Un exemple à méditer

  • jeudi, 10 mai 2018 19:23
  • Anonymous
  • Photo Net

Dans les grandes conférences internationales, les noms de Malaisie (Malaysia) et Madagascar sont toujours côte à côte, mais cette proximité orthographique ne s’arrête pas là. La Malaisie et Madagascar appartiennent au monde malayo-polynésien à cause de leur parenté linguistique et culturelle mais les différences sont la situation géographique, l’une est en Asie et l’autre en Afrique et surtout le niveau de développement.

La Malaisie est un pays émergent qui n’a rien à envier à l’Afrique du sud alors que Madagascar est un des Etats les plus pauvres du monde.

Pourtant ces 3 dernières années, la Malaisie a connu des problèmes de corruption quand son premier ministre Najib tun Razak a été suspecté de corruption pour détournement de deniers publics du fond souverain malaisien dénommé One Malaysia Development Berhad (1MDB).
Le montant du détournement s’élève à 1 demi-milliard de dollar.

Il est vrai que la Malaisie est un Etat riche de ses revenus pétroliers mais cela n’excuse en rien car depuis, des investigations ont été lancées au niveau international à partir des Etats-Unis, Suisse et Singapour. Le nom de Najib est partout suspecté et pour le département du Trésor américain les responsables malaisiens forment un des grands groupes de kleptocrates dans le monde.

Depuis sa retraite, le père de la Malaisie moderne (bapak pembangunan) Mahathir Mohamad, âgé de 92 ans, a sorti de sa réserve et attaque son ancien protégé Najib (68 ans), excédé, ce dernier l’a renvoyé du parti qui a toujours gouverné la Malaisie depuis son indépendance en 1957 l’United Malays National Organisation (UMNO).

Mahathir, au nom de ce parti, a dirigé d’une main de fer la Malaisie durant 22 ans (1981-2003) en faisant de ce pays un « dragon ». Profitant de la manne pétrolière, il industrialisa son Etat et modernisa l’éducation, la santé et les infrastructures.

Mahathir a fait de la Malaisie un modèle de développement basé sur un nationalisme intransigeant et un libéralisme dirigé.

Profitant de la crise économique de 1998 son dauphin désigné, Anwar Ibrahim, tenta de lui ravir sa place de premier ministre, mais échoua lamentablement et se retrouva accusé de …sodomie ! Il y est resté durant 9 ans.

Mahathir quitta volontairement le pouvoir en 2003 à 76 ans. Malheureusement ses 2 successeurs n’arrivèrent pas à égaler ses performances et petit à petit s’engluèrent dans des scandales de corruption.

Mais le plus grave est celui de Najib tun Razak avec son milliard et demi de dollars du fond souverain (1MDB). Pour le vieux lion cela équivaut à dilapider l’argent public surtout l’héritage qu’il a laissé à la nation malaisienne.

Il s’est réconcilié avec son ancien ennemi Anwar Ibrahim (70 ans) qui, de nouveau, se retrouva en prison pour les mêmes causes (sodomie) par Najib.

Avec le nouveau parti, le Pacte de l’Espoir (Pakatan Harapan), Mahathir Mohamad s’est allié avec ses anciens adversaires dont beaucoup ont goutté à Sungai Buloh, la grande prison du pays, mais ils ont accepté de s’allier à lui, afin de mettre fin aux dérives autoritaires de Najib tun Razak et surtout à la corruption et aux mauvaises images de la Malaisie.

Redevenu premier ministre de la Malaisie, à l’issue des élections du 9 mai dernier, Tun Mahathir Mohamad, après avoir quitté le pouvoir, 15 ans passé, est le plus vieux premier ministre au monde.

"La plus grande erreur de ma vie est d'avoir choisi Najib pour qu'il devienne Premier ministre", a lancé Mahathir devant ses soutiens, ajoutant: "je veux corriger cette erreur", c’est fait.

Pour la 1ère fois la Malaisie aura une femme comme vice-premier ministre, Wan Azizah, la femme d’Anwar Ibrahim, ce dernier deviendra le premier ministre une fois sorti de prison, une promesse de Mahathir.

Cette histoire politique de la Malaisie moderne inspirera-t-elle celle de Madagascar en ces époques troublées ?

Ravalomanana et Rajoelina pourront-ils faire la même chose comme Anwar et Mahathir et ce, afin de mettre fin à ces corruptions à grande échelle faites par l’administration HVM de Rajaonarimampianina.

Un exemple à méditer.

Anonymous

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.