Iles éparses : Ban Ki Moon coince l’Etat malagasy

  • jeudi, 12 mai 2016 10:54
  • Andry Baliba
  • Photo: Njaka

Le sujet îles éparses mis sur la table par Ban Ki Moon, Secrétaire Général des Nations-Unies, au cours de son laconique entretien avec la presse hier dans l’après-midi au palais présidentiel d’Iavoloha. « A propos des îles éparses, le système des Nations-Unies encourage les pourparlers entre la France et Madagascar et je crois que ces pourparlers sont déjà engagés » a soulevé le SG de l’ONU en s’esquivant à une question concernant la mise en œuvre de la résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU en décembre 1979.

Sans vouloir peut être l’annoncer, les yeux dans les yeux, connaissant, de surcroît, la preuve de retenue de Ban Ki Moon, mais ses propos étalent au grand jour l’incompétence des dirigeants malagasy à réclamer de vive voix ce qui appartient légalement aux Malagasy. Il est très difficile de croire que des pourparlers sont en train de prendre pied quelque part et de son côté, l’ambassadrice de la France a annoncé que ces îles appartiennent à la France. Elle n’aurait pas fait ce genre de bévue même si elle n’a pas bien appris ses leçons de diplomatie et géopolitique. La vérité, c’est qu’elle a une langue bien pendue, alors qu’elle est au courant de beaucoup trop de choses.

Et le Président de la République Hery Rajaonarimampianina et madame Attalah Béatrice, Ministre des Affaires Etrangères n’ont plus désormais de motif à contourner le sujet îles éparses comme ils ont fait jusqu’à maintenant à chaque fois qu’on leur pose la question. Ban Ki Moon a déjà bien distribué les taches. Chacun pour soi et Dieu pour tous et la vache sera bien gardée. Les îles éparses récupérées si non dégagez la route !

Commentaires (2)
  • Keflex Dosage Dog Uti [url=http://cheapviapill.com]viagra[/url] Prix Рір‚вђ№рір‚вђ№de Priligy
    dimanche, 16 juillet 2017 08:20
  • Oscar
    Quels pourparlers? C'est louche.
    jeudi, 12 mai 2016 12:19
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.