la famille d’Andriamahazo ou émanant du journaliste Latimer Rangers cité comme source de l’information.
    Lire la suite ...
    • mardi, 11 août 2015 15:21

    Sans issue

    La situation à Madagascar va de mal en pis. Des participants aux dernières communales truffées de fraudes et anomalies, font la queue auprès des tribunaux administratifs pour déposer leurs requêtes tandis que d’autres politiques ont manifesté publiquement leurs contestations dans quelques grandes villes. Dans tout autre domaine, des manifestations ici et là rend tristement célèbre la capitale de la Grande île. A Ampefiloha, les étudiants de l’Ecole Normale Supérieure sont sortis de leur mutisme face à un risque d’année blanche occasionnée par la grève des enseignants chercheurs. Aux 67 ha, les marchands occupant le terrain du Coum refusant d’évacuer les lieux bravent les forces de l’ordre de l’Emmoreg d’Analamanga. A Ankatso outre la grève du SECES soutenue par des étudiants, les habitants du campus ont également érigé un barrage pour montrer publiquement leur mécontentement face au délestage dans presque tous les quartiers de la capitale sans oublier la grève de l’inter-syndical de la Jirama contre l’implantation de la société américaine Symbion Power au central de Mandroseza.
    Lire la suite ...
    • vendredi, 07 août 2015 12:06

    Cause toujours, je t'écoute

    Décidément, les histoires qui se répètent dans le paysage politique malagasy n’ont pas servi de leçon aux actuels dirigeants. Bien avant le processus électoral, quelques membres des médias ont déjà prévenu le Chef du Gouvernement sur une éventualité de crise post-électoral à cause des préparations bâclées mais le Premier Ministre Jean Ravelonarivo n’a pas voulu croire un mot. « Nous devrions attendre sagement la proclamation des résultats au lieu de déstabiliser l’opinion. Des mauvaises langues ont prédit qu’il n’y aura pas d'élection alors que la CENI-T est déjà à pied d’œuvre » a-t-il dit.Pas plus tard qu’hier ce même Premier Ministre lors de son déplacement à Soaniedanana a accusé les plaignants d'être des mauvais perdants et des semeurs de trouble. En dépit des réclamations ici et là, des mouvements de contestations à Fianarantsoa, Ilakaka, Toliara, Antsirabe, Ampasikely et à Fenerive-Est, Jean Ravelonarivo estime toujours que les élections se sont bien passées.
    Lire la suite ...
Page 10 sur 12
B1 - Polyclinique
B2 - Toa