Mafia rurale: Le Gouvernement fait la sourde oreille

  • dimanche, 02 juillet 2017 22:19
  • Super User
  • Photos Fournies

Le 12 mai 2016 une déclaration de perte de plus de 348 bovidés a été envoyée au Chef de district, le maire, le Chef de brigade de la Gendarmerie, le Commissaire de Police d’Antsalova ainsi que le chef de Fokontany par un opérateur économique qui aurait acheté ces bovidés au marché de zébu d’Antsalova le 24 avril 2014.

Cette perte fait suite à une attaque de bandits (dahalo) au lieu-dit Angodogodo, Commune de Betsipolotra, District de Miandrivazo, Région du Menabe. Ces bovidés étaient destinés au marché de Tsiroanomandidy. En conséquence dès le 13 mai 2016 une autorisation de recherche de ces bovidés a été délivrée par les autorités locales après que la Commune d’Antsalavo ait constaté la perte de ce troupeau.

En dehors de la marchandise animale de cet opérateur, d’autres marchands ont été aussi victimes de cette même attaque portant le nombre de zébus à 865. Face à la lenteur des recherches, les plaignants ont décidé d’envoyer, le 03 août 2016, une copie de la plainte, à titre d’information, au Premier ministre, Ministre de la Justice, Direction de la Police Judiciaire Toby Ratsimandrava Antananarivo, Procureur de la République à Maintirano, Préfet de Maintirano et celui de Morondava, Chef de région Melaky, et celui du Menabe, au Commandant de Brigade de la Gendarmerie d’ Antsalova ainsi qu’au Député de la circonscription d’Antsalova.

Ce n’est pas la première fois que ce genre de vols existe dans cette région, on se demande que fait les responsables locaux et nationaux ? Cette affaire parmi tant d’autres semble être envoyée aux oubliettes. L’Etat manque-t-il vraiment de moyens afin de combattre le "fahavalisme" ? Ou tout simplement le gouvernement fait-il la sourde oreille face aux plaintes des honnêtes citoyens? Aucune enquête officielle n’a été déclenchée.

Un an plus tard, le 08 juin 2017, les plaignants ont renvoyé un rappel de leur plainte à la suite de l’arrestation d’un suspect faisant partie de la bande qui les a pillés. Ce rappel est envoyé au Procureur de la République du Tribunal de Première Instance de Maintirano, au Chef de district, Madame le maire d’Antsalova, le Commissaire de Police d’Antsalova et au chef de fokontany d’Antsalova centre ainsi qu’aux autorités nationales.

En plus les victimes ont constaté que les marques sur les bovidés ont été changé, c’est-à-dire qu’il y a eu falsifications, à la fois sur le corps de chaque animal mais aussi la délivrance de faux-documents (taratasin’omby) concernant les bovidés.

Ce genre d’opérations ne peut se faire sans des complicités de la part de ceux qui sont responsables car il est impensable que des bandits dont la plupart sont des illettrés puissent faire de telle fraude. En d’autres termes il y a corruption. La question est : que fait le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) devant cette pratique datant depuis plus d’une décennie ? Car des « bandits en col blanc » se multiplient dans cette région comme les moustiques dans le marais Masay !

Le dernier rappel de cette plainte remonte à la fin du mois de juin dernier, le 28 plus exactement. Personne au sein de la Justice semble accorder d’importance alors on demande au Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) de s’y intéresser de plus près. Il ne faut pas oublier qu’un zébu adulte coûte actuellement environ plus de 400 000 MGA (Ariary) donc 346 millions de MGA pour les 865 bovidés évaporés dans la nature soit 1,73 milliards de nos anciens FMG !

Sans oublier que c’est ce genre de vols qui a décimé notre troupeau de zébus au niveau national, si en 1958 il y a eu plus de bœufs que d’habitants à Madagascar depuis la population a augmenté par 4, mais les zébus ont décliné par 5. D’ici peu le zébu de la Grande île est une espèce en voie de disparition comme l’est le rhinocéros blanc en Afrique !

Est-ce que le Melaky, le Menabe sont des régions éloignées, plus exactement difficile d’accès pour cause de mauvaises infrastructures que les principaux responsables de toutes les Institutions les oublient ? Car en matière de mauvaise gouvernance, il n’y a pas que l’affaire Claudine Razaimamonjy qui mérite la Une des attentions mais des opérateurs anonymes victimes de pratiques datant de plusieurs siècles valent dix fois plus la peine qu’on les aide et leur rendre justice.

Madagascar a-t-il besoin d’un président comme le Philippin Rodrigo Duterte afin de combattre la corruption et le vol de bovidés ?!!

Anonymous

 

Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa