Editorial

    • jeudi, 18 février 2016 21:25

    Journalistes ou journaleux : Chacun ses compétences

    La liberté d’expression est un Droit fondamental du citoyen dans une démocratie. C’est ce droit qui permet à tout un chacun de dire tout haut ce qu’il pense tout bas, ou alors de choisir le droit de se taire. Cette liberté d’expression est d’autant plus importante lorsqu’elle concerne les journalistes. Car ces derniers, au delà du fait qu’ils ont, comme tout le monde, le droit d’émettre leurs opinions, ont également et surtout le devoir de révéler les vérités, de dévoiler ce que certains souhaiteraient voir enfoui à jamais. Le revers de la médaille de ceci est que les journalistes, de par le pouvoir d’informer qui leur est conféré, se doivent de s’appuyer sur une éthique. Ceci est inhérent à leur fonction, tout comme leur est accordée d’office une confiance absolue, qui implique que déontologiquement, ils ne peuvent que dire vrai.
    Lire la suite ...
    • mardi, 16 février 2016 20:17

    Se foutre les doigts dans l’œil

    Hery Rajaonarimampianina et ses acolytes seraient–ils en train de faire une grosse boulette ? A moins que ce ne soit que des rumeurs dont l’objectif est de salir l’image du régime Hvm, mais ces derniers temps, des bruits courent dans les travées des couloirs que le Président de la République aurait l’intention d’apporter quelques retouches sur la Constitution malagasy sur laquelle il a prêté serment. Une hypothèse déjà avancée par des têtes pensantes comme suite logique de la propulsion de l’éminent juriste Honoré Rakotomanana à la tête de la chambre haute. Un secret de polichinelle, étant donné que bien avant sa nomination au poste de Sénateur, ce vieux briscard a déjà fait savoir que notre Constitution comporte une centaine de points contradictoires.
    Lire la suite ...
    • lundi, 08 février 2016 13:12
    • Photo: Sobika

    Pour la dernière fois , agissez !

    L’affaissement de la chaussée sur la route nationale numéro 6, notamment entre Befotaka et Antsohihy, a sérieusement causé des difficultés aux usagers de cet axe le week-end. Etant donné qu’on est en pleine saison de pluie, le manque d’entretien qui devrait être systématique, puisque notre gouvernement est trop pauvre, la dégradation de l’état de nos routes n’a rien d’étonnant. Mais le fait d’entendre que la RN6 à Befotaka s’est affaissée parce qu’il se peut aussi qu’on vole les buses assurant l’irrigation d’eau en-dessous. Mais écoutez, jusqu’à ce point la pauvreté ? Les morts noyés, ceux qui rendent leur âme puisqu’ils n’ont plus rien à manger, admettons que c’est la cause du cataclysme naturel même si notre gouvernement aurait pu prévoir ce genre de situation. Après tout, gouverner c’est ça non ? Mais voler des buses à l’intérieur d’une infrastructure dont l’utilité saute aux yeux c’est comme creuser sa propre tombe pour pouvoir nourrir sa famille. La pauvreté à fleur de peau. Si le Président de la République pense encore qu’il peut faire quelque chose dans l’immédiat pour remédier à tout cela au lieu de renvoyer la balle ici et là, il devrait le faire maintenant étant donné que ça urge si non ayez le courage de laisser la place aux autres si vous sentez que toutes les issues sont épuisées.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 03 février 2016 09:15

    Armée de Bourbaki

    Peut-on imaginer dans un pays souverain, lié par son engagement de faire respecter et faire régner l’Etat de droit où les dahalo soufflent le chaud et le froid presque sur tous les territoires. La commune rurale d’Ilakaka, région d’Ihorombe a été le théâtre d’une scène macabre. Une vingtaine de dahalo sont tombés des balles des forces, mais l’affrontement était non sans coup férir. Trois blessés graves sont aussi à déplorer du côté du fokonolona. Tant en bien qu’en mal, les éléments des forces de l’ordre envoyés au front dans le fond fin de la brousse où les bandits de grands chemins sèment la terreur. C’était le serment qu’ils ont fait sous le drapeau. Les forces armées sont formées pour défendre la patrie, la personne ainsi que son bien. Cependant la fougue et la détermination de malfaiteurs de braver nos forces dépassent l’entendement. Est-ce que les hommes en treillis malagasy ne font plus peur ? Ont-ils donc totalement laissé passer sous le nez, leur prestige ainsi que leur notoriété ?
    Lire la suite ...
    • mardi, 26 janvier 2016 14:54

    Armée ! En joue

    Tous les regards se tournent désormais vers l’Etat-major général de l’armée malagasy. Après la déclaration fracassante des commissaires chargés de l’enquête du kidnapping d’Arnaud à Toamasina, l’opinion attend impatiemment que l’armée populaire ouvre la boite de pandore et dévoile les noms des personnes à qui les armes saisies dans le domicile où Arnaud a été capturé sont enregistrées. « Notre enquête avance à grand pas mais concernant ces armes de guerre saisies, nous devons attendre aussi la recherche diligentée par l’armée » a fait savoir le commissaire Rakotondrasoa Jean de Matha, Chef de service de la brigade criminelle.
    Lire la suite ...
    • lundi, 25 janvier 2016 13:48

    Une armée digne et dernier rempart

    Pour que le slogan de notre Académie militaire « Pour la patrie » ne soit pas un pieu, le moment arrive à point nommé pour redorer le blason de la grande famille de la grande muette malagasy, dernier rempart et gardien de la paix et de l’intégrité nationale. Pas plus tard que la semaine dernière, le Président de la République de Madagascar a remis de ses propres mains aux nouveaux promus Général de brigade et Général de division au palais d’Iavoloha leur drapeau respectif, drapeau malagasy, entendons-nous bien. Nos armées méritent mieux et, ont d’autres chats à fouetter que le sommet de la francophonie ou bien celui du Comesa. Presque au niveau de tous les districts éloignés, la recrudescence des actes de banditisme dépassent l’entendement sans oublier la razzia des bandits de grand chemin qui terrorisent nos agriculteurs. Sur la route nationale numéro 2, les automobilistes sont en grève contre le rackettage perpétré par les motards des brigades de police routière. Il ne manque plus que ça ! On a promis que des mesures seront prises à la suite de l’arrestation musclée de Jean Pierre à Ankatso, mais l’enquête interne au niveau de la gendarmerie n’a pas eu d’écho jusqu’à maintenant. Un nouveau souffle s’impose afin d’offrir un élan pour nos hommes en treillis. Le coup de maitre réalisé par les forces armées malagasy durant l’affaire de kidnapping d’Arnaud dernièrement à Toamasina en est la preuve que nos éléments ont encore de quoi nourrir l’espoir des Malagasy.
    Lire la suite ...
    • vendredi, 22 janvier 2016 13:50

    Madagascar est ma chasse gardée

    On aura beau baratiner, Etat de droit et souveraineté de l’Etat mais la dernière visite de la délégation de l’Organisation Internationale de la Francophonie, dans le cadre de la préparation du prochain sommet de la francophonie à Madagascar a encore démontré que le pays vit sous le couperet de guillotine français. La délégation de l’OIF est en visite de courtoisie à Madagascar afin d’évaluer l’avancement des travaux afférents pour que le sommet de la francophonie soit un franc succès sur toutes les lignes. Ce n’est que le cas de le dire mais en vérité, elle est venue pour mettre en garde l’actuel tenant du pouvoir que la France serait très déçue si jamais ce sommet capote. Le régime Hvm ne se fait pas encore tirer les oreilles mais à cause, surement, d’une menace voilée, Rivo Rakotovao , le super-Ministre, chargé des projets présidentiels, se démène pour exhausser tous les vœux de la France pour le bon déroulement du rendez-vous.
    Lire la suite ...
    • lundi, 18 janvier 2016 14:18

    Deuxième faux bond

    Compte tenu des situations sociales, politiques et économiques qui prévalent actuellement à Madagascar, l’on se demande si le moment serait opportun pour abriter le prochain sommet de la francophonie prévu, cette année, en novembre. Flagorné comme la seule et unique porte de sortie de crise pour la Grande île, la tenue de cette réunion pour les pays francophones à Antananarivo semble incontournable. Sans pour autant se poser des questions si toutes les conditions sont et seront réunies pour le bon déroulement du rendez-vous. A chaque occasion, les dirigeants du pays essayent toujours de mettre la population, dans l’ambiance en vue de l’organisation du sommet mais apparemment, cette dernière ne semble nullement pas être emballée par ce programme qu’elle ne juge pas plus important que l’assainissement de la ville d’Antananarivo, la mise en place d’une politique pérenne et efficace au niveau du ramassage des ordures toujours à Antananarivo, la lutte contre l’insécurité, la sècheresse dans le grand sud, la montée des eaux ainsi que l’avènement des cyclones.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 13 janvier 2016 11:14
    • Photo d'Archives Sobika

    Autre temps, autre mœurs

    Ça y est, une autre grosse pointure des partis politiques malagasy part en mille éclats. Parmi la grande figure dans le paysage politique malagasy, de par son éthique politique ainsi que son principe se basant sur un projet de société solide et pérenne, le Leader Fanilo, fondé par son président feu Herizo Razafimahaleo a toujours été une référence et fait l’objet de convoitise des politiciens qui veulent se démarquer par sa culture d’excellence, le maître mot de Herizo Razafimahaleo.Avoir en main, une carte de membre du parti Leader Fanilo, signifie auparavant qu’on a la bonne carte en main pour frapper à n’importe quelle porte.Hélas, Herizo Razafimahaleo se retournera dans sa tombe mais à l’instar des autres grands partis politiques qui n’ont pas résisté aux zones de turbulences, le Leader Fanilo se trouve aussi dans l’œil du vent, non du cyclone de changement.
    Lire la suite ...
    • vendredi, 08 janvier 2016 23:55
    • Photo: Njaka

    Rajaonarimapianina embauché chez Hollywood?

    La grande différence entre les films français et américains, c'est que les cinéastes français basent généralement leurs scénarios par des réalités du quotidien, contrairement aux américains, qui considèrent un film comme un divertissement pour oublier un moment la dure réalité.   Un film américain, après une lutte acharnée, blessé dans un bombardement, à la limite de la mort, l'acteur principal se relève toujours et sort victorieux. Mais dans un film français à l'instar d'Alain Delon, l'acteur meurt toujours, au point où les cinéphiles sortent de la salle tristes comme la fin de l'histoire.
    Lire la suite ...
Page 6 sur 11
B1 - Polyclinique
B2 - Toa