Editorial

    • jeudi, 08 octobre 2015 13:01
    • Photo: Net

    Résolution du Fihavanana aux oubliettes

    Il n’a pas fallu avoir une inspiration prétendument surnaturelle pour prédire le devenir de la résolution du processus de réconciliation nationale, diligentée par l’association des églises chrétiennes de Madagascar ou FFKM, au centre de conférence internationale d’Ivato. Mais là, nous avons la réponse. Une réponse que bon nombre de citoyens ont déjà vu de loin, que les chefs des églises chrétiennes ne sont que des victimes d’une machination politique. De retour de son périple aux Etats-Unis, le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a fait toute une litanie sur le "fihavanana". Un sujet qui a été pourtant déjà décortiqué de long en large lors de la réunion organisée par le FFKM mais, qu’est-ce qu’elle devient la fameuse résolution signée par Hery Rajaonarimampianina lui-même? Aux oubliettes ? (Pour ne pas citer d’autres endroits indécents). Mais afin d’asseoir une stabilité politique qu’il ne verra jamais, le Chef de l’Etat aspirant la confiance des bailleurs de fonds à la clé, remet au tapis le sujet du Fihavanana pour embobiner les politicards avides de chaises et de pouvoirs mais, à dire vraie, Hery Rajaonarimampianina n’a rien à cirer du Fihavanana.
    Lire la suite ...
    • lundi, 05 octobre 2015 12:07
    • Photo: Sobika

    Ravalomanana, un faux espoir ?

    L’accession de Lalao Ravalomanana au poste de Premier Magistrat de la capitale serait-elle vraiment le point de salut pour Antananarivo? Beaucoup d’encres coulent déjà alors que nous ne sommes qu’à la phase de la passation de pouvoir. Dans sa déclaration à peine voilée, Roland Ratsiraka, Ministre des Travaux Publics a déjà annoncé la couleur en donnant une précision sur la réfection de quelques centaines de kilomètres de l’artère de la capitale de Madagascar qui revient à la Commune urbaine d’Antananarivo. Une occasion en or pour Marc Ravalomanana, l’époux de Madame le Maire et ancien Chef d’Etat de montrer qu’il est vraiment « Dada » en entretenant à temps ces routes et déboucher tous les canaux d’irrigations dans la ville des milles à trois mois de l’avènement de la période de pluie. Le nouveau Maire a lancé de grands défis durant sa campagne, parmi lesquels nous avons noté certains points, notamment, la construction de nouvelles habitations, la réorganisation au sein de la ville ponctué par la plus difficile mission, à savoir les problèmes des marchands ambulants etc…
    Lire la suite ...
    • mercredi, 30 septembre 2015 11:22

    Osons- nous à le faire?

    Tout est une question de volonté. Qui l’aurait cru que Joseph Sepp Blatter, le grand patron de la Fédération Internationale de football amateurs, une institution plus grande que le système des Nations- Unies tant au niveau des pays membres qu’au niveau de son budget de fonctionnement se trouverait actuellement sur le banc de l’accusé au tribunal Suisse. Reproché d’avoir reçu de pot de vin, les amoureux de la balle ronde de la planète lui réclame sa démission avant la tenue des élections de son successeur en février 2016. Coup de butoir également pour Jack Warner, vice- président de la Fifa. Reconnu coupable par la commission d’éthique sur une histoire de corruption, sur l’acquisition de la Russie du Mondial 2018 ainsi que celui de Qatar 2022. Jack Warner est radié à vie de stade de foot. Ce n’est pas encore fini, Michel Platini, Président de l’Union européenne de football amateurs se trouve également dans le collimateur de la justice suisse. Michel Platini qui pourtant est le boss de la plus grande confédération de football dans le monde et candidat favori à la succession de Sepp Blatter ne peut pas se passer de la justice. Il a été entendu sur une affaire de 2 millions d’euros, une enveloppe qui lui a été versée en échange du service qu’il a rendu à la Fifa durant quelques années.
    Lire la suite ...
    • mardi, 22 septembre 2015 12:52
    • Photo: Net

    Le syndrome de l'importé finit en friperie

    Dans les années 80, le syndrome de tout ce qui sont importés occupe tous les secteurs, économiques, sociaux, politiques voire quelques années après, culturels et confessionnels. Une chanson de Tsielonina, un artiste de chanson à texte rappelle le « Tolompiavotana » le Boeing 737-200 de la compagnie Air Madagascar assurant la liaison Tana – Réunion – Tana n’avait à son bord que le reste des « Vazaha » de la petite lingerie jusqu’aux produits alimentaires pour inonder le marché de l’Arcade d’Analakely pour ceux qui avaient le moyen à l’époque de s’acquérir des baskets grandes marques, Palladium , Stan Smith, ou Nastase.   25 ans après, rien n’a changé, la situation s’empire, Afin d’éradiquer les méfaits des bandits de grand chemin qui dictent leur loi comme bon leur semble actuellement. Il a fallu attendre l’initiative de DCAF ou Democratic Control of Army Forces pour figurer la Grande île dans son projet de Réforme du Secteur Sécuritaire en Afrique, pour faire régner la paix surtout dans des pays déchirés par les crises politiques. Ce n’est pas l’initiative du DCAF, en partenariat avec l’Union Africaine qui n’est pas souhaitable. Les contribuables malagasy l’apprécient au contraire, « c’est une initiative importée » pour ne pas dire une initiative friperie dans la mesure où on connait pertinemment, quand même, ce qui se passe au grand continent en matière d’insécurité.
    Lire la suite ...
    • mardi, 15 septembre 2015 09:46
    • Photo: Net http://medias.lepost.fr/

    Migration: Le boomerang de la politique d'esclavage et de la guerre

    Il y a 200 ans, l'Europe a voulu envahir l'Amérique, avec un besoin de mains d'oeuvre pour défricher la grande terre du nouveau continent. Les Européens sont partis en Afrique pour trouver des hommes et des femmes réduits en esclave, amenés vers les Antilles et en Amérique. Les matières premières transformées industriellement sont ramenées en Europe et le reste revendu ou troqué en Afrique pour avoir plus d'esclaves. Actuellement, la démocratie et le droit de l'homme obligent tout le monde à donner un nouveau visage des pratiques jugées révolues.Mais sans tenir compte des besoins bestiaux de la politique géostratégique. Les esclaves commencent à demander leur liberté, delà à demander leur droit, et dédommagement. Au nom de la démocratie et de l'indépendance, les Africains commencent à se demander s'ils peuvent gérer leurs richesses. La solution de la géopolitique est de fixer chez eux les esclaves, mais donner un joli nom de travailleur des zones franches, les milliards de Chinois ne deviendront-ils pas les ouvriers du monde, avec leur salaire misérable. Seulement, les fouets du temps de l’esclavage sont rangés dans le paysage, mais tous les moyens de répression sont bons pour augmenter les rendements.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 09 septembre 2015 14:38

    Cercle vicieux

    Tout compte fait, cette histoire de mémorandum n’est qu’un comte de rêve pour faire dormir débout les naïfs. De retour de son périple aux Etats –Unis, Jean Max Rakotomamonjy, capitaine de l’Assemblée Nationale qui a emmené depuis fort longtemps les députés, en bateau, entre autres la motion de censure et tentative de déchéance , a fait tomber l’une de ses masques en avouant que ce fameux mémorandum, dont la teneur reste encore une totale obscure , devrait faire l’objet d’une discussion avec le Président de la République. A dire vrai, ce document, malgré le tapage sur l’existence fictive de 90 députés l’ayant signé, n’existe même pas en rêve.  On se moque de qui là ? Ce mardi, « l’aboyeur » d’Iavoloha, le député Jean Nicolas Randrianasolo, qui fait office de l’huissier annonceur des invités et du programme présidentiel, a encore fait avoir, à moins qu’il ne parle à travers son chapeau comme d’habitude, que le pacte de responsabilité n’est qu’une prise de responsabilité ordonnée par la Haute Cour Constitutionnelle.
    Lire la suite ...
    • lundi, 07 septembre 2015 12:00
    • Photo: Sobika

    Insécurité arrangée ?

    Dans son rapport d’enquête en date du mois d’août 2015, la Banque Mondiale, outre la gabegie administrative au niveau des tribunaux, n’a pas également laissé sous silence l’insécurité galopante, ainsi que la recrudescence de la criminalité sous forme de kidnapping à l’endroit des ressortissants indo-pakistanais, naturalisés français, résidant à Madagascar. La Police de la brigade criminelle d’Anosy, lors d’une rencontre avec la presse a avoué l’implication d’un officier supérieur dans cette louche affaire de kidnapping sans avoir donné des détails, mais des enquêtes d’investigations ont permis de savoir qu’il s’agit d’un commissaire principal de Police, qui n’est pas hélas à sa première opération. Le nom d’un Général de brigade de la gendarmerie national malagasy et son fils figurent également dans la liste des principaux suspects. Ce n’est pas étonnant si les enquêtes se terminent toujours en queue de poisson sans pouvoir mettre dans la maille du filet les gros bonnets. « Kopi kolé » de l’affaire bois de rose. On n’arrête que des petits lieutenants. Les gros calibres sont intouchables. A Tsaralalana, les trafiquants d’héroïne et cocaïne collaborent aussi avec des forces de l’ordre pour faire passer les produits.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 02 septembre 2015 15:17
    • Photo: Sobika

    Armée de Bourguiba

    Dernier rempart de la protection de la souveraineté nationale, défendre tous les citoyens ainsi que leurs biens, gardien de la paix ainsi que les institutions. Ce sont en quelques sortes, les devoirs et obligations des forces de l’ordre. Dès leur enfance, nombreux sont les petits bout de choux qui rêvent de devenir policier, gendarme, détenir les armes et combattre le mal. Mais actuellement, ce rêve est défendu par les parents, c’est un sujet tabou à moins pour ceux qui n’ont pas beaucoup de choix sur leur avenir professionnel. Devenir un membre des forces de l’ordre est un honneur et privilège pour un jeune garçon issu du milieu modeste. On ne l’a pas vu venir, ce changement de perception des malagasy vis-à-vis des hommes en treillis. Dans de lointains districts, certains préfèrent croiser un menteur ou un voleur de poulet plutôt que de se trouver nez à nez avec des « mpanao fanjakana » ou « vazaha » en traduction libre une autorité de l’Etat; c’est-à-dire les hommes en treillis. Tu ne pourrais pas passer sans payer au moins cinq bouteilles de bière. En brousse, les armées sont des maux nécessaires, ils peuvent vous venir en aide si vous avez les moyens mais en un rien de temps ils peuvent aussi vous dépouiller d’une « manière légale ».
    Lire la suite ...
    • samedi, 29 août 2015 16:28

    Arrêtez de parler, agissez et vite

    Au risque d’en déplaire le premier ministre, chef du gouvernement mais on n’aura pas de cesse, jusqu’à ceux qu’ils (les dirigeants du pays) décident de traduire leurs intentions en action, que les contribuables veulent du concret. Le numéro un de Mahazoarivo s’est rendu à Ankazoabo est a promis que le razzia perpétré par des bandits de grand chemin ne restera pas sans que personne ne soit punis. Désolé monsieur le premier ministre mais à Betroka, un officier adjoint du commandant de la compagnie de la gendarmerie est tombé par les balles de dahalo, oui il parait que les auteurs du meurtre auraient déjà payé de leur méfait mais qu’en est il des trafiquants des centaines des armes qui, malgré leur retentissent procès, circulent toujours librement après quelques jours de passage au cachot.
    Lire la suite ...
    • lundi, 24 août 2015 12:54

    Disque troué

    Difficile accouchement d’une nouvelle majorité parlementaire dans un faux climat d’apaisement pourtant garant d’une stabilité politique. Condition « sine qua non » de la vraie relance économique de la Grande île. Presque à mi-mandat, Hery Rajaonarimampianina, intronisé au commandement suprême du pays par les hommes du Mapar qu’il classifie actuellement comme un paria, le Président de la République, malgré les efforts de ses lieutenants, n’arrive pas à asseoir cette majorité parlementaire. Les chefs des églises se sont déjà pliés en quatre pour recoller les morceaux au nom du Fihavanana mais le « démon » de la division tient tête à l’exorcisme. La politique de mallette a déjà été mise en œuvre, mais ces députés indociles veulent toujours plus. La préoccupation de leur sujet n’est que le cadet de leur souci.
    Lire la suite ...
Page 9 sur 11
B1 - Polyclinique
B2 - Toa