Editorial

    • mardi, 10 novembre 2015 12:37
    • Photo: Fournie

    Circulez sans accident

    Des morts noyés à Katsepy dans la région de Boeny, une mère de famille avec son enfant ont rendu l'âme après avoir été sauvagement fauchés par une voiture de luxe tout terrain qui aurait roulé à tombeau ouvert sur la route nationale numéro une. A Antananarivo, un autre bout de choux à bord d’une moto avec ses parents tombait en pleine chaussée, et y a perdu la vie sous les pneus d’un taxi- be dans la périphérie nord de la capitale. Chef œuvre signé toujours par un chauffard de taxi –be, une autre personne a aussi passé l’arme à gauche et écrasé à mort toujours en pleine chaussée. Toutes ces tristes histoires se sont passées en un seul week-end. C’est trop, même les premières pages des tabloïds ne suffiraient plus pour les faire apparaître en Une. Nous nous convenons de dire que ce n’est pas un cas isolé pour un week-end mais cette fois des voix s’élèvent. Les contribuables qui ont en marre de ce genre de situation ont décidé de rompre leur silence et imposent à nos gouvernants de revoir leur copie. Compte tenu de la vétusté de la plus part de nos routes à différents endroits qui sont devenus « accidentogènes ».
    Lire la suite ...
    • lundi, 02 novembre 2015 12:07

    Des Français donneurs de leçon !

    Nous l’admettons, nous avons fait une erreur monumentale d’avoir confié à un Président de la République indécis, la gestion de notre pays alors que des rapaces avides d’argent et qui n’hésitent pas à s’enrichir aux dépens d’autrui rodent autour de Madagascar, mais vraiment désolé monsieur Philippe Divay, bloggeur du journal Mediapart, que nous les 22 millions de Malagasy n’avons pas de leçon à recevoir de votre part. Je vous rappelle que le temps de la colonisation est révolu. Les Malagasy ne sont peut-être, à l’heure où l’on parle, pas encore de taille pour se mesurer contre qui que ce soit, mais ce n’est pas à vous, monsieur, de définir les priorités ou ce qui devraient nous préoccuper.  Vous dites que nous devrions nous concentrer sur les problèmes dans lesquelles se sont confrontés nos compatriotes dans le grand sud, mais si notre Président ne s’est pas laissé embobiner par des dirigeants des pays dits développés comme a fait la France qui occupe illégalement nos terres, aucun Malagasy ne se soucieraient plus d’un visa Schengen à Ambatomena.
    Lire la suite ...
    • vendredi, 30 octobre 2015 10:24
    • Photo: Fournie

    Xénophobie dites-vous ?

    Par définition, l’hostilité aux étrangers, à tout ce qui vient de l’étranger a un nom: la xénophobie. Un comportement qui ne devrait plus avoir sa place surtout dans un monde comme le nôtre qui met en avant la politique de la mondialisation au gré des plus forts. Mais quand l’étranger en question, vole votre terre, viole vos lois, vos filles et puise toutes vos richesses sous toutes les formes, on appelle ça quoi ? Pire encore, ils ne vous apportent rien à part un bout de papier contre quoi vous pourriez avoir confiance en ces soit disant bailleurs de fond, sans vous donner pour autant le moindre sou. Ces derniers déterminent vos jours et vos nuits. C’est ce que vous avalez et crachez, mais au bout du compte c’est vous qui vous démenez pour payer des dettes, des liesses et des liesses en devise contre la confiance qu’ils vous ont donnée. Etant donné que vous ne pourriez rien faire dans la mesure où vous n’avez pas confiance en vous-même. Chez vous, vous n’avez même pas un sou pour vous payer un comprimé pour soulager vos maux de tête. Le manque d’eau et de nourriture sévisse votre pays. Mais à côté, des étrangers, en extase, nagent dans le bonheur et les rubis sur l’ongle, ils payent tout ce qu’ils désirent sans se soucier. Chez vous, ils sont les bienvenues, mais chez eux, vous devez d’abord remuer ciel et terre pour un visa d’ « une immigration choisie, voulue ou sélectionnée »
    Lire la suite ...
    • mercredi, 21 octobre 2015 15:13
    • Photo: Net

    Je t’aime, moi non plus

    Il n’est pas populaire pour un rien ce "Ravalo". L’homme en question, n’est pas du tout apprécié de part ses beaux yeux mais il est très fort en communication. Ceux qui l’écoutent risqueraient d’avoir une mouche dans la bouche en gobant toutes ses histoires à faire dormir debout. Parti en Allemagne dans le but de chercher de financement et partenaires, pour soutenir les projets de "Neny" Lalao Ravalomanana mais, de retour en catimini au pays sans avoir mis l’opinion aux parfums de son périple, l’ex Chef d’Etat, tambour battant, a effectué une visite surprise du site de l’abattoir sis à Andohatapenaka à Antananarivo sous prétexte de le faire réparer avant la tenue du sommet de la francophonie en 2016. Comme je l’ai dit précédemment, ce n’est que de l’histoire à faire dormir débout. Qu’est qu’il y a de très urgent entre la réfection d’un abattoir à l’organisation du sommet ?
    Lire la suite ...
    • jeudi, 15 octobre 2015 13:20

    Question pour un couillon !

    Même monsieur Julien Lepers, le célèbre animateur de l’émission "Questions pour un champion" qui se croit avoir toutes les bonnes réponses à toutes les questions ne saurait qui je suis. Encore moins vous pauvres Malagasy, vous allez voir, je vais vous faire tourner en bourrique ! Qui suis-je, je suis membre actuel du Gouvernement malagasy. J’aurais fait une acquisition d’une parcelle de terrain à A…. à travers d’un procès fictif d’un tribunal terrier à la con que j’aurais monté de toute pièce en 2010. Un mauvais perdant me semble-t-il, car il y a beaucoup à Madagascar qui n’ont pas su tenir leur langue et m’ont dénoncé dans une doléance qu’ils auraient déposé auprès du bureau indépendant contre la corruption en octobre 2011. Nous aurions été convoqués au bureau du Bianco sis à Ambohibao mais je suis malin(e). J’aurais soudoyé 16 millions d’ariary, la personne chargée de mettre en valeur le terrain que j’aurais pris, l’inspecteur de domaine, le Président du fonkotany, monsieur le Maire et quatre autres témoins et le tour aurait été joué.
    Lire la suite ...
    • mardi, 13 octobre 2015 12:55
    • Photo: Net

    C’est du déjà vu

    Tous les maires fraichement élus sont convoqués au palais Présidentiel ce vendredi. Une rencontre avec Hery Rajaonarimampianina, Président de la République, figure au programme à titre d’échange d’informations et formation alors qu’en réalité, le face-à-face consisterait à une dernière réunion de mise au point avant les élections de Sénateurs prévues se tenir en décembre 2015 pour que les maires ne se trompent pas d’adresse ni de couleurs. Il n’est pas impossible qu’ils peuvent laisser filer entre leurs mains leurs subventions communales pour un simple oubli de dossier qui risque de se perdre facilement durant sa péripétie administrative. Mais ce scénario a l’air d'un déjà vu quand Ravalomanana a préparé minutieusement les élections communales du décembre 2007 en faisant venir les chefs fonkotany, la même année, à Antananarivo sous prétexte d’une formation sur le leadership. Les chefs fonkotany dont la plupart étaient à la première découverte de la capitale de Madagascar, précédés par l’escorte présidentiel en effectuant le tour de la ville étaient prêts même pour introduire la ville d’Antsirabe dans une bouteille, mais contre toute attente, Marc Ravalomanana a reçu la plus belle raclée de sa vie le jour de son anniversaire quand on a lui a annoncé la victoire d’Andry Nirina Rajoelina au détriment de son poulain qui était le favori à la course au poste du premier magistrat de la commune urbaine d’Antananarivo.
    Lire la suite ...
    • jeudi, 08 octobre 2015 13:01
    • Photo: Net

    Résolution du Fihavanana aux oubliettes

    Il n’a pas fallu avoir une inspiration prétendument surnaturelle pour prédire le devenir de la résolution du processus de réconciliation nationale, diligentée par l’association des églises chrétiennes de Madagascar ou FFKM, au centre de conférence internationale d’Ivato. Mais là, nous avons la réponse. Une réponse que bon nombre de citoyens ont déjà vu de loin, que les chefs des églises chrétiennes ne sont que des victimes d’une machination politique. De retour de son périple aux Etats-Unis, le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a fait toute une litanie sur le "fihavanana". Un sujet qui a été pourtant déjà décortiqué de long en large lors de la réunion organisée par le FFKM mais, qu’est-ce qu’elle devient la fameuse résolution signée par Hery Rajaonarimampianina lui-même? Aux oubliettes ? (Pour ne pas citer d’autres endroits indécents). Mais afin d’asseoir une stabilité politique qu’il ne verra jamais, le Chef de l’Etat aspirant la confiance des bailleurs de fonds à la clé, remet au tapis le sujet du Fihavanana pour embobiner les politicards avides de chaises et de pouvoirs mais, à dire vraie, Hery Rajaonarimampianina n’a rien à cirer du Fihavanana.
    Lire la suite ...
    • lundi, 05 octobre 2015 12:07
    • Photo: Sobika

    Ravalomanana, un faux espoir ?

    L’accession de Lalao Ravalomanana au poste de Premier Magistrat de la capitale serait-elle vraiment le point de salut pour Antananarivo? Beaucoup d’encres coulent déjà alors que nous ne sommes qu’à la phase de la passation de pouvoir. Dans sa déclaration à peine voilée, Roland Ratsiraka, Ministre des Travaux Publics a déjà annoncé la couleur en donnant une précision sur la réfection de quelques centaines de kilomètres de l’artère de la capitale de Madagascar qui revient à la Commune urbaine d’Antananarivo. Une occasion en or pour Marc Ravalomanana, l’époux de Madame le Maire et ancien Chef d’Etat de montrer qu’il est vraiment « Dada » en entretenant à temps ces routes et déboucher tous les canaux d’irrigations dans la ville des milles à trois mois de l’avènement de la période de pluie. Le nouveau Maire a lancé de grands défis durant sa campagne, parmi lesquels nous avons noté certains points, notamment, la construction de nouvelles habitations, la réorganisation au sein de la ville ponctué par la plus difficile mission, à savoir les problèmes des marchands ambulants etc…
    Lire la suite ...
    • mercredi, 30 septembre 2015 11:22

    Osons- nous à le faire?

    Tout est une question de volonté. Qui l’aurait cru que Joseph Sepp Blatter, le grand patron de la Fédération Internationale de football amateurs, une institution plus grande que le système des Nations- Unies tant au niveau des pays membres qu’au niveau de son budget de fonctionnement se trouverait actuellement sur le banc de l’accusé au tribunal Suisse. Reproché d’avoir reçu de pot de vin, les amoureux de la balle ronde de la planète lui réclame sa démission avant la tenue des élections de son successeur en février 2016. Coup de butoir également pour Jack Warner, vice- président de la Fifa. Reconnu coupable par la commission d’éthique sur une histoire de corruption, sur l’acquisition de la Russie du Mondial 2018 ainsi que celui de Qatar 2022. Jack Warner est radié à vie de stade de foot. Ce n’est pas encore fini, Michel Platini, Président de l’Union européenne de football amateurs se trouve également dans le collimateur de la justice suisse. Michel Platini qui pourtant est le boss de la plus grande confédération de football dans le monde et candidat favori à la succession de Sepp Blatter ne peut pas se passer de la justice. Il a été entendu sur une affaire de 2 millions d’euros, une enveloppe qui lui a été versée en échange du service qu’il a rendu à la Fifa durant quelques années.
    Lire la suite ...
    • mardi, 22 septembre 2015 12:52
    • Photo: Net

    Le syndrome de l'importé finit en friperie

    Dans les années 80, le syndrome de tout ce qui sont importés occupe tous les secteurs, économiques, sociaux, politiques voire quelques années après, culturels et confessionnels. Une chanson de Tsielonina, un artiste de chanson à texte rappelle le « Tolompiavotana » le Boeing 737-200 de la compagnie Air Madagascar assurant la liaison Tana – Réunion – Tana n’avait à son bord que le reste des « Vazaha » de la petite lingerie jusqu’aux produits alimentaires pour inonder le marché de l’Arcade d’Analakely pour ceux qui avaient le moyen à l’époque de s’acquérir des baskets grandes marques, Palladium , Stan Smith, ou Nastase.   25 ans après, rien n’a changé, la situation s’empire, Afin d’éradiquer les méfaits des bandits de grand chemin qui dictent leur loi comme bon leur semble actuellement. Il a fallu attendre l’initiative de DCAF ou Democratic Control of Army Forces pour figurer la Grande île dans son projet de Réforme du Secteur Sécuritaire en Afrique, pour faire régner la paix surtout dans des pays déchirés par les crises politiques. Ce n’est pas l’initiative du DCAF, en partenariat avec l’Union Africaine qui n’est pas souhaitable. Les contribuables malagasy l’apprécient au contraire, « c’est une initiative importée » pour ne pas dire une initiative friperie dans la mesure où on connait pertinemment, quand même, ce qui se passe au grand continent en matière d’insécurité.
    Lire la suite ...
Page 13 sur 16
B1 - Polyclinique
B2 - Toa