Puissance politique: Qui détient la clé de voûte ?

  • lundi, 21 septembre 2015 13:27
  • Andry Baliba
  • Photo: Net
Seul le tribunal administratif de Toliara n’a pas encore prononcé son verdit concernant les résultats des communales qui se sont tenues le 31 juillet. Cela n’empêche de faire un point sur la situation politique nationale ainsi que le possible devenir de cette dite situation suivant la position de l’échiquier politique malagasy.
Le tribunal administratif de Toliara prononcera son verdict mercredi prochain mais on voit mal cette juridiction trancher en défaveur du parti Hvm au niveau de la commune urbaine qui a déjà soufflé le chaud et le froid pour parvenir à une victoire si bien qu’elle soit controversée. Le sacre à Toliara porterait donc à deux les titres remportés par le parti Hvm sur les ex - chefs-lieux de provinces avec Fianarantsoa Ville. L’Orange d’Andry Rajoelina a pour sa part raflé trois villes sur les six mises en jeux, notamment Antsiranana, Toamasina et Mahajanga, soit le triangle du nord. Le parti Tiko i Madagasikara n’a remporté qu’une ville ex chef-lieu de faritany mais ce n’est pas la ville la moins importante.
Est-ce qu’on peut, à partir de ces résultats, avoir déjà une petite idée de la force des trois partis même si nous sommes encore à deux ans des prochaines élections présidentielles? Il y va également de l’équilibre gouvernementale, la difficile équation pour Hery Rajaonarimampianina, le second souffle des 22 millions de malagasy à la clé.
Certes, la Ceni-T , à travers un statistique qu’elle a dressé à l’issue des scrutins communaux donne le Hvm largement favori, mais avec le taux vertigineux d’abstention, plus de 70 % ainsi que les anomalies constatées ici et là, il est de difficile de se fier à l’apparence.
D’une part, les choses ne semblent pas se dérouler à merveilles du côté de Marc Ravalomanana qui est visiblement déjà en pleine négociation sur son retour au pouvoir par voie électorale ou non. On constate le vide total autour de cet ancien chef d’Etat, excepté le député Guy Rivo Randrianarisoa. Un toilettage s’impose aussi du côté du TIM surtout après les spectres de divisions à maintes reprises orchestrés par les tenants des pouvoirs. Andry Nirina Rajoelina, l’homme fort du Mapar en sait quelques choses lors de la formation du premier Gouvernement de la 4ème République de Hery Rajaonarimampianina ainsi que lors de la nomination de Kolo Roger à sa tête.
Mais à l’allure où vont les choses, Hery Rajaonarimampianina n’a d’autre choix que de collaborer. C’est une vérité mathématique étant donné qu’il ne dispose d'aucun député pour soutenir sa politique.
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.