Andry Rajoelina : Persona non grata pour les jeunes Malagasy de France

  • vendredi, 14 septembre 2018 09:45
  • Anonymous
  • Photos Fb

En regardant les images fixes et vidéos prises et tournées à Madagascar, beaucoup sont tentés de dire qu’Andry Nirina Rajoelina draine des foules, surtout les jeunes là où il passe à Madagascar.

Mais cela est loin d’être le cas à l’étranger, plus particulièrement en France.

Une levée de boucliers a eu lieu parmi les étudiants malagasy en Sciences Po au 27 rue St-Guillaume, en effet Andry Rajoelina était l’invité des Associations Sciences pour l’Afrique (ASPA) et Newpolis qui s'est déroulé à l’amphithéâtre Boutmy (Sciences Po, Paris).

Les jeunes diplômés et étudiants en Sciences Po ont décidé d’adresser une lettre de protestation auprès des principaux responsables de cette prestigieuse institution française qui est un Établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPCSCP).

L’ex-président de la Transition (2009-2013), et non moins putschiste est accompagné dans son voyage en France par son ami Mamy Ravatomanga.

A en croire ce qui se répand sur les réseaux sociaux, ce dernier a quelques ennuis avec la Justice française pour des histoires de blanchiments d’argent.

Candidat aux prochaines présidentielles de novembre prochain, Andry Rajoelina était l’invité de la conférence inaugurale de l’ASPA et de Newpolis qui s'est déroulé hier jeudi.

Les étudiants, rassemblés pour l’occasion, avait fait une déclaration de protestation auprès de la haute administration de Sciences Po-Paris afin d’annuler la conférence en argumentant sur 4 points.

D‘abord Sur le plan éthique, ces étudiants et diplômés malagasy s’interrogent sur la neutralité de l’ASPA en invitant « un candidat en pleine campagne électorale dans un pays vulnérable aux désinformations sur les réseaux sociaux, est contraire à l’éthique et antiacadémique » (sic).

En effet, le privilège accordé à ce putschiste mettra effectivement en danger la neutralité et l’impartialité de Sciences Po et de l’ASPA dans une élection d’un pays souverain.

Sur un 2nd point, les étudiants de Sciences Po rappellent le trajet politique d’Andry Rajoelina, surtout les péripéties au cours desquelles l’ex-président de la Transition a accédé à la tête de l’Etat.

Ce passif lourd ne reflète en rien l’image d’une démocratie et d’une République enseignée et véhiculée dans les grandes écoles françaises telles que Sciences Po.

Il faut rappeler ainsi que la diaspora dans sa grande majorité s’est levée pour dénoncer la collusion entre Andry Rajoelina et une poignée de hauts gradés de l’Armée afin de destituer le président régulièrement élu, Marc Ravalomanana. Donc pour eux Andry Rajoelina « n’a pas été un président élu ».

La lettre a soulevé, dans un 3ème point, une problématique de la pertinence du choix du thème et de l’invité : « comment inviter un putschiste et un président de la Transition non élu à intervenir sur un thème de la démocratie sur le continent africain » ? Surtout qu’en presque 5 ans de pouvoir usurpé, il a précipité son pays dans une pauvreté incommensurable (92% des personnes vivent en dessous du seuil de la pauvreté).

Et le voilà, transformé en donneur de leçons en matière démocratie à Sciences Po de Paris !

Beaucoup d’étudiants sympathisants de l’ASPA, espéraient que l’invité à la conférence inaugurale serait : Macky Sall, le Chef de l’Etat sénégalais élu démocratiquement. Mais voilà on leur envoie un faiseur de coup d’Etat !

Finalement, étudiants comme diplômés se sont posés la question sur l’existance de liens et intérêts sous-jacents sur cet évènement car cette conférence organisée au sein des locaux de Sciences Po pourrait être instrumentalisée à des fins de propagande par le candidat et surtout les rumeurs sur une collusion entre les responsables du pouvoir public français et le candidat Andry Rajoelina, un pas est vite franchi !

Persona non grata pour les étudiants et autres membres de la diaspora avec son IEM serait-il bien introduit au sein du gratin parisien qui fournit des aides à ces associations comme ASPA ? Comme quoi on est prêt à tout pour défendre ses intérêts.

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.