Richesses minières : à exploiter par les Malagasy

  • jeudi, 18 mai 2017 13:38
  • Britto
  • Photo Archives Sobika, Tsimiroro

Il est grand temps que les experts, pas seulement comptables, nationaux trouvent les moyens d’exploiter nos richesses minières, plus particulièrement onshore.

Beaucoup de nos diplômés sont sous-exploités et avec l’ambiance qui prévaut, les vocations se sont tues et nos jeunes préfèrent chercher de l’argent afin de subvenir à leurs besoins quotidiens voire dégoter de l’argent facile.

Devant la flambée des prix des hydrocarbures à la pompe depuis 2013 qu’attendent nos responsables pour mettre la main aux…puits de nos champs pétrolifères situés dans la région du moyen-ouest ? Peut-être que cela demande des investissements de la part du gouvernement, investissements qui risquent de diminuer l’argent que l’on a l’habitude de mettre en poche !

Il est sûr que les bailleurs de fonds occidentaux (Europe, Etats-Unis, Canada) sont contre toute exploitation qui risquerait de nuire (soi-disant) à l’environnement ?! Car pour eux Madagascar est une zone dont il faut préserver de tout forage en attente des mauvais jours, c’est-à-dire dans plusieurs siècles.

Les Occidentaux ont habitué les Malagasy à ses effets d’annonce comme quoi il y a du pétrole offshore mais peu rentable depuis presqu’un demi-siècle.

Malheureusement nous n’avons rien compris à tout cela et continuons à croire qu’un jour un ou des miracles se produiront avec les Vazaha. Ceux ayant séjourné aux Etats-Unis et au Canada ou leurs alliés sont les principaux soutiens de cette non-exploitation pétrolifère onshore de Madagascar car ils croient mordicus que les experts de ces pays sont les meilleurs au monde. Et ils boivent comme du petit lait ce qu’ils disent. Mais pensons-nous qu’ils veulent vraiment notre bien ? Nullement car derrière cette « mondialisation » ou « village planétaire » se dissimule une nouvelle forme de colonisation pire que l’ancienne.

Derrière les déclarations mièvres : humanisme, libéral, démocratie,… se dessinent un contrôle du monde et surtout de ses richesses au seul profit de l’Occident.

Les routes à Madagascar sont dans un état lamentable, pas loin de la capitale 88 kilomètres se fait en 12 heures, alors le bitume naturel de Bemolanga sert-il à quoi ? Le prix des hydrocarbures à la pompe atteint les 3000 Ariary et un seul distributeur tient en otage la Nation malagasy, où est dons l’huile lourde de Tsimiroro?

Nous savons que ce n’est pas facile mais il est grand temps que nos experts cessent de se masturber intellectuellement et deviennent plus pragmatique en s’affranchissant de l’étau psychique hérité de l’Occident. Les anciens doivent être un peu plus modestes en cessant d’influencer les jeunes sur les vertus des pays européens et américains car l’Europe est devenu riches en nous volant nos richesses et elle veut le continuer ad vitam aeternam.

Les Etats-Unis et le Canada sont puissants en spoliant les biens des Peaux-rouges et autres Esquimaux et ils sont en train de faire la même chose dans des pays comme les nôtres quand les responsables sont des zéro pointés.

Ce que la Transition (2009-2013) nous a laissé de bien ce qu’on peut gérer ce pays à partir de nos propres ressources, même s’il faut faire plus d’effort et de travail.

Anonymous

 

Commentaires (2)
Laissez un commentaire
Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.
 
 
B1 - Polyclinique
B2 - Toa