Editorial

    • lundi, 30 octobre 2017 08:05
    • Photo Sobika

    RépubliqueS fantocheS

    Depuis 57 ans les Malagasy ont vécu le retour de leur indépendance et souveraineté pour ne pas dire 59 exactement en comptant la date du 14 octobre 1958 avec la naissance de la Première République dénommée République malgache. La «République» est «un système politique dans lequel la souveraineté appartient au peuple qui exerce le pouvoir politique directement ou par l'intermédiaire de représentants élus. Ceux-ci reçoivent des mandats pour une période déterminée et sont responsables devant la nation», telle est la définition exacte du terme République. Tous les Malagasy la comprennent-ils de cette façon? Certainement pas, pas plus que la notion de «souveraineté» (fiandrianana), qui est le «principe de l'autorité suprême. En matière de politique, la souveraineté est le droit absolu d'exercer une autorité (législative, judiciaire et/ou exécutive) sur une région, un pays ou sur un peuple». Ces incompréhensions vis-à-vis de ces deux termes expliquent les dérives et dévoiements provoquant la faillite générale de l’Etat. Ces deux concepts apparaissent comme opposés mais dans notre époque moderne ils sont complémentaires dans le cadre de la «démocratie» qui est le régime politique dans lequel le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple (principe de souveraineté), sans qu'il y ait de distinctions dues à la naissance, à la richesse, à la compétence... (principe d'égalité) ».
    Lire la suite ...
    • mercredi, 25 octobre 2017 13:21
    • Photo Archives Sobika

    Les Ecoles Catholiques contre la peste

    Malgré les chiffres officiels sur l’épidémie de peste, la population a des opinions diverses sur l’attitude à prendre. Il y a ceux qui sont pour prendre les précautions nécessaires afin de faire face à la maladie. Ils sont partisans des mesures prises par l’administration HVM telles que l’arrêt et le report de la rentrée scolaire pour tous les établissements publics et privés qu’ils soient du primaire, secondaire et supérieur. Par contre une majorité de la population demeure sceptique sur l’impact réel de cette épidémie sur leur vie quotidienne. Car les occupations professionnelles continuent, les marchés sont toujours fréquentés drainant les denrées mais aussi les ordures ! Les bureaux fonctionnent comme d’habitude, les grandes surfaces ne désemplissent pas de clients. Les magasins attirent toujours les foules, donc tout marche comme s’il n’arrivait rien. Les écolages ont été payés à la rentrée, fin septembre et début octobre et voilà que l’enseignement s’arrête et tout le mois d’octobre est de nouveau « congé ou vacances de peste », les cours ne reprendront qu’en novembre et encore. Cela dépendra de la situation épidémiologique.
    Lire la suite ...
    • lundi, 23 octobre 2017 08:31
    • Photo Sobika

    Riz, peste et faiblesse

    Les Malagasy continuent de s’inquiéter et de souffrir, d’abord il y a cette épidémie de peste dont les victimes atteignent les 107 morts avec 46 décès dans les centres de soins et 61 chez eux selon le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC). Toujours selon ce rapport, 689 cas ont été guéris, 225 en cours de traitement et il y a 29 nouveaux cas. Mais ces chiffres reflètent-ils la réalité ? Beaucoup de concitoyens en doutent, certains dramatisent d’autres le sont moins, cette acceptation fataliste de son sort par les Malagasy traduit quoi par derrière? Certainement pas un soutien à l’actuelle administration Hery Vaovaon’i Madagasikara (HVM), le silence à Madagascar signifie une gêne, un refus mais non l’acquiescement. L’autre source d’inquiétude, dans ce silence de mort, est l’envol des prix du riz, denrée de première nécessité phare pour les Malagasy. Le type makalioka se vend à 630 MGA le gobelet à Antananarivo, c’est souvent le riz le plus consommé par la classe moyenne, au kilo son prix avoisine les 2205 MGA. La catégorie vary gasy, considéré comme à la portée de tous, le gobelet est à 620 MGA soit 2170 environ le kilo. Le riz stock, nom donné au riz d’importation, au gobelet s’achète à 500 MGA ou à peu près à 1750 MGA le kilo, ce dernier est peu apprécié par bon nombre de nos concitoyens.
    Lire la suite ...
    • jeudi, 19 octobre 2017 20:20
    • Photo Archives Sobika

    Un sénateur remplace un référendum

    L’épidémie de peste a mis au 2nd plan le rêve du Président de la République d’amender la Constitution. Le Chef de l’Etat voudrait changer la loi fondamentale selon ses besoins politiciens. A l’image de celui qui va confectionner un costume chez le tailleur, après les prises de mesure (propagande), il y a les premiers essais (investiture) et les secondes vérifications (modification constitutionnelle) pour faire un habit à sa taille! Après plusieurs semaines d’atermoiements et face aux critiques de toute part, le pouvoir HVM semble trouver la solution idoine pour éviter un référendum constitutionnel : nommé le premier responsable du parti au pouvoir Rivo Rakotovao au poste de Sénateur de Madagascar en remplacement d’Ahmad, parti au Caire comme président de la Confédération Africaine de Football (CAF). Cette entrée du bras droit de Hery Rajaonarimampianina à l’hémicycle d’Anosikely et surtout son éventuel devenir de président du Sénat permettra au Chef de l’Etat de démissionner de son poste en toute sérénité, avant sa candidature à la prochaine élection présidentielle, selon l’alinéa 2 de l’article 46 de la Constitution de 2010, car le chef de la Chambre Haute est tout simplement son « alter ego ». Alors à quoi bon de jeter de l’argent par les fenêtres pour organiser un référendum.
    Lire la suite ...
    • mercredi, 18 octobre 2017 11:30
    • Photo Sobika

    Session de la…peste

    La seconde session ordinaire de l’Assemblée Nationale a débuté ce 17 octobre 2017 au palais de Tsimbazaza. Comme d’habitude les 151 Députés de Madagascar plancheront sur la « loi des Finances 2018 » avec en toile de fond le budget pour les élections (présidentielle et législatives) se tenant « normalement » vers la fin de l’année prochaine. Il est sûr comme à leur habitude que nos représentants feront passer les lois, parmi elles celle des Finances dans l’espoir de recevoir en retour les avantages qu’ils escomptent, augmentation de leurs allocations et surtout ces fameuses 4X4 que la majorité possède déjà à titre privé. Pour beaucoup, être député à Madagascar équivaut à se sentir comme le président de sa circonscription, on préfère les honneurs y afférents que d’être le véritable représentant de la nation. On n’hésite pas à faire quelques menaces du genre « destitution, empêchement, motion de censure » afin d’épater la galerie médiatique ou obtenir plus de pognons versés par des individus connus mais cachés derrière des vitres « fumées » de leur grosse berline tout terrain. C’est la « communication des mallettes » ou petites sacoches bourrées de monnaies. Finalement la corruption gangrène tout, même si nos députés ne sont pas tous des corrompus. Toutes ces pratiques sont faites pour éviter la déstabilisation permanente de l’administration HVM comme ce fut le cas entre 1993-1996 au début de la IIIème République.
    Lire la suite ...
    • vendredi, 13 octobre 2017 22:35
    • Photo Archives newsmada

    Le Président Zafy Albert, père de la démocratie, est décédé

    Ce vendredi 13 octobre 2017, le professeur Albert Zafy, ancien président de la République de Madagascar, est décédé à l’hôpital de Saint-Pierre La Réunon, selon son fils. Il a eu ses 90 ans il y a 5 mois, originaire d’Ambilobe (Région DIANA). Il est un médecin de formation spécialisé en chirurgie cardiaque, il est professeur en médecine pendant des décennies à la faculté de Médecine de Madagascar, ensuite d’Antananarivo. Ainsi beaucoup de générations de médecins sont passées sous sa houlette. Il entra dans le monde politique en devenant le ministre de la Santé et des Affaires sociales dans le gouvernement du général Gabriel Ramanantsoa durant la Transition militaire (1972-1975) qui a fait suite à la Première République après la démission de Philibert Tsiranana de la présidence. Après l’accession de Didier Ratsiraka au pouvoir, il s’est éclipsé de la vie politique nationale durant toute la 2ème République car le professeur est opposé au socialisme de l’Amiral rouge et poursuivit sa carrière universitaire. Avec le début de libéralisation de la République Démocratique de Madagascar (2ème République) en 1989, qui autorise le multipartisme et prend le chemin de la démocratie libérale, Albert Zafy retourne à la politique en créant le parti « Union Nationale pour le Développement et la Démocratie » (UNDD). Il est devenu l’un des principaux leaders de l'opposition à la IIe République, avec d'autres partis politiques, ils réclament un changement plus rapide du régime politique en place et forment une vaste coalition d'opposition, les « Forces vives Rasalama ».
    Lire la suite ...
    • vendredi, 13 octobre 2017 10:46
    • Photo Archives Net

    Illusion de plus

    Profitant de l’épidémie de peste et après quelques jours de silence, voilà que le Chef de l’Etat se lance dans un nouveau discours s’apparentant à de la propagande: réforme du secteur sécurité et mettre les forces de l’ordre sur tous les fronts. Et ce durant son rendez-vous hebdomadaire audio-visuel. Durant l’histoire moderne des forces armées malagasy, il y a 4 dates à retenir: 1- Décembre 1822 (15 Adalo): Il y eut le serment de Sahafa qui a vu la naissance des Foloalindahy (les 10 000 hommes) c’est-à-dire l’Armée royale de Madagascar. Ce serment fait dans la plaine d’Ambohimanga traduit la volonté du monarque de l’époque, Radama I, d’avoir une armée moderne afin de maintenir le contrôle du territoire et d’assurer surtout la sécurité de la population en luttant contre la traite des esclaves et les vols de zébus. Derrière ces pillages se profilent certains commerçants musulmans (sauf les Karana) installés sur la côte ouest et les traitants …français habitants les Mascareignes (Maurice, La Réunion, Seychelles). Cette armée était équipée à la Britannique et commandée par un anglo-jamaïcain portant le nom de Brady, en 6 ans seulement elle a pris sous sa protection les 3 /4 de la grande île et réduit de moitié le trafic des esclaves dont les principaux victimes sont les Merina, Betsileo, Sihanaka et Tsimihety , c’est-à-dire les habitants des hautes-terres, mais non ceux des côtes comme l’insinue l’historiographie franco-coloniale, mais aussi les écrits des missionnaires anglais de la LMS entre 1817 et 1869.
    Lire la suite ...
    • lundi, 09 octobre 2017 14:50
    • Photo Archives Sobika

    Le Pestis défie le Pistis

    L’endémie de peste qui connait actuellement un regain, fait d’elle une menace mortelle pour les Malagasy et ceux habitant la grande île. Les chiffres de samedi 07 octobre fait état de 42 morts, il y a de quoi donner des frissons. La peste tire son nom du Latin Pestis signifiant « fléau, malheur, désastre, calamité, destruction, ruine » selon l’expression de Cicéron « pestem sibi machinari » (s'attirer des malheurs). On désigne aussi par « peste » un homme funeste, un animal nuisible, un être pernicieux ou un objet fatal, à l’image de la description, du même Cicéron, de « pestis textilis » (tissu funeste) la robe empoisonnée de Nessus (le centaure) qui tua Hercule, le demi-dieu de la force, ce dernier pour abroger ses souffrances s’immola sur un bûcher. Donc la peste incarne le mal absolu, une fin mortelle avec ses cohortes de cadavres qui n’ont qu’un seul destin: être livrés aux flammes afin de ne pas répandre l’épidémie, pour cela la peste signifie l’enfer !
    Lire la suite ...
  • Manangareza Toamasina
    Manangareza Toamasina
    • vendredi, 06 octobre 2017 08:59
    • Photo Fournie

    Conduite d’évitement

    Se disculper, trouver des excuses et accuser les autres sont des spécialités de nos gens. En empruntant l’expression d’un philosophe : «la ….peste c’est les autres !». Alors que nous sommes en pleine époque de l’apparition saisonnière de cette épidémie devenue chez nous une endémie, des rumeurs, des voix s’élèvent ici et là, profitant de cette occasion funeste afin de tenter de «faire bouger les choses». En effet tout le monde se disculpe sur les prises de responsabilités concernant les décisions à prendre dans le combat contre la maladie. Le gouvernement accuse les maires de ne pas être à la hauteur des défis qui les attendent pour des catastrophes pareilles et de leur côté les édiles accusent l’Etat de ne pas verser les «subventions» qui leur reviennent, et pendant tout ce temps, quelques-uns crèvent dans l’indifférence générale. Madagascar est parmi les pays pauvres de la planète mais ses responsables trouvent cela dans l’ordre des choses ! Personne ne se soucie du problème de santé publique soulevé par la peste, chacun y va de son trémolo afin de défendre sa cause.
    Lire la suite ...
    • mardi, 03 octobre 2017 11:20
    • Photo Archives Sobika

    Les salaires de la peste

    Madagascar, avec plus de 300 cas par an, reste le pays le plus touché au monde par la peste. On y observe une baisse de l'incidence, mais avec une augmentation de la mortalité (plus grande fréquence des formes pulmonaires). Cette augmentation des formes graves est liée à la dégradation du système de santé (crises socio-politiques depuis 1985). La peste est une zoonose, c'est-à-dire une maladie commune à l'homme et à l'animal causée par le bacille Yersinia pestis, découvert par l'Institut Pasteur en 1894. Ce microbe est un cousin de celui de la tuberculose. En raison des ravages qu’elle a causé, pendant le Moyen Âge, la peste a eu de nombreux impacts sur l'économie, la religion, et surtout les mentalités. La peste noire de 1347–1352 a profondément marqué l'Europe en exterminant 25% à 50% de sa population. La population française quant à elle chuta de 41% sur la même période soit 7 millions de victimes sur les 17 millions de Français de l'époque. Par analogie, d'autres maladies à forte morbidité pour d'autres espèces sont également nommées peste, comme la peste aviaire, celle du canard, celle du porc. Elles n'ont pour la plupart rien à voir avec la peste humaine.
    Lire la suite ...
Page 2 sur 21
B1 - Polyclinique
B2 - Toa