Kraoma : De nouveau sur un plongeoir

  • mardi, 30 août 2016 08:47
  • Tigre
  • Photo Archives

La Kraoma, société minière d'extraction de Chrome est de nouveau sur une pente raide.

Les fournisseurs de carburant ne sont pas payés, les activités de la mine et l'usine sont à l'arrêt total.
Seule la cité minière est alimentée en électricité produite avec du gas-oil.

La société Fraise et Madauto ont loué des matériels à des prestataires de la société d'Etat, Kraoma, mais elles ont dû tout retirer, camions et engins, faute de payement des factures cumulées en milliard d'ariary de plusieurs années.

Un bateau de 25 000 tonnes souffre d'une attente de 2 mois dans le port de Toamasina faute de remplissage de Chrome mais la compagnie l'a fait partir avec seulement une cargaison de 21 000 tonnes pour limiter les dégâts avec la pénalité et les frais induits par cette attente.

La Kroma espère renflouer sa caisse, largement déficitaire, avec la vente de cette cargaison de 21 000 tonnes, alors que Kraoma s'est endettée auprès de son client russe STORK, à qui Kraoma doit rembourser par des produits jusqu'en 2018 d'un montant de 5 millions de dollars.

Une crise sociale est à craindre au sein de la société. Les employés craignent un non payement de leurs salaires. Un chômage technique de même qu'une crainte de licenciement circulent au sein de la cité minière à Brieville.

L'affaire de détournement de décembre 2015 n'est jamais évoqué. La gestion de la clientèle et des ventes des Chromes se font à Ambohitsirohitra.

Rien ne va plus.

Commentaires (9)
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.