Editorial

    • lundi, 05 novembre 2018 09:53
    • Photo nouveau Tribunal de Paris

    Le grain de sable

    On est à moins de 24 heures de la fin de la propagande et 48 heures du scrutin du 1er tour des présidentielles 2018. Ces élections ont été avancées suite aux « évènements d’avril » dernier qui ont vu la mise en place d’un « gouvernement de consensus » afin d’éviter des troubles durant ces élections et pour permettre d’éviter un éventuel « NI. NI.» comme en 2013. Sans oublier que la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a procédé au gel de la liste électorale afin d’ « éviter la présence d’électeurs fantômes », enfin ! Quoiqu’il en soit, on est sur la dernière ligne droite pour chaque candidat, pour ne pas dire le sprint final. Tous les candidats y vont de tout leurs efforts, certains grands favoris ont déjà les voix enrouées à force de meeting pour convaincre les électeurs. Il y a même certains qui sortent leur 2nd souffle.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 31 octobre 2018 09:28
    • Photo Archives Gasypatriote

    CENI dépassée ou déphasée

    Tous font ce qu'ils veulent, la CENI égraine les articles de lois concernant la campagne électorale. Personne n’en a cure, chacun appose ses affiches n'importe où même là où est écrit : « défense d’afficher ». Les rixes existent partout, des personnes se font blesser, rien que pour le tee-shirt qu’elles portent sur elles. Certains candidats se pavoisent avec des véhicules à écran géant afin de propager leurs arguments et surtout montrer qu’ils ont des fonds mais de quelles origines ? Peut-être occultes ? Provenant de compagnies ou de sociétés opaques dont personne ne sait ou plus exactement ne sait les accords passés. Aucun avertissement ni mise en garde « tsisy bedy », on continue ! Les 25 candidats crient qu’il y a péril en la demeure, mais non, tout va bien, on continue. Mais jusqu'où? Peut on imaginer un match de foot avec ce genre d'arbitrage : sans sifflet, sans sanction, sans carte jaune, ni rouge? Est-cela vraiment le fair-play à la Malagasy?
    Lire la suite ...
    • mercredi, 17 octobre 2018 18:33
    • Photo Gasypatriote

    Racket en haut lieu

    De plus en plus d’opérateurs se plaignent des harcèlements que leur font subir certains responsables possédant quelques miettes d’autorité. Que l’on veuille ou non, en cette période électorale le pays vit sous un régime de transition. Il y a ceux qui sont sur le départ, car n’ayant aucun espoir de rester au pouvoir, d’autres profitent de leur passage pour s’en mettre plein les poches. La question qui obsède quand ils arrivent au pouvoir est : où trouver du fric facile. Des cibles toutes désignées existent, les …opérateurs économiques ! En 60 ans de retour de l’indépendance, la majorité des Malagasy ont été éduqués dans le sens de devenir des fonctionnaires, emploi jugé prestigieux car conférant au titulaire honneur et…argent. Au temps de la Colonisation, le fonctionnaire est perçu comme étant le citoyen vazaha qui est invité à la table du Vazaha (le colon) et qui vit comme un Vazaha.
    Lire la suite ...
    • mardi, 16 octobre 2018 13:17
    • Photo Gasypatriote

    Rakotomamonjy Jean Max : Un ardent défenseur de la redevabilité sociale

    S’il y a un politicien malagasy champion de la redevabilité sociale, Rakotomamonjy Jean Max est le premier. Il a eu un parcours bien rempli dans la vie politique nationale. A 63 ans, ce natif de Vohémar, père de 3 enfants adhéra en 1996 au parti fondé par Herizo Razafimahaleo, un poids lourd de la politique à Madagascar, le Leader Fanilo. Très vite, il a été membre du bureau national de coordination et devient un des proches collaborateurs du président fondateur. Après la disparition de ce dernier en 2008, il est devenu le 1er vice-président du Bureau exécutif du Leader Fanilo pour devenir le président national depuis décembre 2012. En pleine tourmente de 2009, il figure parmi les membres du Comité National de Coordination du Komity Miaro ny Demokrasia (CNC-KMD) et qui lui a valu d’être désigné comme membre de la Haute Autorité de la Transition (HAT) et vice-président fondateur de l'UDR (Union des Démocrates et des Républicains).
    Lire la suite ...
    • lundi, 15 octobre 2018 07:31
    • Sary Gasypatriote

    Géopolitique et élections

    La majorité des candidats se réfèrent à la communauté internationale directement ou indirectement. Ce n’est un secret pour personne que Marc Ravalomanana (25) roule pour les Institutions de Bretton Woods (Banque Mondiale et Fonds Monétaire International [FMI]). A travers son Initiative Emergence Madagascar (IEM), Andry Nirina Rajoelina est soutenu par des groupes d’affaires francophones, pour ne pas dire directement français aux origines plus ou moins opaques! Hery Rajaonarimampianina espère aux aides « chinoises » provenant de ceux à qui il a promis monts et merveilles. D’autres candidats croient aux émoluments russes, en offrant à ces derniers des garanties plus ou moins obscures, comme l’exploitation des richesses des îles malagasy connus sous le nom "îles éparses", et autres facilités portuaires à la flotte militaire de Vladimir Poutine. Mais aux dernières nouvelles, on n’apprend pas à ce dernier à faire la grimace, et les candidats, se réclamant de son soutien, sont laissés sur la paille.
    Lire la suite ...
    • samedi, 13 octobre 2018 19:56
    • Photo Fournie

    La Françafrique change de ton: Une Rwandaise désignée SG de l’OIF

    Cela aurait été impensable avant 2017, une Rwandaise, Louise Mushikiwabo, d’origine Tutsi vient d’être mise à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie. Elle est le successeur de Michaëlle Jean occupant ce poste depuis 2014. Louise Mushikiwabo est depuis 9 ans (2009) le Ministre des Affaires du Rwanda. Elle est une proche du président Paul Kagame qui jusqu’en mai dernier est une persona non grata en France, que ce soit vis-à-vis des administrations de droite (Chirac, Sarkozy) et de gauche (Hollande). Les raisons avancés sont le peu de cas que l’administration du Front Patriotique Rwandais (FPR) traite des « Droits de l’Homme ». En vérité la France, avec l’appui de l’ancienne puissance coloniale de la région, la Belgique, soutenait mordicus les administrations hutus, l’ethnie présentée par les chercheurs occidentaux comme « majoritaires » dans la région des Grands Lacs.
    Lire la suite ...
    • mardi, 09 octobre 2018 12:11
    • Photos Gasypatriote

    Charte de la discorde

    La majorité des candidats à la prochaine présidentielle ont boycotté, le 03 octobre dernier, la cérémonie solennelle de signature de la Charte de Bonne Conduite et d’Intégrité des candidats qui s’est déroulée au Ministère des Affaires Etrangères (MAE) à Anosy. Ce jour, seuls 6 candidats sur 36 ont signé ladite Charte: Richard Razafy Rakotofiringa, Saraha Rabeharisoa, Mamy Richard Radilofe, Solo Norbert Randriamorasata, Faly Mampionona Rasolonjatovo et Jean-Max Rakotomamonjy qui ont apparemment peu de chance de gagner des voix lors du scrutin du 7 novembre, certainement pour eux l’essentiel est de …signer ! 5 autres candidats ont déclamé haut fort qu’ils ne signeront pas la Charte la qualifiant de« Charte de l’hypocrisie ». Pour le pasteur Mailhol l’absence de son nom sur la liste électorale, alors que sa femme y est est une preuve de la manque de transparence de cette liste. Propos vite démenti par le CENI.
    Lire la suite ...
    • lundi, 01 octobre 2018 12:43
    • Photo Archives

    Souveraineté ou Communauté internationale

    2017: l’actuel candidat n° 25 a reçu le prix "African Leadership of the Year” délivré par le magazine African leadership basé à …Londres. Un an plus tard, le même magazine décerne un autre prix pour le candidat n° 12, fraîchement démissionnaire de son poste de président de la République, celui du « Prix d’excellence pour le développement Africain ». Entre temps, le n° 13 signe des autographes pour son livre autobiographique à…Paris. Ces 3 numéros figurent parmi les favoris de la course aux présidentielles dans quelques semaines. D’ailleurs un sondage en leur faveur par le FES n’est-il pas empêché d’être publié ? Au motif de « troubler l’opinion public ». En réalité le principal intéressé, la nation malagasy, est mis à l’écart et beaucoup se demande qui dirige ce pays. Qui organisent les élections ? Qui fixent le taux de change de l’Ariary (MGA) ? Qui contrôlent le prix des hydrocarbures ? …Qui contrôlent qui ?
    Lire la suite ...
    • jeudi, 27 septembre 2018 08:40
    • Photo Archives

    Une autre forme de kidnapping ?

    Depuis quelque temps on n’entend plus dans les faits divers la rubrique sur les enlèvements des Indo-pakistanais ou Karana. Comme si cette communauté prospère n’intéresse plus les demandeurs de rançons. Des rumeurs circulent sur l’arrêt brusque de ce type d’opérations. Certains prétendent qu’après ce qui s’est passé à Anosivavaka, ceux qui ont l’habitude de faire de tels actes ont été sérieusement avertis. Nous n’avons pas pu vérifier la véracité de telles affirmations. D’autres prétendent que c’est un calme avant une tempête qui aura lieu au moment des élections. Il est vrai qu’une grande partie de la communauté karana est partie se réfugier soit à Maurice soit en Afrique du sud, le temps de voir la tension politique baisser. Mais pour ceux qui sont resté dans leur pays d’adoption, le kidnapping a pris une autre forme : les menaces téléphoniques.
    Lire la suite ...
    • vendredi, 21 septembre 2018 08:29
    • Photo Archives

    HVM: Bonjour la division

    Pour la circonstance on serait tenter de parodier les paroles de la chanson de Robert Henri Gall, chantée en 1964 par sa fille France Galle (sacré Charlemagne) : « qui a eu cette idée folle, on démissionne 60 jours avant les élections » ? Tout débute dans cet article 46 de la Constitution de la 4ème République. Les constitutionnalistes inspirés par des idées étrangères n’ont certainement pas vu les dangers venir. Quand le président démissionne c’est toute son administration qui tombe. Les têtes vont changer que l’on veuille ou non. Comme nous aimons faire du Copier/Coller avec ce qui se déroule en France, on a décidé que c’est le président du Sénat qui remplace le chef de l’Etat en cas de vacance du pouvoir. Evidemment, notre président par intérim ne peut faire grand-chose comme nous l’avons affirmé la dernière fois avec l’Avis « n°07-HCC/AV du 07 septembre 2018 », qui dans son article 2 lui ôte tous les attributs de souveraineté.
    Lire la suite ...
Page 3 sur 41