Politiciens caméléons

  • mardi, 16 février 2016 21:39
  • Andry Baliba
  • Photo Net
La course à la succession du Général de brigade aérienne, Jean Ravelonarivo, à la primature ne se détache plus du bout des lèvres des politiciens sans pour autant que le principal concerné n’ait abdiqué. 
 
Venant de tout bord, associations, groupes ethniques, entités politiques, des noms se font déjà entendre. Parmi ces noms celui de Paraina Auguste. Son point commun avec le Général Jean Ravelonarivo est que tous les deux viennent de la même région, mais la qualité ou le handicap de Paraina Auguste, selon la position de celui qui analyse, Paraina Auguste n’est autre que le petit frère de Jean André Ndremanjary, ancien Ministre des Sports du temps de l’Amiral Didier Ratsiraka et pendant la Transition. Très connu par sa facilité de changer tout le temps de couleur politique tel un caméléon.
 
Paraina Auguste a déjà été Ministre de la Transition de Guy Willy Razanamasy avant d’occuper le portefeuille du ministère de l’Economie du Président de la République Albert Zafy. Il a ensuite soutenu Norbert Lala Ratsirahonana et devenait son Ministre du Plan.
 
En 1997, notre homme a réussi à s’embarquer dans le navire de l’Amiral Didier Ratsiraka qui a fait son retour politique triomphal à la suite de son premier exil politique en France. Après « négociation » Paraina Auguste est devenu Ministre du Commerce avant de finir vice-président de l’Assemblée Nationale.
 
Ayant toujours tiré la bonne carte, Paraina Auguste rescapé de la crise 2002 a fait un revirement à 180° et a atterri dans le clan Ravalomanana en décrochant le fauteuil du président par intérim de l’Assemblée Nationale. Il est ensuite nommé Ambassadeur de Madagascar en Italie avant d’être affecté à Dakar au Sénégal. 
 
Un parcours politique presque sans faute à la malagasy et actuellement son nom figure parmi les premiers-ministrables.
 
Mais Paraina Auguste n’est pas le seul politicien qui a, disons ayant su nager en suivant le courant de la vague sans qu'on leur exige des auras politiques assez remarquables pour mériter ces traitements de faveur, mais on notera aussi le nom de famille Andreas, ou Horace. Le Général de division Herilanto Raveloharison leur emboîte aussi le pas actuellement.
 
En tout cas le fameux article 54 est déjà enterré par la HCC lui même, alors adieu veau, vache, cochon, cuvée, et vive la république des caméléons.
Commentaire (1)
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.