Visa: Restez chez vous, qu'on se le dise!

  • vendredi, 30 juin 2017 09:19
  • Super User
  • Photo Archives Sobika

« Seul le service des visas du Consulat général de France à Tananarive est compétent pour l’instruction des demandes visas. Aucun autre frais ne peut être exigé au demandeur de visa. Aucun intermédiaire n’est habilité, reconnu ou autorisé à intervenir pour l’obtention de visa.

Visa Schengen (Transit aéroportuaire, Transit, court séjour) : 212 000 MGA
Visa national de long séjour, plus 90 jours (catégorie D) valable pour la France métropolitaine et l’Outre-mer : 350 000 MGA

Ces frais doivent être acquittés uniquement en espèces en Ariary Malgache. Les tarifs en MGA fluctuent selon le taux de chancellerie en vigueur.

Attention : À compter du 27/04/2016, à ces frais de dossier visas s’ajoutent des frais de service perçus par la société TLS contact, d’un montant de 25 euros payables en Ariary au taux de chancellerie en vigueur.

Le visa peut être délivré au maximum 90 jours avant la date du départ : pour un départ le 1er mai par exemple, vous pouvez déposer votre demande à partir du 1er février, mais pas avant ».

Telles sont les dispositions écrites au sein du Consulat général de France pour ceux qui veulent se rendre dans l’Hexagone.

Dans la réalité, pouvoir entrer en France est une autre paire de manche. Car l’autorisation de fouler le sol de nos « ancêtres les Gaulois » est sous la discrétion du Consul dont les instructions en provenance de son ministère de tutelle demeurent pour nous un mystère.

Mystère ou secret, ce n’est pas seulement les Malagasy qui souffrent de cette limitation d’accès au territoire français mais également des citoyens des anciennes colonies d’Afrique.

Les raisons de cette réticence nous sont inconnues, une chose est sûre : les 212.000 Ar ou 350.000Ar ne seront jamais remboursés à ceux qui ont vu leur demande refusée. Sans parler du billet d'avion qu'il fallait fournir dans le dossier de demande de Visa. Les compagnies aériennes, ne remboursent pas les billets émis, sauf payer des pénalités exorbitantes.

La question de principe qui se pose est : que devient le postulat de la libre circulation? Est-elle limitée au sens unique, c’est-à-dire seuls les citoyens français peuvent entrer à Madagascar à leur gré mais les Malagasy sont « filtrés » dès leur demande de visa ?

Effectivement les « Français » obtiennent leur permis d’entrée court séjour dès leur arrivée à nos frontières sous prétexte que leur visite booste notre économie déjà famélique !

Secundo, les responsables français se prémunissent-ils d’avance contre l’entrée en masse de personnes qui risqueront de déstabiliser leur marché du travail en cette période de chômage ?

Tertio, ont-ils peur d’infiltration de terroristes ?

Autant de questions que se posent les Malagasy devant le recul des autorités françaises à leur accorder un permis d’entrée en France.

Apparemment c’est la gent féminine qui semble être le plus touchée par cette limitation, il est évident que la cause n’est pas dû à l’attitude de nos femmes mais plutôt certains mâles français amateurs d’exotisme et qui veulent importer des citoyennes malagasy afin de les réchauffer pendant les longues nuits d’hiver !!!

Mais comme jadis avec les femelles thaïlandaises, toutes choses ont ses limites, il est à peu près sûr que les responsables français restreignent l’entrée de certaines personnes dans leur pays. Mais de là, à interdire à des femmes de plus de 60 ans l’accès de leur territoire on a atteint le ridicule. Que peut faire une femme de cet âge ? Pas le trottoir de la rue Saint-Denis, ni Pigalle, à la rigueur baby-sitter et encore ou garder un vieux/vieille.

Il y a un déséquilibre certain dans nos relations avec la France mais aussi avec l’Europe en général, car si eux peuvent venir visiter et trafiquer dans notre pays, nous, au contraire, n’avons aucun droit d’aller et venir chez eux à notre guise.

Nous n’allons pas toujours dénoncer le néo-colonialisme mais il est grand temps que nous ayons une attitude mûre car après 57 ans de retour de l’indépendance il faut réviser notre approche de l’international.

Pourquoi ne pas refuser le séjour (version court) à un Français qui n’a pas dans ses valises plus de 1 000 Euros soit 3 475 000 Ariary à dépenser chez nous et pour le long séjour à celui qui n’a pas sur lui 100 000 Euros soit 347 500 000 Ariary à investir !

Comme cela les choses sont équilibrées et plus personne ne fera de remontrance et l’on peut dire que Madagascar a réellement recouvrir son …indépendance.

Le président de la République Malagasy, n'a même pas eu droit au tapis rouge à l'Elysée, alors qu'il est, parait-il, président de la francophonie, et reçu au 3è rang après d'autre président africain.

Anonymous

 

 

Commentaires (3)
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa