Vers un partage de gâteau

  • lundi, 14 mai 2018 07:59
  • Britto
  • Photo Archives Gasypatriote

Malgré les discours des représentants des 73 députés sur la place du 13 mai rebaptisée « parvis de l’Hôtel de ville », une réalité cachée commence à se faire jour.

Pourquoi ? Les députés pour le changement ont une marge de manœuvre très étroite, car ils déclarent ne pas faire un coup d’Etat tout en réclamant le départ de l’actuel locataire de Mavoloha/Iavoloha. Il semble pour beaucoup que les demandes des députés concernant les lois organiques concernant les élections de 2018 dont la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) leur a donné raison il y a une semaine, ont été additionnées par une requête de « déchéance du Président de la République » en exercice.

Selon les députés ce dernier n’a pas respecté l’article 167 de la Constitution stipulant : « Afin de respecter le prescrit constitutionnel, le Président de la République, dans un délai de 12 mois à compter de son investiture, invite les Instances compétentes à désigner les membres qui composeront la Haute Cour de justice afin de procéder dès l'expiration de ce délai à l'installation de la Haute Cour de justice. Toute partie justifiant d'un intérêt peut saisir les institutions compétentes de demande de sanction en cas de carence. ».

Mais la non installation de cette Haute Cour de Justice est-elle un motif pour que la HCC statue sur une éventuelle déchéance du Chef de l’Etat.

Et si par le plus grand des hasards, la HCC se prononce pour celle-ci, qui prendra la relève jusqu’aux prochaines élections ? La Constitution est claire : le président de la Chambre haute, Rivo Rakotovao, la bête noire des 73 parlementaires !!! Finalement tout le monde est dans l’impasse.

Il semble même que les ardeurs du 21 avril commencent à s’émousser. On a même une impression du déjà-vu. Un vétéran du 13 mai n’a-t-il pas déclaré que depuis 46 ans le combat continue, le meneur du 1er mouvement en 1972 est devenu un ténor du barreau et l’actuelle est aussi un avocat de renom mais tout cela suffit-il ?

Des dizaines de morts ont jalonné la prise de cette place mais les luttes ont fini par être dévoyées. 1972 donna la Révolution socialiste source de nos actuelles pauvretés, 1991 n’a rien donné que des illusions de liberté. Et 2001 s’est terminé en queue de poisson en 2009 avec la misère et corruption actuelle.

Finalement la nation est-elle consciente de ce qui se passe pour que l’affluence demeure faible même les samedis ? Ce qui pousse certains responsables en uniformes à chercher des solutions radicales pour mettre fin à cette crise.

Effectivement c’est la 1ère crise en plein marasme économique, donc on ne doit pas compter sur une présence massive de la population. Tout le monde vaque à ses occupations et le fait d’attirer les élèves n’est pas non plus une attitude très fine.

Et si par derrière, chaque côté s’engage au dialogue sans rien dire en public. Des contacts sont noués afin d’éviter un clash ou l’apparition des militaires au-devant de la scène pour donner une image de « coup d’Etat ».

Réclamer la déchéance ou la démission d’un président de la République se dénomme « coup d’Etat » qu’il soit, à coup de chars comme en 2009 ou d’arrêts, d’avis …juridictionnels prononcés par telle ou telle Cour, interrompre un mandat issu d’élection quel que soit le motif est un « coup d’Etat ».

Sans jouer sur les mots, et surtout pas, prendre la défense d’une administration HVM entièrement corrompue, débute un partage du gâteau par les 4…mouvances ressorties du tiroir de la feuille de route, comme s'il n'y a pas d'autres alternatives, ni d'autres forces politiques ou sociales à Madagascar: Rajaonarimampianina (HVM), Ravalomanana (TIM), Rajoelina (MAPAR) et Ratsiraka (AREMA) porté à bout de bras par son copain…Joachim Chissano.

Malgré le hurlement des parlementaires, la Communauté Internationale continue de peser de tout son poids pour garder son contrôle sur nos richesses car personne dans ces mouvances ne veulent perdre une miette de gâteau que sont nos richesses.

Que chacun y réfléchit.

Anonymous

 

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.