Hery Rajaonarimampianina et ses acolytes : La vérité qui blesse

  • lundi, 11 janvier 2016 17:43
  • Andry Baliba
  • Photo Sobika
Vis à vis de l’opinion publique, d’autant plus que la cérémonie a été retransmise en directe sur la chaîne nationale, le Président de la République, ainsi que les douze ministres qui l’ont suivi à Mahavelona, Foulpointe ont rendu service aux familles démunies en mettant sur pied le projet vatsin’ankohonana mais, dans les coulisses, la vérité pourrait briser le cœur. Elle n’est pas seulement honteuse mais c’est injuste. Ce n’est pas pour la première fois que la Présidence de la République a fait parler d’elle par des dépenses faramineuses et souvent futiles, mais ce qui se passe à Foulpointe dépasse l’entendement.
De source reste à confirmer, le Président de la République aurait effectué le déplacement d’Antananarivo à Foulpointe et de Foulpointe à Toamasina en Hélico. Mais pour une raison dont on ignore, le Président aurait fait parvenir un jet privé d’Antananarivo pour le chercher à Toamasina et l’hélico retourne vide à Antananarivo.
En sachant que le frais de location d’un hélico est estimé à 1000 dollars Usd l’heure et louer un jet privé vaut 6 millions d’ariary l’heure, ses douze apôtres ministres comme il les qualifie et leur suite respective doivent surement passer au moins une nuit dans des hôtels, lesquels l’Etat aura à débloquer 300 millions d’ariary pour toute la délégation.
Le coût du déplacement est plus cher et plus important que la totalité de la somme allouée aux familles nécessiteuses. « Libre à madame la Country manager de la banque mondiale ou le doyen des ambassadeurs de nous balancer toutes ces invectives, mais on fait ce qu’on veut nous somme chez nous, dans un pays souverain »
En principe dans un projet, la somme du budget de fonctionnement et le frais ne devrait jamais dépasser les 30% du volume de crédit. Mais chez nous c’est le contraire, les charges atteignent facilement les 70 % de la ligne de crédit et il ne reste que les 30% pour réaliser le programme. Et pour une bonne pratique de la politique Win-win, rubis sur l’ongle, l’Etat malagasy paye des expatriés dix fois plus du smig en Europe soit 10.000 euros mensuel et tout le monde est content. C’est comme ça !
Chez nous c’est le monde à l’envers. Si le Président de la République française perçoit mensuellement 13.000 euro alors que le salaire mensuel de l’ambassadeur de Madagascar, l’un des pays les plus pauvres et les plus endettés au monde, en France avoisine les 25.000 euro.
 
 
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.