Editorial

    • dimanche, 24 décembre 2017 18:16
    • Photo Sobika

    Bouffonnerie et pantalonnades

    Une pantalonnade est un subterfuge grotesque et hypocrite, une manifestation hypocrite d'un sentiment. La bouffonnerie est de dire quelque chose pour faire rire. Ces deux définitions résument bien la vie politique à Madagascar. D’un côté le président d’un parti dénommé la « Nouvelle Force pour Madagascar » (Hery vaovao ho an’i Madagasikara [HVM]) en même temps chef de la Chambre haute déclare à qui veut l’entendre que l’actuelle administration restera au pouvoir en gagnant les prochaines élections alors que tout le monde sait bien que Hery Rajaonarimampianina ne passera pas le 2nd tour? car le président en exercice se trouve en 4ème position bien loin derrière les favoris que sont Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. De l’autre côté ce dernier, gonflé à bloc par sa nomination parmi les candidats de l’African of the year 2017 se sent pousser des ailes à défier les tenants du pouvoir en déclamant à qui veut l’entendre qu’il « n’a peur de personne » (Tsy misy mafy be izany eto).
    Lire la suite ...
  •  Accident Ankazobe
    Accident Ankazobe
    • mercredi, 20 décembre 2017 15:09
    • Photo Archives

    2017: Annus horribilis

    Année horrible (annus horribilis) résume bien 2017. En malagasy, nous avons l’expression « andro miditra » (arrivée du mauvais jour, diem malum en latin). Tout a commencé par le terrible accident d’Anjozorobe avec 47 morts vers la fin du mois de janvier, des familles entières ont été décimées après avoir assisté à des fiançailles dans la localité d’Ambongamarina, on attend toujours le procès concernant cette tragique affaire. 7 mois après, plus exactement au mois d’août, des paroissiens de la Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara (FJKM) de Soavinandriana Itasy, rejoignant Mahajanga, ont été victimes d’un terrible accident au Pk 99 de la RN 4 (Antananarivo-Mahajanga), il y eut 20 morts et plus d’une centaine de blessés. Un autocar de style impérial, c’est-à-dire un bus a 2 étages, pouvant transporter plus de 100 passagers dont le conducteur n’a pas pu passer les vitesses et qui provoqua la chute de ce gros véhicule dans un ravin ! Cette tragédie a été suivie par une série d’accidents touchant des taxi-brousses affrétés par les différentes églises pour aller à des lieux de ralliements nationaux de leurs différentes sections telles les Jeunesses Chrétiennes, le Dorkasy (femmes Chrétiennes),… ces catastrophes ont fait des morts et des blessés dépassant les dizaines.
    Lire la suite ...
  • Manifestation à l’hôtel de ville rebaptisé place du 13 mai 1972
    Manifestation à l’hôtel de ville rebaptisé place du 13 mai 1972
    • mardi, 19 décembre 2017 09:23
    • Photo Archives

    Syndrome de Stockholm

    Le syndrome de Stockholm désigne un trouble psychique qui affecte des personnes prises en otage et qui, au cours de leur captivité, tissent des liens d'empathie (voire d'amitié) avec leurs ravisseurs. Ce syndrome doit son nom à une prise d'otages ayant eu lieu à Stockholm en 1973. Les otages, une fois libérés, refusèrent de témoigner contre leurs ravisseurs, certains allèrent même leur rendre visite en prison. Du point de vue psychologique, cette réaction serait due à la situation particulièrement stressante vécue par les otages qui les amènerait à s'identifier aux agresseurs. Ce syndrome semble être vécu par une grande partie des Malagasy qui tombent amoureux de leurs bourreaux. A commencer par l’ancienne puissance coloniale, d’abord ceux qui « regrettent le temps de la Colonisation » (naleonay tamin’ny andron’ny Frantsay) longtemps entendu durant la 1ère République. Partir étudier, travailler et vivre (parfois clandestinement) dans l’Hexagone est considéré comme la clé à tous les problèmes et en cas de refus du visa d’entrée en France plusieurs sont prêts aux suicides !
    Lire la suite ...
  • Participation de la France au Basket fund pour la CENI avec le Pnud
    Participation de la France au Basket fund pour la CENI avec le Pnud
    • lundi, 18 décembre 2017 08:04
    • Photo Archives Sobika

    Financements opaques

    « La rencontre entre les deux personnalités, l’Ambassadeur Moniri Nik Mohamad et le Président du Sénat Rivo Rakotovao, le jeudi 30 novembre 2017 au Palais d’Anosikely, a été axée sur différents domaines notamment sur l’élection présidentielle de 2018 et la sécurité à Madagascar. Tout est prêt pour une élection paisible selon la constatation de l’Ambassadeur d’Iran. Il est contre l’ingérence des autres pays dans les élections à Madagascar et souhaite ainsi la contribution majoritaire de la population Malagasy à la prochaine élection dans la Grande Île ». Telle est la communication des services de la Chambre haute concernant l’entrevue de son président avec le représentant de la Jomhuriye Eslâmiye Irân (République Islamique d’Iran). En termes plus clairs l’Iran veut nous aider afin d’organiser les élections 2018 et éviter l’ingérence des autres pays dans ces élections. L’intention en elle-même est louable surtout que cette puissance est régionale car elle possède 1700 km de côtes baignées par la mer d’Oman, elle-même une branche de l’Océan Indien dans lequel nous nous trouvons.
    Lire la suite ...
    • samedi, 16 décembre 2017 09:01
    • Photo Africatime

    Déstabilisation volontaire

    Des troubles par-ci des troubles par-là, en apparence on est tenté de dire que l’administration Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) ne maîtrise pas le territoire. Evasions massives de certaines maisons d’arrêt, tribunaux populaires, attaques à main armée d’opérateurs économiques, kidnappings en série de Karana, riz avariés…La liste est longue sans oublier la grande épidémie de peste. On a l’impression que Hery Rajaonarimampianina et son équipe ressemble à un aéronef en phase de décrochage sans oublier la mise en touche de certains d’anciens collaborateurs/collaboratrices comme Nicole Andrianarison, Claudine Razaimamonjy,…
    Lire la suite ...
    • mercredi, 13 décembre 2017 09:42
    • Photo Sobika Toamasina

    Riz blanc…himent d’argent

    « Nous n’avons pas mangé autant de riz que sous ce régime » (tsy mbola nihinam-bary tahaka tamin’ity fitondrana ity zahay) déclaraient des paysans du sud de Madagascar durant une propagande présidentielle 24 ans passés. Ces paroles traduisent exactement que le riz est primordial pour l’alimentation de nos compatriotes. Malheureusement notre croissance démographique dépasse de loin notre production agricole, Madagascar ne produit que 2,44 millions de tonnes métriques (chiffre 2016) pour environ 25 millions d’habitants ayant besoin environ 4 millions de tonnes. Pour cette année, l’administration actuelle envisage d’importer 600 000 tonnes afin de satisfaire la demande sur le marché. La tonne coûte 400 euros, alors qu’en ce moment un Euro équivaut à 3 784,83 MGA car l’Ariary s’effondre dramatiquement ces dernières semaines et s’approche de plus en plus des 4 000 MGA, donc l’inflation montera encore en ces temps de fêtes. Le fait que nos dirigeants suivent à la lettre les instructions des bailleurs de fonds internationaux, plus exactement occidentaux, afin de continuer à recevoir les soi-disant aides et programmes d’assistance financière qui ne représentent que des gouttes d’eau par rapport à nos besoins et nos richesses brutes.
    Lire la suite ...
    • mardi, 12 décembre 2017 15:37
    • Photo Archives Sobika

    Trop bon, trop con: Le pardon facile

    Les Malagasy ont toujours été connus vis-à-vis des étrangers pour leur gentillesse et amabilité. Depuis le milieu du 17ème siècle, du temps de Flacourt, dans la région de Fort-Dauphin, jusqu’au temps de la Colonisation, 2 siècles plus tard nous sommes des gens foncièrement bons, facilement « impressionnables » d’après Joseph Gallieni. Il semble bien que c’est notre comportement de base depuis nos origines. Est-ce la conséquence de notre longue histoire tragique ? Probablement en partie, car nous avons souffert de déplacements forcés à plusieurs reprises: migration forcée depuis les rivages sud de Bornéo aux déplacements dus aux pillages, conséquences de la traite des esclaves initiée par les commerçants de la côte orientale de l’Afrique et des traitants européens majoritairement Français installés aux Mascareignes (Réunion, Maurice, Seychelles). Malheureusement « le politiquement correct » nous empêche d’aborder ce pan réel de notre histoire. L’arrivée des missionnaires anglo-saxons, il y a 200 ans, sont venus nous apporter l’Evangile afin de « sauver nos âmes » en nous parlant de « pardon et d’amour » quitte à « aimer nos ennemis ».
    Lire la suite ...
    • lundi, 11 décembre 2017 12:33
    • Photo Sobika

    Mines et hydrocarbures : Dans les gueules des loups

    Petróleo Brasileiro S.A ou Petrobras est une entreprise (société) d'État brésilienne de recherche, d'extraction, de raffinage, de transport et de vente de pétrole. Elle est la première entreprise du pays et figure jusqu'en 2014 parmi les 15 plus grandes entreprises pétrolières mondiales. Après la plus importante augmentation de capital de l'histoire, réalisée pour 70 milliards de dollars en septembre 2010 à Wall Street, c'est selon le Forbes Global 2000 la huitième entreprise mondiale. Elle dispose d'une technique avancée pour le forage en eau profonde et ultra profonde, avec des records mondiaux de profondeur (2 km). De l’autre côté du globe, Petronas, acronyme de Petroliam Nasional Berhad, est une entreprise malaisienne créée le 17 août 1974 dans le cadre de la Loi de 1965 sur les Sociétés d’Etat. Ainsi, le Gouvernement malaisien investit 3 millions de dollars US pour la création de la société. Celle-ci est toujours détenue par l’Etat malaisien, elle est de fait une entreprise publique.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 06 décembre 2017 08:58
    • Photo Net

    Agriculteurs mais non des jardiniers

    90% de la production mondiale de riz provient d'Asie, la moitié de l'humanité en dépend pour son alimentation. Selon les statistiques 2016/2017, la Chine demeure le « maillot jaune » de la production de riz sur la planète avec 144 millions de tonnes[métriques] suivi par l’Inde (108 millions), en 3ème position l’Indonésie (37,15). Viennent ensuite le Bangladesh (34,58), Vietnam (27,86), Thaïlande (18,86), Birmanie (12,4). En 8ème position se trouvent les Philippines produisant 11,5 millions de tonnes, Madagascar se situe à la 18ème place (2,44) juste devant le Sri Lanka (2,35) et le Laos qui est la « lanterne rouge » (1,95). Le marché du riz est très restreint, seulement 6% de la production totale est commercialisée. La quasi-totalité est consommée sur place, à l’image de la Chine, premier producteur mondial (30 %) et en même temps premier consommateur. La Thaïlande et le Vietnam forment à l'heure actuelle les principaux exportateurs de riz, donc ils en produisent plus qu’ils n’en ont besoin et ils totalisent, à eux deux, 50% des ventes mondiales. Les Philippines constituent le premier importateur mondial et l'Afrique, couvrant à peine plus de 10% de ses besoins, absorbe le 1/3 des importations mondiales.
    Lire la suite ...
    • lundi, 04 décembre 2017 16:22
    • Photo Archives Sobika

    Rivo Rakotovao: Le maître-clé

    Après la libération des personnes suspectées d’être le cerveau des « jeteurs de pierres » (mpitora-bato) sur la route nationale 2, reliant la capitale Antananarivo à Toamasina, par le parquet de Toamasina pour « manque de preuves », les transporteurs, empruntant cet axe vital pour la vie économique de notre pays, ont observé une journée de grève, avec comme conséquence une asphyxie totale des entreprises, à l’exemple d’un risque de rupture des stocks en matière de carburants vitaux pour faire « tourner la machine ». A titre d’exemple, les centrales thermiques de la Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) ne tourneront plus faute d’hydrocarbures, donc la grande agglomération tananarivienne connaîtra un délestage sans pareil et la situation sera pire qu’en 2002 durant la crise post-électorale avec l’institution du barrage au pont de Brickaville. D’ailleurs comme par hasard ces jets de pierres touchant les camions et autres taxis-brousse se font autour de cet endroit. Après l’enquête menée par la brigade de la Gendarmerie, deux personnes présumées cerveau de ces attaques ont été déférées au parquet de Toamasina, avec neuf autres présentées comme les exécutants. Surprise, le juge, chargé du dossier, comme nous l’avons signalé, a libéré cinq personnes dont les soi-disant cerveaux mais a retenu les six autres. D’après le Parquet, les accusations de ces soi-disant individus (un homme et une femme) ont été obtenues à la suite de « pressions corporelles » exercées par les gendarmes sur les exécutants. Ce qui est pour le magistrat instructeur quelque chose d’inconcevable dans un « Etat de droit » !
    Lire la suite ...
Page 5 sur 26